Avertir le modérateur

24/04/2007

Jaurès et eux

medium_Jaures-fluo.jpgAujourd'hui, comme chaque 24 avril, nous rendons hommage aux victimes du génocide des Arméniens de 1915. Pour la deuxième fois, le rassemblement Lyonnais se tiendra Place Antonin Poncet, au pied de ce mémorial qui, chacun s'en souvient, a vu la droite lyonnaise mener de sordides batailles destinées à s'opposer à sa réalisation. A un moment où Sarkozy le démagogue en appelle à Jaurès, je voudrais rafraîchir la mémoire de ceux qui ont oubliés que Jaurès fut un ardent défenseur de la cause arménienne, un humaniste bref un socialiste.

C'est pendant l'été 1894 que vont se produire les premiers grands massacres des Arméniens commis par le Sultan Abdul Hamid. Ils ne sont en vérité que le premier maillon d'une chaîne de l'horreur qui conduira en 1915 le "gouvernement Jeune Turc" à mettre en œuvre un processus génocidaire.

Jean Jaurès quant à lui sera assassiné le 31 juillet 1914 mais dès les premiers jours de 1895, Jean Jaurès entamera, contre toute attente, sa lutte inlassable pour dénoncer les crimes contre les Arméniens. Dans la presse, à la tribune de l'Assemblée, le député de Carmaux dénoncera ces massacres et la haine nationaliste qui montait en Europe sous les yeux d'une politique étrangère française aveugle, sourde et aphone.

Agé de seulement trente-sept ans, Jaurès va avec courage et émotion, bouleverser la représentation nationale au point qu'un certain Proust, dans "Jean Santeuil", sous les traits du député Couzon, évoquera le combat de Jaurès pour la cause arménienne.

Dans son discours du 3 novembre 1896, à la tribune de ce que l'on nomme alors la Chambre des députés, Jaurès, avec un souffle et une puissance étonnante, sous les applaudissements de la gauche dit:

"le silence complet, silence dans la presse, dont une partie, je le sais, directement ou indirectement, a été payée pour se taire (applaudissements à gauche), silence dans nos grands journaux, dont les principaux commanditaires sont les bénéficiaires de larges entreprises ottomanes, mais surtout silence du gouvernement de la France! Quoi devant tout ce sang versé, devant ces abominations et ces sauvageries, devant cette violation de la parole de la France et du droit humain, pas un cri n'est sorti de vos connivences, et vous avez assisté, muets et, par conséquent, complices, à l'extermination complète."

 

La rumeur et le brouhaha monte alors des divers rangs de l'Assemblée, et le Président de la chambre interrompant Jaurès réplique,

"Il n'est pas possible, monsieur Jaurès, que vous adressiez au Gouvernement de la république des paroles qui seraient insultantes. Il n'est pas possible de dire qu'il a été complice d'un égorgement. Je vous engage à retirer cette parole". 

Sans commentaires. 

Lyon, le 24 avril 2007.

Jaurès et eux

medium_Jaures-fluo.jpgAujourd'hui, comme chaque 24 avril, nous rendons hommage aux victimes du génocide des Arméniens de 1915. Pour la deuxième fois, le rassemblement Lyonnais se tiendra Place Antonin Poncet, au pied de ce mémorial qui, chacun s'en souvient, a vu la droite lyonnaise mener de sordides batailles destinées à s'opposer à sa réalisation. A un moment où Sarkozy le démagogue en appelle à Jaurès, je voudrais rafraîchir la mémoire de ceux qui ont oubliés que Jaurès fut un ardent défenseur de la cause arménienne, un humaniste bref un socialiste.

C'est pendant l'été 1894 que vont se produire les premiers grands massacres des Arméniens commis par le Sultan Abdul Hamid. Ils ne sont en vérité que le premier maillon d'une chaîne de l'horreur qui conduira en 1915 le "gouvernement Jeune Turc" à mettre en œuvre un processus génocidaire.

Jean Jaurès quant à lui sera assassiné le 31 juillet 1914 mais dès les premiers jours de 1895, Jean Jaurès entamera, contre toute attente, sa lutte inlassable pour dénoncer les crimes contre les Arméniens. Dans la presse, à la tribune de l'Assemblée, le député de Carmaux dénoncera ces massacres et la haine nationaliste qui montait en Europe sous les yeux d'une politique étrangère française aveugle, sourde et aphone.

Agé de seulement trente-sept ans, Jaurès va avec courage et émotion, bouleverser la représentation nationale au point qu'un certain Proust, dans "Jean Santeuil", sous les traits du député Couzon, évoquera le combat de Jaurès pour la cause arménienne.

Dans son discours du 3 novembre 1896, à la tribune de ce que l'on nomme alors la Chambre des députés, Jaurès, avec un souffle et une puissance étonnante, sous les applaudissements de la gauche dit:

"le silence complet, silence dans la presse, dont une partie, je le sais, directement ou indirectement, a été payée pour se taire (applaudissements à gauche), silence dans nos grands journaux, dont les principaux commanditaires sont les bénéficiaires de larges entreprises ottomanes, mais surtout silence du gouvernement de la France! Quoi devant tout ce sang versé, devant ces abominations et ces sauvageries, devant cette violation de la parole de la France et du droit humain, pas un cri n'est sorti de vos connivences, et vous avez assisté, muets et, par conséquent, complices, à l'extermination complète."

 

La rumeur et le brouhaha monte alors des divers rangs de l'Assemblée, et le Président de la chambre interrompant Jaurès réplique,

"Il n'est pas possible, monsieur Jaurès, que vous adressiez au Gouvernement de la république des paroles qui seraient insultantes. Il n'est pas possible de dire qu'il a été complice d'un égorgement. Je vous engage à retirer cette parole". 

Sans commentaires. 

Lyon, le 24 avril 2007.

28/03/2007

Expulsions

medium_RESF1.jpgMes amis du CCAF (Conseil de Coordination des organisations arméniennes de France) m'informent du sort de la famille Sarkissian, arrêtée ce matin et vraissemblablement à l'heure où j'écris au centre de rétention en instance d'expulsion.

Les Sarkissian se sont les parents (Ashot 30 ans et Nelly 25 ans), leur fils Georg (3 ans) et la grand-mère Aida (69 ans). Avant d'arriver en France, ils avaient quitté la Russie pour rejoindre la Suède où Georg est né. Vont-ils être refoulés vers la Suède ou pire vers l'Arménie où ils n'ont ni famille, ni proches susceptibles de les accueillir ?

Après ce qui s'est passé à l'école de la rue Rampal à Paris, comment ne pas s'inquiéter du sort de ce petit Georg scolarisé à l'école Condé dans le 2ème arrondissement de Lyon.

Pour en savoir plus, sur le parcours de la famille Sarkissian lire la note de RESF Rhône qui suit.

Lire la suite

15:40 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Arménie, Armenie, RESF, expulsion, expulsions, enfants | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Expulsions

medium_RESF1.jpgMes amis du CCAF (Conseil de Coordination des organisations arméniennes de France) m'informent du sort de la famille Sarkissian, arrêtée ce matin et vraissemblablement à l'heure où j'écris au centre de rétention en instance d'expulsion.

Les Sarkissian se sont les parents (Ashot 30 ans et Nelly 25 ans), leur fils Georg (3 ans) et la grand-mère Aida (69 ans). Avant d'arriver en France, ils avaient quitté la Russie pour rejoindre la Suède où Georg est né. Vont-ils être refoulés vers la Suède ou pire vers l'Arménie où ils n'ont ni famille, ni proches susceptibles de les accueillir ?

Après ce qui s'est passé à l'école de la rue Rampal à Paris, comment ne pas s'inquiéter du sort de ce petit Georg scolarisé à l'école Condé dans le 2ème arrondissement de Lyon.

Pour en savoir plus, sur le parcours de la famille Sarkissian lire la note de RESF Rhône qui suit.

Lire la suite

15:40 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Arménie, Armenie, RESF, expulsion, expulsions, enfants | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/03/2007

Ors et trésors d'Arménie

medium_Arménie_mon_amie.jpgHier soir au Musée des Tissus de la rue de la Charité, nous inaugurions l'exposition "Ors et trésors d'Arménie" consacrée à la présentation et la mise en valeur d'objets liturgiques venus d'Arménie. Même si cette exposition exceptionnelle qui mérite largement une visite vous rebute, sachez que l'année de l'Arménie à Lyon va vous réserver de nombreuses autres surprises jusqu'à la fin juin avec en particulier la venue au Ninkasi-Kao de l'"Arménian Navy Band".
 
medium_Musee_des_tissus_-_Ors_et_tresors_d_arménie_-_tribune_JYS.jpg
 De droite à gauche: Jean-Yves Sécheresse, Docteur Kepenekian (Fondation Bullukian), Monseigneur Zacharian (Evêque de l'Eglise Arménienne), Jean-Pierre Claveranne (Président de la Fondation Bullukian) et son Excellence l'Ambassadeur de la République d'Arménie M. Nalbandian
medium_Expo_Ors_et_tresors_Arménie_-_JYS.jpg
 De droite à gauche: son Excellence l'Ambassadeur de la République d'Arménie M. Nalbandian, Jean-Yves Sécheresse, Monseigneur Zacharian, le Professeur Durand (Fondation de Fourvière), le Cardinal Philippe Barbarin, Archevêque de Lyon.
Lyon, le 22 mars 2007. 

Ors et trésors d'Arménie

medium_Arménie_mon_amie.jpgHier soir au Musée des Tissus de la rue de la Charité, nous inaugurions l'exposition "Ors et trésors d'Arménie" consacrée à la présentation et la mise en valeur d'objets liturgiques venus d'Arménie. Même si cette exposition exceptionnelle qui mérite largement une visite vous rebute, sachez que l'année de l'Arménie à Lyon va vous réserver de nombreuses autres surprises jusqu'à la fin juin avec en particulier la venue au Ninkasi-Kao de l'"Arménian Navy Band".
 
medium_Musee_des_tissus_-_Ors_et_tresors_d_arménie_-_tribune_JYS.jpg
 De droite à gauche: Jean-Yves Sécheresse, Docteur Kepenekian (Fondation Bullukian), Monseigneur Zacharian (Evêque de l'Eglise Arménienne), Jean-Pierre Claveranne (Président de la Fondation Bullukian) et son Excellence l'Ambassadeur de la République d'Arménie M. Nalbandian
medium_Expo_Ors_et_tresors_Arménie_-_JYS.jpg
 De droite à gauche: son Excellence l'Ambassadeur de la République d'Arménie M. Nalbandian, Jean-Yves Sécheresse, Monseigneur Zacharian, le Professeur Durand (Fondation de Fourvière), le Cardinal Philippe Barbarin, Archevêque de Lyon.
Lyon, le 22 mars 2007. 

22/02/2007

Arméniens mes amis. Arménie mon amie.

medium_Perben.jpg

C’est fou ce que Dominique Perben peut aimer l’Arménie depuis quelques temps. Lundi soir il était à Paris au dîner annuel du CCAF (Conseil de Coordination des organisations arméniennes de France). Il représentait Jacques Chirac. Sur son blog, Dominique Perben parle bien entendu d’une « soirée chaleureuse et émouvante » car pour Dominique Perben il faut savoir que les rencontres avec nos amis arméniens sont toujours « émouvantes ». C’est curieux car me concernant, au fil de mes nombreuses rencontres et soirées avec nos amis arméniens, ce n’est pas systématiquement l’émotion qui nous submerge. C’est parfois « drôle », « sympa », bref tout simplement des soirées entre amis.

Quelques lignes plus bas notre blogueur-né rappelle qu’il accompagnait il y a quelques mois le même Chirac lors du voyage officiel du Président en République d’Arménie pour évoquer leur visite au mémorial de Erevan il parle d’un « moment très fort ». Ouf !

En vérité depuis la sinistre guerilla visant à s’opposer à l’édification d’un mémorial place Antonin Poncet on a l’impression qu’ils sont nombreux dans cette ville à sur-jouer leur amitié à l’égard de nos compatriotes d’origine arménienne, comme s’il s’agissait à quelques encablures des élections municipales de faire oublier quelques errances. (voir mon billet du 15 décembre 2006)

En fait, cet amour de Dominique Perben pour la cause arménienne me va droit au cœur et me satisfait mais certains de mes amis arméniens qui ont de la jugeote me demandaient l’autre jour ce qu’avait fait, pendant 3 longs mandats, dans sa bonne ville, le Maire de Châlon-sur-Saône, un certain Dominique Perben en matière de reconnaissance du génocide ou de coopération avec l’Arménie ? Allez savoir !

Lyon, le 22 février 2007. 

> Lire également l'ensemble des billets publiés sur le thème de l'Arménie

> Voir également la gallerie photos lors de ma dernière mission à Erevan en février 2007 

16/02/2007

Sur le départ

medium_Yerevan_nuit2.jpgCe matin, autour de Monsieur Rousset, recteur de l'université Franco-Arménienne de Erevan, briefing avec les étudiants qui vont se rendre à Lyon à l'occasion de la Foire International de Lyon en mars prochain. Je rencontre là des jeunes qui pratiquent un excellent français acquis le plus souvent en moins de trois ans et qui montrent une grande motivation et une véritable détermination. Leur formation en droit, en marketing et en gestion leurs permettront de mettre en contact des entreprises arméniennes et françaises, ouvrant ainsi des portes au très difficile développement de l'Arménie.

Vers 13h00, déjeuner de travail au lycée professionnel avec le directeur général de la SEPR et Monsieur Manzanares le président de l'association à l'origine du projet. Ce restaurant d'application de bonne qualité va permettre à de jeunes arméniens de maitriser les métiers de la restauration et de l'accueil.

En fin d'après-midi, visite au mémorial dédié aux victimes du génocide au cours de laquelle je constate comme il y a deux ans que les arbres plantés par Gérard Collomb, Jean Paul Bret et Monseigneur Barbarin sont en pleine forme.

Diner amical avec Roukas - un ami d'Erevan - dans un restaurant "branché" des hauts quartiers de la Ville.

Demain 4h00, départ de Erevan pour Lyon via Vienne...

Erevan, le 16 février 2007.

Sur le départ

medium_Yerevan_nuit2.jpgCe matin, autour de Monsieur Rousset, recteur de l'université Franco-Arménienne de Erevan, briefing avec les étudiants qui vont se rendre à Lyon à l'occasion de la Foire International de Lyon en mars prochain. Je rencontre là des jeunes qui pratiquent un excellent français acquis le plus souvent en moins de trois ans et qui montrent une grande motivation et une véritable détermination. Leur formation en droit, en marketing et en gestion leurs permettront de mettre en contact des entreprises arméniennes et françaises, ouvrant ainsi des portes au très difficile développement de l'Arménie.

Vers 13h00, déjeuner de travail au lycée professionnel avec le directeur général de la SEPR et Monsieur Manzanares le président de l'association à l'origine du projet. Ce restaurant d'application de bonne qualité va permettre à de jeunes arméniens de maitriser les métiers de la restauration et de l'accueil.

En fin d'après-midi, visite au mémorial dédié aux victimes du génocide au cours de laquelle je constate comme il y a deux ans que les arbres plantés par Gérard Collomb, Jean Paul Bret et Monseigneur Barbarin sont en pleine forme.

Diner amical avec Roukas - un ami d'Erevan - dans un restaurant "branché" des hauts quartiers de la Ville.

Demain 4h00, départ de Erevan pour Lyon via Vienne...

Erevan, le 16 février 2007.

15/02/2007

Jazz

medium_Bmpg_JY-Erevan-nuit.jpgAprès une après-midi tournée essentiellement autour du Lycée professionnel franco-Arménien dont j’ai pu une nouvelle fois apprécier le travail réalisé loin des paillettes, la journée se termine dans le temple du jazz arménien, le Malkhas Jazz Club.

Apres moins d`un km de rue défoncée, boueuse, glacée donc glissante, au 52 de Pushkin street, sur la droite, le club le plus célèbre de Erevan tenu par Malkhas, pianiste de jazz légitimement reconnu et adulé, je vais passer une soirée étonnante dans une ville aussi improbable que cette capitale en chantier.

Une black Russian (vodka et reglisse), 22 heures la première formation débute son set. 23 heures, une autre black Russian ...Je vous laisse en espérant que la liaison est correcte ce soir. Malkhas se produit vers minuit avec quelques jeunes musiciens du cru. J’y retourne. A demain si internet le veut bien.

Erevan, le 15 février 2007.

23:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Erevan, Arménie, Armenie, Lycée, Jazz, club, sécheresse | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Jazz

medium_Bmpg_JY-Erevan-nuit.jpgAprès une après-midi tournée essentiellement autour du Lycée professionnel franco-Arménien dont j’ai pu une nouvelle fois apprécier le travail réalisé loin des paillettes, la journée se termine dans le temple du jazz arménien, le Malkhas Jazz Club.

Apres moins d`un km de rue défoncée, boueuse, glacée donc glissante, au 52 de Pushkin street, sur la droite, le club le plus célèbre de Erevan tenu par Malkhas, pianiste de jazz légitimement reconnu et adulé, je vais passer une soirée étonnante dans une ville aussi improbable que cette capitale en chantier.

Une black Russian (vodka et reglisse), 22 heures la première formation débute son set. 23 heures, une autre black Russian ...Je vous laisse en espérant que la liaison est correcte ce soir. Malkhas se produit vers minuit avec quelques jeunes musiciens du cru. J’y retourne. A demain si internet le veut bien.

Erevan, le 15 février 2007.

23:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Erevan, Arménie, Armenie, Lycée, Jazz, club, sécheresse | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/02/2007

Neige et froid sur Erevan

medium_erevan2.jpgLa vie semble toujours aussi difficile ici et il n'est pas rare de voir des mendiants dans les rues. Les importateurs de 4x4 par contre doivent se porter à merveille.

Nous avons fait, avec l'Ambassadeur de France, le point sur la situation politique entre l'Arménie et la Turquie, suite à l'assassinat de Dink.

Manifestement peu de choses bougent et la République d’Arménie demeure prudente et expectative. Pour ce qui concerne la coopération entre nos deux villes, les encouragements de notre représentation diplomatique sont réels.

A demain malgré une liaison internet difficile.

Erevan, le 14 février 2007. 

Neige et froid sur Erevan

medium_erevan2.jpgLa vie semble toujours aussi difficile ici et il n'est pas rare de voir des mendiants dans les rues. Les importateurs de 4x4 par contre doivent se porter à merveille.

Nous avons fait, avec l'Ambassadeur de France, le point sur la situation politique entre l'Arménie et la Turquie, suite à l'assassinat de Dink.

Manifestement peu de choses bougent et la République d’Arménie demeure prudente et expectative. Pour ce qui concerne la coopération entre nos deux villes, les encouragements de notre représentation diplomatique sont réels.

A demain malgré une liaison internet difficile.

Erevan, le 14 février 2007. 

13/02/2007

La coopération Lyon-Erevan

medium_Erevan.jpgUn petit mot rapide depuis l’aéroport de Saint-Exupéry. J’embarque dans trois quarts d’heures pour Erevan. Si cela s’avère possible, je compte vous envoyer quelques billets depuis la capitale de la République d’Arménie. Pour patienter voici quelques éléments d’un programme plutôt chargé.

Demain, rendez-vous avec l’Attaché de Coopération de l’ambassade puis déjeuner avec Monsieur Smessow le nouvel ambassadeur de France en Arménie.

Jeudi, assemblée générale du lycée professionnel de Erevan, établissement à qui les villes de Lyon et Villeurbanne apportent un grand soutien avec la SEPR (Société d'Enseignement Professionnel du Rhône), le Conseil Général de l’Isère ainsi que celui du Rhône. Vendredi rendez-vous à l’Université  française d’Arménie avec le recteur Monsieur Rousset et Monsieur Markarian, directeur exécutif de l’Union des entrepreneurs. A ces rendez-vous incontournables, selon un programme organisé par la Mairie de Erevan, je dois aussi participer à une réunion de travail concernant le futur jardin de Lyon que nos deux villes vont aménager. Une autre visant à finaliser la participation de l’Arménie à la prochaine foire de Lyon est prévue au cours de ces trois jours. Une visite à la Fédération arménienne d’échecs, championne du monde par équipe, sera organisée suite à l’échange intervenu il y a quelques semaines avec le Lyon Olympique Echec.

Si l’objectif de la mission concerne également certaines manifestations qui s’intègrent dans l’année de l’Arménie comme l’accueil de jeunes enfants de Erevan par des familles lyonnaises lors des prochaines vacances de Pâques, l’étude de nouvelles thématiques dans le cadre des accords entre nos deux villes seront également abordées, en particulier au sujet de la pollution des sols mais aussi la mise en place de politiques de santé publique.

Lyon, le 13 février 2007.

19:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Arménie, Armenie, Erevan, Lyon, coopération, ville, villes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La coopération Lyon-Erevan

medium_Erevan.jpgUn petit mot rapide depuis l’aéroport de Saint-Exupéry. J’embarque dans trois quarts d’heures pour Erevan. Si cela s’avère possible, je compte vous envoyer quelques billets depuis la capitale de la République d’Arménie. Pour patienter voici quelques éléments d’un programme plutôt chargé.

Demain, rendez-vous avec l’Attaché de Coopération de l’ambassade puis déjeuner avec Monsieur Smessow le nouvel ambassadeur de France en Arménie.

Jeudi, assemblée générale du lycée professionnel de Erevan, établissement à qui les villes de Lyon et Villeurbanne apportent un grand soutien avec la SEPR (Société d'Enseignement Professionnel du Rhône), le Conseil Général de l’Isère ainsi que celui du Rhône. Vendredi rendez-vous à l’Université  française d’Arménie avec le recteur Monsieur Rousset et Monsieur Markarian, directeur exécutif de l’Union des entrepreneurs. A ces rendez-vous incontournables, selon un programme organisé par la Mairie de Erevan, je dois aussi participer à une réunion de travail concernant le futur jardin de Lyon que nos deux villes vont aménager. Une autre visant à finaliser la participation de l’Arménie à la prochaine foire de Lyon est prévue au cours de ces trois jours. Une visite à la Fédération arménienne d’échecs, championne du monde par équipe, sera organisée suite à l’échange intervenu il y a quelques semaines avec le Lyon Olympique Echec.

Si l’objectif de la mission concerne également certaines manifestations qui s’intègrent dans l’année de l’Arménie comme l’accueil de jeunes enfants de Erevan par des familles lyonnaises lors des prochaines vacances de Pâques, l’étude de nouvelles thématiques dans le cadre des accords entre nos deux villes seront également abordées, en particulier au sujet de la pollution des sols mais aussi la mise en place de politiques de santé publique.

Lyon, le 13 février 2007.

19:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Arménie, Armenie, Erevan, Lyon, coopération, ville, villes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu