Avertir le modérateur

10/07/2007

(Daily) Motion de synthèse ?

medium_Dailymotion.jpgDu chahut sur le net. Comme vous le savez peut-être nous venons d’apprendre par une brève parue dans l’édition en ligne du Figaro que Dailymotion, le site français de vidéo en ligne, pratiquait le jeu des chaises musicales. En effet, Séverin Naudet, celui qui était jusqu’ici responsable du « contenu », vient de rejoindre le pôle communication de Fillon à Matignon. Pour le remplacer rien de mieux qu’un ancien de la maison, puisque c’est Martin Rogard ancien collaborateur de Renaud Donnedieu de Vabres qui s’y colle.

Soyons clair. Chacun peut bien travailler ou bon lui semble. Loin de moi l’idée que Dailymotion en agissant ainsi se transforme illico en agence de communication proto-sarkozienne. On nous dit du côté du site vidéo que Rogard est recruté sur son unique valeur professionnelle. Pourquoi en douter. Cela étant, les responsables de Dailymotion doivent désormais admettre que leur image est entachée et que ce petit jeu du mercato d’été devrait nous rendre encore plus attentif à l’avenir.

Si demain, par exemple, une image provenant d’une chaîne de télévision locale, en l’occurrence TLM, ne trouvait plus d’exposition sur Dailymotion au prétexte qu’elle montre un leader de UMP, rencontrant un ancien ministre UMP pour féliciter un nouvel élu UMP fort d’avoir passé à la trappe une S….. du MoDem, il y aurait problème.

Dailymotion n’est pas un bulletin cantonal à publication périodique. L’enjeu est important. En assumant la situation, les dirigeants de ce site doivent maintenant nous convaincre que tout ceci est fortuit et qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter d’un mouvement qui n’est pas un rapprochement et encore moins une synthèse.

Lyon, le 10 juillet 2007.

05/07/2007

Humiliations, acte 6

medium_Christian_Philip_2.2.jpgLe week-end dernier, sous la plume de Sylvie Pierre-Brossolette, le Figaro magazine en remettait une couche quant à Christian Philip. Rappelez-vous ce feuilleton qui a animé la 4ème circonscription du Rhône.
Acte un, Christian Philip député UMP sortant est sorti par Dominique Perben. Philip fait de la résistance.
Acte deux, Christian Philip se retire de la compétition laissant Dominique Perben seul face à son destin.
Acte trois, Fillon commande un rapport sur la francophonie à Christian Philip laissant croire à l’intéressé qu’un poste de Secrétaire d’Etat devrait lui être réservé dans le deuxième gouvernement Sarkozy-Fillon après les dites législatives.
Acte quatre, très poussivement, Dominique Perben l’emporte. Dans l’intervalle il a réussi à faire le plus mauvais score de la droite à quasi dix points de celui de Philip en 2001.
Acte cinq, encore une fois humilié, Christian Philip n’entre pas dans le gouvernement, il accepte tout de même un vague poste de Conseiller à l’Elysée en charge de la francophonie.
Acte six, Sylvie Pierre-Brossolette nous rapporte dans le Figaro magazine, par le menu, la réaction de Sarkozy suite à l’échec lyonnais de l’UMP. L’ultime humiliation de Christian Philip. Je cite le Président :
« Ce n’est pas possible. Si on ne renouvelle pas, les gens le font pour vous. Regardez Lyon, encore. On a jugé Christian Philip tellement exceptionnel qu’on lui a promis un ministère et on a perdu deux circonscriptions. Vous croyez que les Lyonnais attendent que l’on nomme Philip au gouvernement ? M. Philip est prêt pour faire de la politique comme moi pour être archevêque ! »
 
Lyon, le 5 juillet 2007. 

19/06/2007

Revue des troupes

medium_Troupe_Armee_2.jpgNous connaissons depuis quelques heures la composition du gouvernement Fillon II. Entre les recasés, les obligés, les rescapés, les affidés et les déboutés, je note, comme vous, la présence de Fadela Amara à qui je souhaite bonne chance tant le travail sous la tutelle de Christine Boutin devrait apporter des joies et des peines jusqu'ici inconnues à l'ancienne responsable de "Ni pute, ni soumise".

Dans le même temps, Bockel rejoint Kouchner. Le quai d'Orsay devient donc illico la réserve de Peaugres. Mais ce qui me chagrine le plus ce n'est pas la présence du Blair de Mulhouse dans ce gouvernement c'est, vous vous en doutez, le fait que l'alsacien hérite de la francophonie, portefeuille qui était parait-il promis à Christian Philip (Cf. mon billet du 29 mai)

J'ai beau m'user les yeux sur l'ordinateur, point de Christian Philip. Je me faisais déjà une joie, lors du traditionnel défilé du 13 juillet, de voir côte à côte, sur le bitume de la place Foch, le Secrétaire d'Etat Philip et le Maire de Lyon Gérard Collomb passant les troupes en revue sous le regard perdu d'un Dominique Perben qui malheureusement devra désormais se résoudre à suivre la noria de nos troupes depuis la tribune en compagnie de mes amis Jean-Louis Touraine et Pierre-Alain Muet, nos deux nouveaux dévoués députés lyonnais.

Lyon, le 20 juin 2007.

15/06/2007

C'est déjà eux

medium_Gallaxie_sarko.2.jpg
Voulez-vous en plus leur offrir l'Assemblée nationale ? Votez pour les candidat(e)s socialistes dimanche 17 juin 2007.
 
Montbrison, le 15 juin 2007. 

06:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Sarkozy, Fillon, Lagardere, Bolloré, Dassault, TF1, Minc | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/05/2007

L’homme de la synthèse

medium_Christian_Philip.jpgPlus que vingt jours pour connaître le contenu du rapport sur la Francophonie rédigé par Christian Philip à la demande express du Premier Ministre.

Vous vous souvenez que le député UMP sortant de la 4ème circonscription du Rhône s’était vu confier la rédaction de ce rapport après avoir cédé sa place à Dominique Perben.

Vous vous souvenez aussi que la véritable récompense promise à M. Philip est à venir puisqu’il doit, une fois cette étude livrée, devenir Secrétaire d’Etat à la Francophonie.

Nous sommes en pleine période des examens et sachez que rédiger une telle somme en l’espace d’une vingtaine de jours n’est pas chose facile ce d’autant que la littérature disponible en la matière est surabondante. Afin de vous convaincre de ce travail de titan, je vous livre la liste des principales études et publications sur cette question que Christian Philip digère en ce moment. Une prouesse dans ce difficile art de la synthèse.

En guise de hors d’œuvre la lecture de « l’année Francophone internationale » pour 2006, 2005, 2004 et 2003 est incontournable soit au total 1722 pages. A cela il convient, en se tournant vers la documentation française, de lire puis analyser des publications récentes comme la somme sur les mondes francophones produite sous la direction de Dominique Wolton (736 p.), l’étude de Bernard Monvalis, « Littérature et développement » (159 p.) sans oublier l’excellent, « langues, langages, inventions » de Daniel Delas (159 pages). En 2004 les travaux indispensables pour qui s’intéresse à cette question de Jacques Barrat (« Géopolitique de la Francophonie », 160p.) et de Serge Regourd (« De l’exception à la diversité culturelle » 120 pages) ne peuvent être contournés. Après avoir consulté les apports de Louis-Jean Calvet (questions internationales n°1), Abdou Diouf (Afrique contemporaine n°1) et le dossier Léopold Sédar Senghor (Afrique contemporaine n°201), comment squeezer le rapport de Josseline Bruchet (« Langue française et francophonie », 184 p.) et celui de Jean-François de Raymond (« L’action culturelle de la France », 136 p.) ?

A cela il convient d’ajouter quelques rapports édités par le Ministère de la Culture et de la communication avec en particulier celui concernant « L’évaluation de la politique en faveur du Français » rédigé par l’Inspecteur Général Hubert Astier, mais aussi les éditions 2005 et 2006 du « Rapport au parlement sur l’emploi de la langue française » (respectivement 227 et 145 p.)

Dans cet imposant gisement documentaire comment oublier le Sénat ? J’imagine que Christian Philip s’est penché sans délai sur le rapport Duvernois intitulé « Rapport d’Information sur la stratégie d’action culturelle de la France à l’étranger » (130 p.) et pour ne pas commettre d’impairs sur les rapports de l’Assemblée Nationale. Tout d’abord sur celui de Michel Merbillon intitulé « Rapport d’information sur la diversité linguistique dans l’Union européenne » (144 p.) mais aussi ceux d’Odette Turpin (sur la politique éducative), d’Yves Tavernier (sur les moyens de diffusion de la Francophonie) en ne négligeant pas, au nom de l’ouverture, le travail d’Yvette Roudy sur les droits de la personne et la Francophonie.

Je ne veux pas vous lasser mais sachez que des dizaines et dizaines d’autres rapports, textes, ouvrages et publications importantes existent sur ce sujet. Un petit tour du côté de chez Google va vous convaincre et vous permettre de mesurer l’ampleur de la tâche de M. Philip.

Comme vous tous j’ai hâte de découvrir ce rapport de Christian Philip qui sera un grand pas pour la Francophonie.

J’espère qu’en présentant son travail au Premier Ministre, Christian Philip n’oubliera pas de remercier Dominique Perben sans qui cette étude n’aurait pas été possible.

Lyon, le 29 mai 2007.  

Photo: DR

15/05/2007

En attendant les législatives.

medium_Sarkozy_NB.2.jpgLe piège imaginé par Sarkozy à quelques semaines des élections législatives se met en place. Celui qui demain va s’installer à l’Elysée manœuvre, il faut le dire, avec un certain succès. Sa seule obsession est de faire de l’image jusqu’au soir du 2ème tour des législatives, il fait donc de l’image.

Pour l’heure Sarkozy offre donc le visage de l’ouverture organisant la noria des visiteurs du côté de la rue St Dominique, propulsant avec doigté ces rumeurs et contre-rumeurs qui font saliver les médias, s’offrant même quelques petits accros au sein de l’UMP qui au final rapporteront beaucoup au futur président.

Qu’ils soient ce week-end membres ou non du futur gouvernement Fillon I, les Védrine, Kouchner, Allègre, participent de façon active et gourmande à l’épanouissement de cette image consensuelle, objectif principal de Sarkozy dans la période actuelle.

Alors que le grand chantier de la destruction-reconstruction de l’Etat se prépare activement en coulisse, avec les conséquences que les Français mesureront après les législatives, Sarkozy actionne aussi la deuxième mâchoire de son piège-tabou. En organisant, avant son entrée à l’Elysée, une consultation purement cosmétique avec les organisations syndicales, il s’offre, en complément de celle de l’ouverture et de l’apaisement, une image destinée à rassurer de façon quasi subliminale autour de l’idée d’un pseudo consensus social fondé sur pas grand chose voir sur n’importe quoi. Cette posture également utile dans cette campagne législative sera, il faut aussi le préciser, décisive le jour ou Sarkozy autorisera Fillon II à entrer dans une phase active à haut potentiel calorifique.

Pendant ce temps, le PS avec la délectation habituelle qui est la sienne « pense »  au risque de ne pas se concentrer sur l’élection qui se profile.

Comme l’écrivait Bernard Kouchner en exergue de son dernier opuscule édité avant les présidentielles, « c’est dur d’être de gauche, surtout quand on n'est pas de droite ». Pour l’instant je fais mienne cette déprimante pensée tout en vous promettant de revenir rapidement sur le cas de l’ex-french doctor devenu aventurier en politique.

Lyon, le 15 mai 2007.

14:35 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sarkozy, UMP, Kouchner, Fillon, Allegre, Vedrine, PS | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/05/2007

Massacres à la tronçonneuse.

medium_Sarkozy.jpgLa victoire de Nicolas Sarkozy commencerait-elle à être difficile à digérer pour certains qui, depuis des mois voire des années, affichaient avec zèle leur soutien indéfectible au patron de l’UMP ?

En s’orientant probablement vers une équipe ministérielle ramassée obéissant aux principes de parité et intégrant des ministres venus d’ailleurs, on ne peut que comprendre les inquiétudes qui commencent à agiter le microcosme des mâles de droite.

On en saura plus d’ici huit jours et en attendant Sarkozy va faire de la casse parmi la cohorte de prétendants jusqu’ici dévoués. Ce casting ministériel va donc faire des déçus y compris parmi les « sarkozystes canal-historique ». Les Jego, Paillé, Woerth et autres Blanc devront probablement se contenter de strapontins après l’éventuelle victoire des législatives, car pour l’instant, en bon communicateur, le nouveau président va surtout afficher une volonté offensive en désignant une équipe ministérielle réduite. Le temps de l’armée mexicaine viendra plus tard avec la nomination d’une kyrielle de seconds couteaux dans l’éventuel deuxième gouvernement Fillon.

Sale temps donc pour les mâles UMP qui devront faire place à sept femmes, à deux centristes hommes (Sauvadet ? Morin ? Robien ? Leroy ? …) et à un ou deux hommes de gauche, transfuges sans conviction (Védrine ?…), avant de prétendre à une petite friandise ministérielle. Sale temps également en perspective pour certains secteurs de l’appareil d’Etat qui, justes sortis de l’euphorie électorale, attendaient des jours meilleurs.

Cette semaine dont dispose Sarkozy pour s’outiller ne concerne donc pas seulement le personnel politique. L’autre enjeu est, au travers d’un découpage des fonctions ministérielles qui risque d’être taillé à la tronçonneuse, de rendre le plus vite possible opérationnelle la suppression des postes de fonctionnaires prévus. Déjà, dans certains grands corps de l’Etat, les groupes de pressions donnent de la voix pour être épargnés de la Kärchérisation annoncée. Ingénieurs des mines, des ponts, des eaux et forêts et quelques autres crient au scandale ayant peurs d’être sacrifiés dans le futur « ground zéro administratif » que leur prépare Sarkozy. Aux finances on s’attend également au pire tant le potentiel de liquidation de postes est jugé important par le pouvoir qui arrive. Même la FNSEA  trouille à l’idée de plus avoir de ministère de référence, Sarkozy n’entendant probablement pas faire perdurer un système protégé depuis des années par son prédécesseur.

D’ici quelques semaines la tornade Sarkozy risque de faire tout autant peur dans les rangs des dirigeants d’importantes entreprises publiques qui, à l’instar de Anne-Marie Idrac la nouvelle patronne de la SNCF opposée à une loi visant à limiter le droit de grève, devront se soumettre ou se démettre.

Qu’ils soient élus UMP, membres des grands corps de l’Etat, hauts cadres d’entreprises publiques, ces responsables, pour l’essentiel d’entre eux, attendaient avec impatience l’arrivée de Sarkozy pensant que les mauvais coups de leur patron allaient être portés uniquement vers le « petit peuple ». Très vite ils vont découvrir que l’équation est de nature différente.

Nous avons tous vus ce week-end la bobine de celui qui va certainement être le nouveau porte-parole de l’Elysée, un certain David Martinon. Je l’invite de suite à constituer un bon stock de gomina. Il devrait rapidement avoir besoin de faire bonne figure devant les caméras.

Lyon, le 14 mai 2007.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu