Avertir le modérateur

31/10/2008

Obama mixtape

small_obama_image.jpgL’essentiel de ma journée va être consacrée à faire le voyage retour de Erevan. Difficile donc de m’embarquer dans de savantes dépressions sur l’actualité sachant que nul quotidien français, même avec retard, est disponible en Arménie. A propos de presse, je lisais à l’aller que la liste des artistes et en particulier des musiciens soutenant McCain était proche de la disette. Mis à part Burt Bacharach, quelques redneck de la country comme le rejeton de Hank Williams, l’impayable Ted Nugent, Pat Boone et, si je me souviens bien, l’ex-Nirvana Krist Novoselic supporter il fût un temps de Mitt Rommey, pas grand monde à se mettre sous la dent pour un McCain qui peut bien dénoncer les élites qui soutiennent Barrack Obama.

Dans l’autre camp il y a pléthore. Aux côtés des Sprinsteen, Mickael Stipe, Barbara Streisand, Paul Simon, Jackson Browne et autres Sheryl Crow la plupart des vedettes du Rap sont de sortie pour soutenir le candidat démocrate. C’est en vérité une grande première et clips de soutien, consignes de vote et appels pour s’inscrire sur les listes électorales convergent vers Obama même si de temps à autre le probable vainqueur démocrate se passerait bien d’intempestifs propos venant des milieux du hip-hop comme celui de Ludacris ayant traité Hillary Clinton de « bitch ». On ne se refait pas. Russell Simons et Green Lantern proposent un « Obama mixtape » qui cartonne sur le net. Cliquer ci-dessous pour l'écouter:


podcast

Erevan, le 31 octobre 2008

 

23/08/2008

W comme Woodstower

1252655312.jpgSi notre W aujourd’hui doit signifier « Woodstower » il va, je l’espère, vous rappeler que W veut également dire « Week end » puisque le Festival lyonnais aura lieu en fin de semaine prochaine sur le Parc Nature de Miribel-Jonage avec un plateau artistique à la hauteur du bon esprit des organisateurs. Avec ses dizaines de bénévoles qui travaillent aujourd’hui avec acharnement le rendez-vous 2008 du Festival, jadis chassé par les autorités de la Tour de Salvagny, répondra à la curiosité de tous, loin des grandes machines qui écument l’été français. Merci de réserver votre prochain Week end aux Woodstowers.
 

> Voir le programme des concerts

Londres, le 23 août 2008.

16/08/2008

S comme Spooky Tooth

302472286.jpgLes habitués de ce blog savent combien j’apprécie le travail effectué par l’éditeur marseillais « Le mot et le reste ». Un bémol pourtant s’impose concernant leur nouvelle collection à bas prix intitulée « Solo ». Le concept, déjà mis en pratique par d’autres, est pourtant intéressant. Chaque livre, d’une soixantaine de pages, est consacré à un album, libre à son auteur de nous en confier le témoignage au travers le méandre de ses souvenirs. Après un « Beatles » décevant de Jérôme Attal et un « Morton Feldmann » pas marrant de Guillaume Belhomme, voici que « Solo » nous propose un « Spooky Tooth » d’Emmanuel Loi.

Qui se souvient des Spooky Tooth groupe secondaire mais existant de la fin des années soixante biberonné au blues-rock ambiant et écrin efficace mais rarement brillant pour leur formidable chanteur Mike Harrison. Emmanuel Loi nous parle plus particulièrement de « Spooky Two », le second album du combo, même si « The last puff » avec l’impressionnant « I’m the walrus » emprunté à Lennon aurait pu également faire l’affaire, mais peu importe.

La déception après lecture est d’autant plus forte que l’auteur nous embarque dans une série de considérations personnelles que je juge secondaires et d’approximations musicales liées à son adolescence qui sont parfois irritantes.

Alors que je me faisais une joie de lire quelques pages bien serrées sur un groupe attachant je me suis coltiné les confidences à la première personne de l’itinéraire d’un type à qui va toute ma sympathie mais dont l’intérêt n’est pas parvenu à me convaincre. Quelques pages musclées sur les VIP’S précédant  groupe de Mike Harrison, nous aurait enfin permis de humer l’air de l’époque. Déception.

couv_1176.jpg

Lyon, le 16 août 2008.


25/07/2008

F comme festivals

1614910949.jpgDepuis plusieurs semaines les festivals d’été battent le plein, certains sont excellents, la plupart sans véritable intérêt, quelques-uns de véritables pillages de notre porte-feuille. Beaucoup d’artistes passent de l’un à l’autre, il est donc statistiquement impossible de ne pas les rencontrer. Nous en parlerons peu dans ce billet mais je compte revenir, début août, sur le Main Square d’Arras cornaqué maintenant par Live Nation.
 
  • 26 et 27 juillet, Tempo Latino, l’incontournable festival gersois invite cette année Barcelone qui débarque avec huit formations. Egalement au programme Dave Valentin le portoricain et flûtiste new yorkais au sein de The Tropic heat, Yerba Buena et Ska Cubano. (www.tempo-latino.com)
  • 28 juillet, les vieux hippies friqués iront applaudir Chicago (ex Transit Authority) au Sporting Summer Festival de Monte Carlo et le 22 Août Eric Clapton (ex Dieu).
  • Le sur-côté Manu Chao boucle sa sympathique tournée dans les arènes de Bayonne le 30 juillet. Un second concert est prévu le lendemain, bonne ambiance assurée.
  • 1er et 2 août, les amateurs de reggae ne peuvent rater le dernier grand festival du genre, le Reggae Sunska. Cette année les légendaires Max Romeo, The Beat et la nouvelle génération représentée entre autre par Nneka se produiront en terre girondine tout comme Dub Pistols et le Peuple de l’Herbe. (www.reggaesunska.com) 
  • « Jazz in Marciac » dont la quinzaine est entamée depuis le 1er Août accueille le 4 août John Zorn et l’inévitable Wynton Marsalis le 8. Me concernant, je me réserve la soirée du 9 août avec Brad Mehldau et Mc Coy Tyner. (www.jazzinmarciac.com)
  • du 7 au 9 août, si vous êtes lyonnais une escapade suisse peut se concevoir pour assister à la douzième édition du festival For noisewww.fornoise.ch avec Tricky, Mercury Rev, Anti Pop Consortium et quelques autres ()
  • 8 août, dernière soirée de Fiesta Sète qui fête également ses douze ans avec, pour les nostalgiques, Kid Creole et ses fameuses Coconuts. (www.fiestasete.com)
  • 9 août, Sonic Youth est à Saint Nazaire dans le cadre du Festival Les Escales (www.les-escales.com)
  • 10 août, le magnifique Alain Bashung est l’une des têtes d’affiche du Festival du bout du monde sur la presqu’île de Crozon (www.festivalduboutdumonde.com)
  • du 12 au 18 août, Festival Sziget (Hongrie) présenté comme le Woodstock européen, son rendez-vous 2008 est plutôt décevant sur le plan de la programmation. A noter le passage de REM le 16 août, un groupe que vous pourrez retrouver à Rock-en-Scène fin août.
  • le 14 août, premier lever de rideau pour la Route du Rock avec les Tintersticks, les inévitables The Do et le grand retour des Breeders (www.laroutedurock.com). A moins de préférer Saint Malo un 15 août, si vous êtes parisien ou à Paris, Sporto Kantes le nouvel engouement médiatique se produit à « Paris Plage » gratuitement.
  • le 29 août, Rock-en-Seine au Domaine National de Saint-Cloud avec The Raconteurs, la formidable Kate Nash, l’inusable Jon Spencer Blues Explosion, The Streets et surtout Amy Winehouse qui, espérons-le, sera en forme, mais ça c’est une autre histoire.
  • C’est l’heure de la rentrée, cela étant sachez que vous pourrez retrouver l’air de vos vacances musicales à Marseille, du 25 au 27 septembre, pour la dixième édition de Marsatac qui s’annonce comme mémorable avec Supergrass, Laurent Garnier, The Notwist, Patrice et bien d’autres (www.marsatac.com).

Si au cours de vos vacances vous croisez Tom York (Radiohead) qui réclamerait paraît-il 600 000 euros par concert, Ben Harper (400 000 euros) ou Moby (250 000 euros), demandez-leur tout de même ce qu’ils font de leur fric.

 


Lyon, le 25 juillet 2008.

14/07/2008

A comme Abécedaire

761705155.jpgComme l’été passé, je compte vous proposer jusqu’au 26 Août, date de reprise de ce blog, un abécédaire destiné à évoquer quelques-uns des sujets squeezés par l’actualité de la saison II de « de Lyon et d’ailleurs ». Avec, dans le désordre « B comme Bubblegum », « Z comme Zones », « C comme cons », « P comme Pékin » et « W comme Woodstower » nous traverserons les canicules ( ?) et les orages de l’été à un rythme toujours quotidien mais définitivement cool.

La rentrée de septembre sera probablement marquée par une évolution de « De Lyon et d’ailleurs » qui accueillera des invités permanents en se la jouant plus collectif.

Dans le même temps il m’arrivera de bloguer sur le nouveau site de Lyon Mag à condition que la rentrée ne se présente pas trop funeste pour le magazine lyonnais. En attendant vous pouvez poster quelques commentaires personnels relatifs à vos émotions, vos colères et vos engouements de cet été 2008.

Pour commencer en fanfare, et avant le « A comme Apollon » de demain, voici quelques vidéos témoignages musicaux de la saison 2007 -2008.


Rendez-vous demain pour quelques mots sur ces musées qui s’inscrivent dans la mondialisation culturelle.

Lyon, le 14 juillet 2008.

29/06/2008

L’écran des possibles

La semaine prochaine, du 3 au 6 Juillet, la Mairie du 4ème arrondissement lance avec « Acte Public » la première édition d’un évènement qui devrait satisfaire un public nombreux. Il s’agit en effet dans le beau parc de la cerisaie de découvrir des productions audiovisuelles « made in Rhône-Alpes ». La sélection, projetée sous les étoiles et sur grand écran, vise sur quatre jours le public jeune avec en particulier une sélection de la production de « Cap Canal » mais aussi les amateurs de musique puisque, entre autre avec le concours de « Séquence », ce festival naissant va proposer de nombreux documentaires et captations de concerts.
Sur www.actepublic.fr le détail de la programmation destinée aux enfants est accessible. Je veux donc m’en tenir aujourd’hui à la très intéressante offre musicale.
  • Jeudi 3 juillet - Après un set DJ assuré par les Nuits Sonores, à 22h00 vidéos produites par l’équipe d’Arty Farty, à 23h00 documentaire sur les Nuits Sonores 2005 (Acte Public/TLM), à 23h30 « Electrocité » documentaire sur les Nuits Sonores 2007 (Acte Public/TLM)
  • Vendredi 4 juillet - Après « Akousmonium », orchestre de haut-parleurs destiné à la spatialisation des musiques et des sons, 22h00, captation d’Onysos le furieux » (Acte Public/TL7), 00h00 « Mango Gadzi » portrait du groupe de musiques métissées grenoblois (Acte Public/TLM)
  • Samedi 5 juillet – A 22h00 « Zen Zila aux Séquentielles », un document produit par TLM et Séquence qui est une captation de concert du groupe Lyonnais, 23h00 en exclusivité documentaire sur les 20 ans des Eurockéennes de Belfort (Séquence) et à 00h00 diffusion du mythique concert de Nick Cave au Transbordeur (Séquence).

Ces projections vidéos diffusées dans l’ambiance champêtre du Parc de la Cerisaie sont donc une heureuse initiative de la Mairie du 4ème, gratuite, conviviale et « bio » puisque avec une AMAP locale, une restauration de qualité sera proposée à tous.

Lyon, le 29 juin 2008.

27/06/2008

Colon à Lyon

Il paraît que adolescent, Willie Colon était tout sauf un virtuose. C’est pourtant aujourd’hui une des gloires de la Salsa et celui que l’on surnommait alors à New York, « El malo » (le méchant), en raison de son style peu orthodoxe constitue aujourd’hui une référence majeure du trombone mais surtout une star incontestée des musiques latines.

En compagnie de Hector La Voe au chant, Colon va traverser la Salsa des années soixante-dix avec succès, originalité, force mais aussi un regard concerné sur le monde qui sera encore plus aiguisé lors de son association avec Ruben Blades qui malheureusement prendra fin au début des années quatre-vingt.

C’est donc une immense star qui se produit ce soir à « Y Salsa Festival » sur l’Ile Barbe (9ème arrondissement). Un musicien consacré dans le monde entier, honoré par ses pairs, un leader qui occupe une place privilégiée au sein de la Communauté Latino-américaine en raison de son soutien aux combats pour les Droits, les Arts, sur le Sida au point que « Willie » Colon sera un moment candidat malheureux au congrès dans le district de New York.

Star du mythique Label Fania, producteur à succès, adaptateur de chansons de Brel, Carole King, Caetano Veloso, Willie Colon était l’an passé au Festival Tempo Latino pour ce qui était alors présenté comme sa dernière prestation scénique en France. Ses passages à Lyon ce soir et à Paris en juillet sont une nouvelle fois annoncés comme la « der des ders » des tournées françaises. Une occasion à ne surtout pas rater.

Renseignements sur www.y-salsa.com et 04 78 39 52 78.

Clermont-Ferrand, le 27 juin 2008     

25/06/2008

Young est en Ville

Si tout va bien, ce soir ils seront tous à la Halle Tony Garnier pour assister au show de Neil Young. Tous. Les fans de la première heure qui écoutaient religieusement Buffalo Springfield, nous sommes en 1967-1968, ceux qui par la suite ne vont jamais lâcher le Canadien et qui, dès la sortie en 1969 du premier album solo, vouer un véritable culte à l’auteur de « Cinnamon Girl » ou « Down by the river ».

Arrivent ensuite ceux de la « Woodstock génération » qui découvrent un guitariste plein de hargne qui vient rejoindre Stephen Stills ( l’ex Buffalo Springfield), David Crosby (l’ex Byrd) et l’ex Hollies, Graham Nash. Dans le répertoire de CSN&Y, « Carry On », « Wooden Ships », « Ohio » devront beaucoup à Young, tout particulièrement sur scène.

La troisième vague qui s’identifie à Neil Young et plus particulièrement à son deuxième album solo, l’extraordinaire « After the Goldrush » a, pour les uns, comme titre fétiche « Tell me why », pour les autres « Southern Man » ou « Birds ». Nous sommes en 1970.

Le gros des troupes rejoint le mouvement deux ans plus tard, à la sortie du succès mondial, « Harvest », c’est la génération « Old Man », « The needle and the Damage Done ». Des fans qui par la suite auront des difficultés à suivre Young dans ses formidables et furieuses envolées électriques avec Crazy Horse. Une bonne partie sera perdue pour la cause. « Tonight’s the night » (1973) comme « Zuma » (1975) ne plaident pas pour leur retour au bercail car le parcours décousu et contradictoire de Neil Young les laissera de marbre.

Grand Frère du grunge, de « Rust never sleeps » à « Freedom » Neil Young va devenir dans les années quatre-vingt l’une des références pour une nouvelle génération musicale qui ne ratera pas le rendez-vous de ce soir.

Nous gardons tous en mémoire les deux derniers concerts du Théâtre antique de Vienne, en particulier celui qui fit passer les Foofighters pour un garage band approximatif et Alanis Morissette pour ce qu’elle est.

Depuis, Neil Young continue son noble cheminement. Les bons albums succèdent aux excellents et la sortie de quelques pépites des archives du loner redonnent de l’appétit aux plus anciens. Vous l’avez compris, Neil Young est ce soir en ville et vous ne pouvez pas vous faire porter pâle, la musique de Young étant toujours aussi jeune.

Lyon, le 25 juin 2008.

13/10/2007

Tiken Jah Fakoly

medium_Tiken_Jah_Fakoly-couleur.jpgGbagbo va-t-il autoriser son compatriote Tiken Jah Fakoly à venir chanter son reggae engagé à Abidjan cet hiver. Mystère. En attendant, en tournée française pour promouvoir "L'Africain", son dernier disque, l'ivoirien passe par le transbordeur ce soir.

Exilé au Mali depuis 2003 en raison des menaces de morts qui le visent, Tiken Jah Fakoly bénéficie d'une grande popularité sur le continent africain et d'une véritable côte d'amour en France depuis une petite dizaine d'année. Son reggae plutôt bien troussé et son inlassable combat contre "Francafrique" et la main mise de l'occident sur nombre de pays d'afrique francophone font de Fakoly une véritable icône de Bamako à Paris.

Le concert de ce soir est donné au profit de "Toloni", l'association du chanteur, qui mobilise des fonds pour la construction d'écoles (www.toloni.org) et bénéficie à ce titre du soutien de la Région Rhône-Alpes.

Allez au Transbo ce soir c'est peut être une bonne action mais c'est à coup sûr la garantie de passer une très bonne soirée musicale. Pour vous en convaincre il suffit de visionner la vidéo qui suit.

Avant de se rendre au Transbordeur, les amis, voire les amoureux de l'Amérique Latine ne rateront pas cet après midi, dans la cour du Palais St Jean (Lyon 5ème), la manifestation littéraire organisée dans le cadre de "Belles Latinas".

Pour sa 6ème édition, l'association Espaces Latinos accueille un très beau plateau avec Rafael Menjivar Ochoa (Salvador), Nestor Ponce (Argentine), Patricia Rodriguez Saravia (Mexique) et Sergio Gonzalez Rodriguez (Mexique).

Lyon, le 13 octobre 2007. 

01/10/2007

Vive le patron !

medium_Bruce_Springsteen_magic_.jpgEn effet, demain 2 octobre, le nouveau disque du boss intitutlé "Magic" est mis en vente. Depuis 2002, avec "The rising", Bruce Springsteen n'avait pas enregistré avec son légendaire E street Band qui devrait accompagner illico le patron dans une tournée qui passe par Paris le 17 décembre.

Jon Landau le fidèle et indispensable manager de Springsteen nous annonce "Magic" comme du "high energy rock". Avant l'été Springsteen sortait sur Sony-BMG son "Live in Dublin" et d'après quelques rumeurs deux albums avec Pete Seeger sur Appleseed Recordings seraient en instance de livraison. Si on rajoute à cela la participation de Springsteen à "Play it as it lays", l'album de son épouse Patti Scialfa début septembre on peut affirmer que 2007 est une année bénie pour les fans du boss.

De là à aller faire le planton devant la fnac cette nuit pour acheter le disque dès l'ouverture, c'est une autre histoire.

En bonus, le single extrait de l'album "Radio nowhere", bonne écoute. 

 
Lyon, le 1er octobre 2007. 

19/09/2007

Après les Messins, Messi ? Mais si !

medium_Benzema_19.jpgCe soir pour l'Olympique Lyonnais, c'est le baptême du feu en Ligue des Champions. Les Gones rencontrent en effet le Barça au Camp Nou, une équipe catalane qui regroupe une partie de la crème du football international avec Deco, Ronaldinho, Messi, Henry, Zambreta, j'en passe et des meilleurs.

C'est paraît-il le bon moment pour rencontrer l'ogre catalan. Mais y-a-t-il un bon moment pour affronter Barcelone à domicile ? Je sais bien que l'an passé les "galactiques" du Real avaient souffert à Gerland, de là à penser que "les fantastiques" catalans vont se faire hari-kiri sur leur pelouse il y a un pas à ne jamais franchir.

C'est vrai, du côté de Barcelone le temps n 'est pas au beau fixe. Contre Osasuna c'est une équipe sans couleur ni saveur qui s'est produite. Le niveau actuel de Thierry Henry, la montée en puissance difficile du Messi, le spleen de Deco peuvent nous rassurer mais en épluchant la liste de l'effectif catalan nul ne doit faire le malin.

Du côté de Lyon, après les grandes misères d'août, l'équipe semble se remettre de ses malheurs. Le génial Benzema, le retour confiant de Juninho, la solidité de Toulalan et Karlström doivent nous faire oublier la fébrilité défensive et les fantaisies de notre portier.

Prendre un point au Camp Nou me comblerait. En attendant, en vous concentrant, jamais comme vous ne l'avez fait, sur votre écran d'ordinateur regardez en boucle le coup franc de Juninho, la triplette de Benzema et le face à face de Ben Arfa avec le gardien de Metz vous vous direz peut être "Après les messins, Messi ? Mais si.   

14/09/2007

Abonnez-vous, vous verrez des images

medium_Mire_TV.jpgLe 5 septembre dernier, je vous donnais des nouvelles de Daniel Schneidermann et de son projet de reconstruction d'"Arrêt sur images" sur le net.

Bonnes nouvelles, plus vite que prévu, Daniel Schneidermann officialise son nouveau site et se lance dans une campagne d'abonnements destinée à financer ce nouvel "Arrêt sur images" [Cf. mes billets précédents dont celui du 5/09]

>> Cliquez pour vous rendre sur cette page d'abonnement 

Voici à titre d'exemple dernier reportage de l'équipe d'"Arrêt sur images" portant sur la lettre de Guy Môquet, le rugby, le MEDEF, la délation: la rentrée est confuse!

 

12/09/2007

Tout est bon dans le Puma

medium_Pichot_agustin.jpgJ’ai l’impression que pour l’instant Agustin Pichot, le tonique demi de mêlée et capitaine de l’équipe d’Argentine est la star de cette entame de Coupe du monde de Rugby. Bien entendu la victoire des Pumas sur la France en ouverture de la compétition n’est probablement pas pour rien dans cette notoriété du capitaine de Stade Français. Par ailleurs, au fil des nombreuses interviews que « Cumba » distille dans la presse Française nous découvrons un être cultivé, ouvert sur le monde, un type attachant car humaniste qui arrive, sans problème, à nous faire oublier que certains, du côté du XV de France, sont manifestement avant tout à l’aise dans l’art de promouvoir l’industrie de la salaison, les détergents et les lotions capillaires. 

Après avoir indiqué au Nouvel Observateur que « le rugby est le sport le plus socialiste du Monde » Pichot a livré au Figaro un entretien à Sébastien Lapaque dont je voudrais vous faire déguster quelques tranches qui démontrent aisément que contrairement à d’autres, l’Argentin n’est pas un jambon.

«  J’ai toujours vécu entouré de livres […] c’est en lisant des biographies de Napoléon et de Charles de Gaulle que j’ai connu la France. Et puis il y a eu la découverte de l’existentialisme et des œuvres de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir qui restent très importants en Argentine ». 

Je glisse sur quelques observations relatives à la littérature Argentine et en particulier à Borges pour redonner la parole à un homme qui préfère de toute évidence la fréquentation des livres aux calendriers des dieux du stade.

« Savez-vous » dit Pichot au Figaro « que Victoria Ocampo qui fut la protectrice de Jorge Luis Borges et la grande dame des lettres Argentines avec la Revue Sur, a légué les vastes terrains de sa maison au CASI, mon club de San Isidro, où Ernesto Che Guevara a joué demi de mélée ? »

Je passe les digressions sur la pampa, les territoires indiens et la civilisation des villes pour vus lâcher la conclusion de cet intéressant entretien. « Notre rugby est romantique. Nous sommes à la fois les héritiers du Gaucho, du Général Saint Martin et d’Ernesto Guevarra » nous dit Agustin Pichot.

Avouez que c’est tout de même mieux que : « Notre rugby est mercantile et nous sommes les héritiers de Sarko ».

 
Pour plus d’informations : http://www.apichot.com

10:25 Publié dans Podcasts, Sur le stade... | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Pichot, Rugby, mondial, 2007, XV, France, argentine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/08/2007

G comme Guépard

medium_G_1.jpgAlain Delon est à coup sûr pour nombre d'entre-nous le genre de type que nous ne supportons pas pour des raisons qui tiennent avant tout à sa personnalité et à ses opinions. Pourtant, à condition d'être honnêtes, le Delon qui tourne par exemple avec Losey, Melville et Visconti n'est pas loin de nous fasciner. Delon, à condition d'avoir de bonnes fréquentations, aurait du être le plus grand acteur du cinéma français, tel n'est pas le cas et, en vérité, si Delon avait été un personnage fréquentable, aurait-il pu être le très grand acteur que nous aimons tant dans le samouraï ou Monsieur Klein? On peut en douter.

Delon est donc le formidable Tancrède du Guépard de Visconti. Un être débordant d'insolence, brisant les conventions, incarnation du plaisir. Justement le roman de Lampedusa vient de connaître une seconde jeunesse avec une nouvelle traduction de Jean-Paul Manganaro. Mon niveau en italien  est tel que je préfère m'abstenir de tout commentaire sur le travail effectué mais je peux vous affirmer que c'est peut-être l'occasion unique de se plonger dans l'œuvre de Giuseppe Tomasi Lampedusa si, comme moi, la seule fréquentation du film de Visconti vous satisfaisait jusqu'ici. C'est édité au Seuil, et ça coûte 22 euros.

Puisque on évoque le travail parfois obscur des traducteurs, je veux vous signaler le livre de Matthieussent intitulé "Jim Harrison de A à X". Sorte de dictionnaire consacré exclusivement au célèbre auteur américain, son traducteur français nous propose de parcourir toutes les thématiques possibles et imaginables concernant Harrison. C'est passionnant et j'en suis même à me dire que le bouquin de Matthieussent est peut-être la meilleure façon "d'attaquer" l'œuvre de l'auteur en question. A vous de voir, c'est chez Christian Bourgois dans la toute dernière collection de poche "Titres".

 

29/07/2007

D comme Dahlia Noir

medium_D_3.jpgJe viens de visionner l'impeccable édition en DVD du Dahlia Noir de Brian De Palma (Metropolitan film & video). Je passe rapidement sur le film dont la mise en scène "à l'ancienne" est parfaite avec ses plans qui n'en finissent pas, des plans-séquences comme toujours maîtrisés pour un film jamais bavard.  De Palma est un réalisateur que je situe aussi haut qu'Hitchcock mais dont je n'arrive pas très bien à m'expliquer le dédain qu'il peut inspirer à une partie de la critique.

L'adaptation du roman de James Ellroy est magnifique dans la mesure ou la complexité et l'enchevêtrement des histoires tissées par l'auteur nécessitait d'épurer les choses tout en prenant grand soin de ne pas décalquer scolairement à l'écran une petite histoire noire. Fidèle à Ellroy, l'infatigable scénariste Josh Friedman a livré à De Palma une grande adaptation qui fait du Dalhia Noir une fiction historique de premier plan tout en respectant l'esprit du roman d'Ellroy.

Les bonus qui accompagnent cette première édition en DVD sont dans la lignée du travail fait il y a quelques années pour les films d'Hitchcock, parfaits. Sans détailler, les documentaires "La vérité sur le Dahlia Noir" (52mn), "La marque De Palma" (17mn), "réalité et fiction" (12 mn) sur l'adaptation du roman d'Ellroy et "Case File"(20 mn) sur la scénarisation et le casting complètent cette belle édition d'un grand film.

Je crois que je vais profiter d'un mois d'août plutôt calme pour revisiter certains films de De Palma en commençant par "Body trouble", "Blow out" et "le bûcher des vanités" si l'édition DVD est encore disponible.

Lyon, 29 juillet 2007.

08:30 Publié dans Culture & cultures..., Podcasts | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : De Palma, Dahlia noir, cinéma, film, DVD, Ellroy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu