Avertir le modérateur

25/09/2009

Paris, reine du monde.

affiche-40x60-gp-c_535f7.jpgCe midi je vais visiter, avec une délégation de notre Agence d’Urbanisme, l’exposition « Grand Paris » à la Cité de l’Architecture. Vous le savez, en France, la capitale et sa région bénéficient d’une attention et de moyens sans pareils au point que depuis quelques temps le gouvernement s’est même doté d’un ministre en charge de la région capitale. D’ailleurs la réforme territoriale que ce même gouvernement nous prépare ne semble avoir que faire de l’avenir de ce que encore hier on appelait « Les métropoles d’équilibre ». Avec Sarkozy, la bonne vieille expression « Paris et le désert français » semble reprendre du poil de la bête. Je disais donc que les provinciaux de Lyon allaient visiter l’exposition consacrée à la Capitale.

C’est la consultation sur le « Grand Paris » intervenue il y a moins de deux ans qui enfante cette exposition qui examine Paris à très grande échelle. C’est d’ailleurs un lyonnais le président du PRES, Michel Lussault, professeur de géographie à l’ENS, qui a coordonné le cahier des charges de cette consultation et visiter tout à l’heure l’exposition en sa compagnie est chose très précieuse.

Cette exposition s’est donnée pour mission de rendre compte de l’aspect novateur de la consultation, du foisonnement des propositions et des démarches. Elle devrait probablement nous permettre, à nous qui entamons un travail à l’échelle métropolitaine (Lyon - St-Etienne - Bourgoin - Vienne), de nous emparer d’un travail au contenu intellectuel riche, de nous pénétrer d’une démarche ouverte en direction des différents acteurs, plus souple en terme de procédure et, espérons-le, créative.

Comme l’a envisagé l’équipe du « Plan d’Urbanisme Construction et Architecture » (PUCA) du ministère de l’écologie, en refusant toute logique de « Master plan » et de schéma général, c’est le pragmatisme, l’histoire des lieux et des territoires, la géographie et les paysages qui dictent la réflexion à l’œuvre.

Nous verrons bien comment l’exposition traduit cette démarche et je ne manquerais pas, si nécessaire, de vous en dire deux ou trois mots dans les semaines prochaines. Si vous aussi, vous souhaitez visiter cette exposition sur les projets du Grand-Paris, c’est à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, 1 Place du Trocadéro, Paris 16ème, métro Trocadéro.

Paris, le 25 septembre 2009.

21/09/2009

Les auvergnats sont-ils tous des beaufs ?

JL Murat.jpgC’est aujourd’hui que sort « Le cours ordinaire des choses » le nouvel album de Jean-Louis Murat dont je vais vous dire probablement le plus grand bien d’ici quelques temps. Pour en savoir d’ores et déjà plus sur cette nouvelle aventure de l’auvergnat en Amérique on peut se reporter à « Xroads » du mois en cours qui consacre sa une à « L’enfant terrible », une interview de six pages et huit autres à une rétrospective de sa discographie. La messe semble dite, le millésime 2009 de Murat sera excellent. Les fans savent très bien par ailleurs que quand notre homme monte à Paris pour assurer la nécessaire promotion d’un nouveau disque, il se débrouille toujours pour faire un minimum de « provoc », parfois heureuse, parfois pathétique. En rencontrant Sabrina Champenois il y a quelques temps pour se faire faire le portrait dans Libération Murat semble avoir été au-delà du pathétique, il est devenu définitivement un beauf. D’après ce que l’on peut lire dans l’édition du 14 septembre dernier du quotidien forum à Lyon ce week end, c’est un Murat vautré sur le lit de sa piaule, dos tourné à la journaliste, qui a joué à la diva désagréable. Attitude calculée s’interroge la journaliste ? C’est évident. « Il est de ma responsabilité » dit le pequeneau à Libé « de rendre ce moment inoubliable » en guise de préambule après avoir pesté sur les quarante interviews à donner. Si Murat est un merveilleux auteur-compositeur-interprète, il faut savoir qu’il est doublé de talents en photographie dont il doit être le seul à être persuadé du caractère génial. Qu’à cela ne tienne, le photographe et chanteur auvergnat d’enchaîner par un définitif, la « photographie c’est pas un art, pas un métier, rien » histoire de caser un de ses minables auto portraits qui illustrera l’article en question. Passons sur « Le photographe devrait être un esclave », débouchant sur « A l’école, j’étais chef, au foot ou au rugby, j’étais toujours capitaine. J’ai jamais été sous-fifre » puis sur un, à la maison « Pareil, c’est moi le patron ».

S’en prenant « à ces abrutis de gauche » à propos de la loi Hadopi, à l’écrivaine Marie N’Diaye qui vient de produire « un pissat de femelle », à Bové, à Cohn-Bendit, à la médiocrité des autres, de tous les autres, à la terre entière.

L’histoire ne dit pas si ce jour là notre beauf était imbibé, pour sa défense on aimerait croire que oui. D’ailleurs la question de l’alcool est le dernier morceau de bravoure de Murat face à Libé car le chanteur déteste paraît-il les gens qui ne boivent pas. Je vous confie d’ailleurs en guise de conclusion cette citation qui ponctue le portrait dessiné par cette pauvre Sabrina Champenois. « J’aime bien Keith Richards » confie l’artiste, « il peut se faire dix fix, tomber une bouteille de vodka, il reste impeccable. C’est pas comme ces p’tits cons qu’ont bu trois verres de rouge et qui se pissent dessus sur scène. »

Une chose avant d’en rester là. C’est confirmé, Murat est un beauf qui fait de bons albums. Après la sortie de Hortefeux, mes amitiés aux Auvergnats qui ne méritent pas tant de honte.

Lyon, le 21 septembre 2009.

18/09/2009

Live blogging en direct du Forum Libération Lyon

forum.gifAujourd'hui débute le Forum Libération Lyon. Je blogguerai en direct du Forum, tant sur le site du Forum qu'ici ou sur twitter (twitter.com/jysecheresse), en partenariat avec le site Libération Lyon.

J'ai prévu d'assister aux débats suivants:

Vendredi 18 septembre

> Arnaud Mourot / Rama Yade: Le sport peut il former des citoyens ? (9h30-11h)

> Martine Aubry / Daniel Cohn-Bendit: Quels termes pour une alliance ? Débat animé par Laurent Joffrin

> Joy Sorman / Bertrand Saint Vincent: Le zapping aura-t-il la peau de la civilisation ? (11h30-13h)

> Gérard Collomb- Dominique Voynet (14h30-16h00)

> [Edit] François Bayrou / François Hollande (16H30-18h)

Samedi 19 septembre 2009

> Nicolas Hulot / Patrick Viveret: L'écologie, nouvelle utopie du XXIème siècle ? (11h30 à 13h)

> Ladan Boroumand / Yann Richard: la République d'Iran est-elle une dictature ? (16H30-18h)

Dimanche 20 septembre 2009

> Frédéric Mitterrand / Volker Schlondorff: Quelle est l'identité culturelle de l'Europe ? (11h30-13h)

A très vite.

Patrimoine

jep2009_130.jpgCela fait maintenant 4 ans, avec une réussite chaque année renouvelée, que le Grand Lyon propose les désormais traditionnelles journées du patrimoine qui, faut-il encore le répéter, ne se limitent pas à la découverte de monuments ou d’édifices. Cette année un nouveau changement d’échelle s’opère puisque dans le cadre de la construction de l’Euro-Métropole lyonnaise, Villefranche-sur-Saône, Bourgoin-Jallieu et Saint-Etienne participent à cette édition 2009.

Parmi les centaines d’opportunités qui se présentent, beaucoup de nouveautés mais aussi quelques judicieuses propositions que je veux pointer dès aujourd’hui afin que vous puissiez préparer vos pérégrinations patrimoniales qui, je le rappelle, concernent le week end du 19 et 20 septembre.

  • > Les promenades musicales de l’Orchestre National de Lyon avec des concerts à la Confluence, à l’Antiquaille, sur les Berges du Rhône, au Musée Gadagne, au Grand-Lyon.
  • > « Les Utopies réalisée »

Le réseau mis en place par la R.U.L (Région Urbaine de Lyon) nous invite à nous pencher sur le patrimoine du XXème siècle au « Quartier des Etoiles » (Givors), « Musée Urbain Tony Garnier » (Lyon 8ème), l’Appartement Témoin des Gratte-ciel (Villeurbanne), le Couvent de la Tourette (Eveux) et le Quartier de « Firminy vert ».

  • > « Les croisières en Val de Saône » avec le passage de l’écluse de Couzon.
  • > L’Exposition « Au détour de l’eau et de ses usages » sur la péniche du Grand-Lyon (Berges du Rhône – Lyon 3ème)
  • > La Cité Internationale pour un « envers du décor »
  • > Les abris anti-aériens du quartier des Etats-Unis construits sous le boulevard du même nom au début de la seconde guerre mondiale et redécouverts lors des travaux de la ligne T4 du tramway.

Un site, www.grandlyon.com/jep est entièrement dédié aux journées du patrimoine. On peut y trouver l’ensemble des offres, une cartographie complète, un programme téléchargeable au format pdf. Bonnes visites.

Lyon, le 18 septembre 2009.

17/09/2009

Le téléphone pleure

telephone.gifDidier Lombard, le PDG de France Telecom, ce patron qui parle de la vague de suicides qui touche son entreprise comme d’un effet « de mode » semble avoir une obsession : « Le retour à la normale ». La normale pour ce Monsieur Lombard c’est, je cite, convaincre les salariés « de bouger » et de subir « une certaine pression ». Pas de place chez France Telecom pour des gens incapables de « subir » semble vouloir nous dire Lombard.
En attendant la fin de cette « mode » qui frappe sa boite, Lombard veut bien faire quelques concessions afin que tout rentre dans l’ordre. Numéro vert, hotline, psychologues, suspension momentanée des mutations, voilà les remèdes de notre PDG qui semble avoir hâte d’en finir avec ce sale moment afin de stopper « l’effet de contagion ».
Lombard, contraint et forcé, fait donc une pause et avec son air de chien battu tente même de nous dire que son malheur de PDG est presque aussi grand que celui de ce technicien retrouvé suicidé qui, dans une ultime lettre, remettait en cause certaines méthodes mise en œuvre par l’entreprise.
Didier Lombard a une bonne tête, par ailleurs très probablement bien faite. C’est certainement un époux parfait, un grand-père épatant, un patron qui se consacre sans compter à son entreprise. Mais à soixante-sept ans, le PDG de France Telecom devrait songer immédiatement à faire valoir ses droits à la retraite étant donné cette formule inacceptable relative à la « mode » du suicide. Je suis surpris que personne n’exige son départ sans délais. Au terme de son point presse avec Darcos, le maintien de Didier Lombard à la tête de France Telecom étant devenu obscène, c’est désormais la première décision à prendre pour que s’effectue ce lent et long retour vers « la normale » pour cette entreprise qui se voulait jadis « l’opérateur de référence ».

Lyon, le 17 septembre 2009.

11/09/2009

Papa Malick

Affiche-Papa-Malick.jpgEntre les avions de Dassault, vendus pas vendus, par Sarkozy aux Brésiliens, la réforme territoriale qui semble avoir pour le moment un peu de plomb dans l’aile, les tripatouillages électoraux du congrès socialiste de Reims qui remontent à la surface, le retour en force de la « Françafrique » ou l’offensive nauséabonde de la droite américaine contre Obama, les sujets et occasions ne manquent pas en cette rentrée. Cela étant je m’étais promis de vous dire quelques mots sur l’exposition de rentrée du Musée Africain de Lyon qui présente depuis le 9 septembre, et jusqu’au 4 octobre, « Guissané : la poésie du signe », le travail de l’artiste contemporain Papa Malick, plus connu dans certaines contrées du Sénégal sous le nom de « Vieux » Niang.

« Guissané » est un terme wolof qui signifie « sorcier » ou plutôt un sorcier lisant l’avenir par une interprétation de traces dessinées dans le sable avec les doigts. Partant de ces gestes du sorcier, Papa Malick, sur ses toiles, propose donc des œuvres faites de pigments et sciures qui entendent renouer avec la tradition, la culture sénégalaise, la mémoire. Ces œuvres faites de traces, signes indéchiffrables, pictogrammes mystérieux, sont visibles dans le Musée Africain du cours Gambetta qui demeure malheureusement un lieu peu connu que j’invite chacun à visiter.

Avec l’exposition consacrée à François Maspero par le Musée de l’Imprimerie que je compte évoquer demain, il convenait de signaler ces deux manifestations qui risquent de peser bien peu lourd face à la Biennale d’Art Contemporain qui déboule avec ses gros « Ça beau ! ».

  • Papa Malick, Musée Africain de Lyon – 150, Cours Gambetta, Lyon 7ème arrondissement – Métro Ligne D, Garibaldi. Renseignements au 04 78 61 60 98 et sur www.musee-africain-lyon.org

Lyon, le 11 septembre 2009.

08/09/2009

Taxés

pollution.jpgQu’on se le dise, la nouvelle pensée unique est verte, couleur il est vrai devenue très « tendance » dans le monde politique. Pensée unique donc, car celui qui ne partage pas le dogme de la taxe carbone même en son for intérieur, est renvoyé au rang d’ignare voire de dangereux théoricien de la destruction de la Planète. Il a suffi que Ségolène ose dire que cette taxe, telle que proposée alors, soit injuste pour qu’elle subisse des assauts de toute part et aurait en d’autres temps risquée le bûcher. Et pourtant il est évident qu’une taxe généralisée frappe toujours les revenus les plus faibles. D’ailleurs celui qui a pondu ce projet est un récidiviste puisque Michel Rocard, c’est bien de lui dont il s’agît, nous a déjà gratifié de la CSG. Qu’importe donc si les émissions de CO2 se répartissent en 30% pour les transports, 30% pour les logements et 40% pour l’industrie la charge sera la même pour tous. Car bien sûr cette taxe est indispensable au nom d’un principe applaudi tant à gauche qu’à droite : il faut frapper au porte monnaie de chacun pour modifier les habitudes et les comportements en terme de pollution. Et qui n’a pas compris ça n’a rien compris à la vie. Il serait donc vain de contredire cette affirmation et je ne m’y risquerait pas de peur de déclencher les foudres des sachants. Je me hasarderais seulement à faire remarquer que malgré des augmentations pharamineuses, et la prochaine nous attend au premier octobre, la consommation de tabac a encore augmenté cette année. Mais ce doit être la fameuse exception qui confirme la règle. Sur le sujet de la taxe carbone en tout cas écologistes et gouvernement ne veulent voir qu’une seule tête et n’entendre qu’une seule voix. Si Ségolène, encore elle, évoque d’autres pistes comme, entre autre, le lancement d’une politique de fabrication de la voiture électrique l’icône de l’écologie, Nicolas Hulot, la renvoie dans ses cordes en affirmant que ce n’est pas ainsi qu’on réglera le problème ; ce qu’elle n’a pas dit mais qu’importe. Quand Martine Aubry demande que l’on travaille sur une version plus équilibrée c’est Fillon qui la propulse dans le camp des cancres qui ne comprennent en rien l’état du monde. Et si l’on lâche l’hypothèse selon laquelle le revenu de cette taxe pourrait servir à équilibrer le budget de l’Etat on devient carrément malhonnête. Bref un seul verdict s’impose : que les français soit taxés puisqu’on nous le dit c’est la seule méthode pour qu’ils comprennent quelque chose.

Philippe Dibilio

Photo: DR

07/09/2009

Bruit noble

Concert Kieffer.jpgAu moment ou la « Françafrique » s’invite, après l’élection de Ali Bongo, une fois de plus dans l’actualité, je voudrais rappeler le sort du journaliste Guy-André Kieffer enlevé le 16 avril 2004 à Abidjan, ville dans laquelle il faisait son travail comme journaliste spécialisé dans les matières premières.

Depuis cette date, sa famille et ses amis sont sans nouvelle de lui. Malgré le silence « assourdissant » qui entoure ce dossier, malgré les obstacles qui se dressent, les magistrats français continuent leur travail. L’implication de personnalités importantes de la Côte d’Ivoire est une chose établie et, comme le rappelle « Le comité lyonnais de soutien aux journalistes disparus » je cite, « de lourdes présomptions pèsent sur les commanditaires présumés et les exécutants probables de ce qui ressemble fort à un crime d’Etat ».

Pour que toute la lumière puisse être faite sur la disparition de Guy-André Kieffer il convient, selon l’expression du père de Florence Aubenas qui était alors otage, de « faire du bruit noble ».

Les parents et amis de Guy-André Kieffer continuent donc, avec l’aide du Comité de soutien de faire « ce bruit noble » si nécessaire à l’expression de la vérité. Ils organisent le 3 octobre 2009 à l’abbaye d’Ainay dans le 2ème arrondissement « un concert pour la vérité sur la disparition du journaliste disparu ». Retenez votre soirée pour « faire ce bruit noble ».

Contact : Club de la presse de Lyon, 04 78 37 75 45 et www.clubpresse.com. Locations FNAC ou sur www.fnac.com

Lyon, le 7 septembre 2009.

31/08/2009

Equations

Cet été 2009, n’a pas été plus palpitant que ses prédécesseurs mais ce mois d’août finissant mérite tout de même un rapide aller-retour.

Retour tout d’abord vers le Maroc et la popularité de Mohamed VI avec un sondage réalisé par l’hebdomadaire « Tel Quel » avec le soutien du Monde. Dès sa sortie, avant publication, l’hebdomadaire marocain auteur de la coupable enquête d’opinion a été mis au pilon par les autorités sans passer par la case justice. La raison est des plus simples : « La monarchie ne peut-être mise en équation ».

Pourtant cette première enquête historique n’était pas, loin s’en faut défavorable au souverain, le sondage du CSA ne mettant qu’un seul point négatif en évidence, le roi étant jugé par près de 50% des Marocains trop disposé à donner des droits aux femmes.

Pendant ce temps notre président se reposait comme un bien heureux suite à son malaise vagal. Bilan des opérations, selon le même CSA, 53% des Français indiquaient qu’ils étaient désormais satisfaits alors qu’ils n’étaient que 41% en mai dernier. J’enrage que pas une moindre seconde, Nicolas Sarkozy, l’homme qui adore sa mise en équation, n’a songé faire détruire les exemplaires de VSD.

Autre continent, autre sondage, celui là concernait, toujours début août, Barack Obama et a probablement fait grand plaisir à notre président car le nouveau président américain connaît un tassement de son indice de popularité.

Mohamed VI qui n’en veut pas, Sarkozy qui en redemande, Obama pris à son propre piège, en ce mois d’août au Maroc, en France et aux Etats-Unis, seules les opinions semblent avoir bossé cet été.

Toujours au registre des sondages, 78% des Français estiment que la France est bien préparée face à l’épidémie de grippe et  60%  trouvent que la mobilisation gouvernementale est adéquate. Tout va donc au mieux et si les Français avaient une bonne opinion du Parti Socialiste et de sa première secrétaire cela serait parfait.

En attendant les autres équations qui vont nous être proposées dans la semaine, terminons cette fin du mois d’août par une triste note. Suu kyi est toujours entre les mains de ses geôliers birmans, Thierry Jonquet s’en est allé et Willy De Ville doit être en ce moment à la recherche d’Edith Piaf, là haut au paradis.

Lyon, le 31 août 2009. 

30/08/2009

Z comme « Zappa »

Z.jpgPendant bien des années, lire en langue française des livres sur Frank Zappa était quasi impossible. C’est l’éditeur « Le Castor Astral » qui retroussa les manches en publiant de nombreux ouvrages. Parmi les auteurs qui contribuèrent à mieux faire connaître au public français le génial guitariste, Guy Darol est, avec Christophe Delbrouck, l’un des principaux artisans de la bibliographie zappatiste. Après « La parade de l’homme-Wazoo » (1996), « Zappa de Z à A » (2000), « L’Amérique en déshabillé » (2003), tous chez l’excellent Castor Astral, Guy Darol signe cette année un nouvel ouvrage intitulé sobrement « Frank Zappa » dans la collection de poche de cet éditeur, la bien nommée Castormusic.

Si vous n’arrivez pas à vous y retrouver dans cette désormais pléthorique bibliographie aussi compliquée que l’œuvre discographique du père des « Mothers », ce Zappa est pour vous. Chronologique, documenté, précis, Guy Darol raconte en passionné la trajectoire d’un musicien hors-pair, d’un guitariste merveilleux, du plus « politique » des rockers américains mais aussi l’itinéraire d’un fan.

C’est aujourd’hui que s’achève ce troisième abécédaire de l’été. Demain nous reprenons notre rythme habituel. Profitez donc comme moi de ce dernier jour de vacances.

  • > Guy Darol, « Frank Zappa », Castormusic, 12 euros.

Lyon, le 30 août 2009.

25/08/2009

U comme « Une saison en images »

U.jpgVoici un résumé en images de la saison III de "De Lyon et d'ailleurs".

 

08:47 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : images, blog, de lyon et d'ailleurs | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/08/2009

S comme « Sorcières »

680703620.jpg

Non je ne touche rien à chaque fois que je vous dis du bien des Editions Allia en particulier à propos de ces petits bouquins à 3 euros que l’on trouve désormais un peu partout. Le 16 juillet je vous invitais à lire « Chicago-ballade » de Hans Magnus Enzensberger cet opuscule consacré à Al Capone. Aujourd’hui je vous conseille une lecture encore plus étonnante, et je le crois assez inédite pour le public français, « Interrogatoires » de Dashiell Hammett c’est à dire la compilation sur tout juste quatre-vingt-dix pages des trois témoignages du grand écrivain devant la « Commission Mc Carthy » en pleine chasse aux sorcières.

Lire, tel quel, ces minutes ne vous apportera pas grand-chose au plan strict d’une meilleure connaissance des faits mais, et vous pouvez me croire, plonger dans ces interrogatoires nous immerge de façon terrible dans un contexte nauséabond, glacial et quasi chirurgical.

arton13308-d43e6.jpgVous le savez peut-être, Hammett, qui était à cette époque non seulement l’immense écrivain que nous fréquentons mais aussi une personnalité connue et reconnue, ne mégotait pas sur son engagement tant aux côtés des luttes pour les droits civiques que contre le franquisme et le nazisme. Suspecté, comme tant d’autres, d’être un des agents du « complot communiste », Hammett, à la fin des années quarante fût auditionné par la commission sénatoriale et la Cour d’appel du second district de New-York. Le petit bouquin, traduit et préfacé par Nathalie Bennat est à lire que l’on apprécie ou pas le roman noir.

  • > Dashiell Hammett, « Interrogatoires », Editions Allia, 2009, 3 euros.

Lannemezan, le 22 août 2009.

21/08/2009

S comme « Soan »

1318006653.jpgUn beau dimanche de juin dernier, je me suis autorisé à donner mon grain de sel sur le célébrissime Soan récemment honoré par M6. Que les choses soient claires, ce Soan qui semble n’être qu’un « arroseur arrosé » m’indiffère au plus haut point. Il s’agissait simplement ce jour-là de lui conseiller l’écoute de quelques nouveautés discographiques – Eels et Elvis Costello je crois – pour suggérer, plus à ses nouveaux fans qu’à lui-même, de passer à autre chose.

Avec un peu moins de vigueur que lors de ma charge à l’égard de Phil Collins il y a deux ans, ce blog s’est retrouvé abusivement squatté de commentaires et mails parfois ahurissants de gonzes hyper motivés subitement investis de la nécessité de défendre les intérêts moraux de ce chanteur venu (presque) de nulle part.

SOAN-NOUVELLE-STAR.jpgJe n’arrive toujours pas à comprendre ce qui peut motiver une telle mobilisation autour d’un chanteur, simple créature née d’un télé-crochet. J’imagine que Soan « se tape » comme moi du point de vue de ces internautes qui, plutôt que de s’époumoner sur ce blog, devraient écouter de la bonne musique.

En ce 21 août, il est probable que les fans de Soan, au demeurant bien moins organisés que ceux de Phil Collins, s’apprêtent à lancer leur contre-offensive suite à ce billet. Je leur souhaite donc la bienvenue sur « De Lyon et d’ailleurs ». Si jamais d’ici quelques jours leur nombre n’était pas à la hauteur, je serais obligé d’en conclure que l’ami Soan a des soucis à se faire.

Lannemezan, le 21 août 2009.

08:16 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : soan, m6, nouvelle star, phil collins, eels, elvis costello | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/08/2009

P Comme « Pioche »

P3.jpgEn cette rentrée 2009 qui s’approche à grands pas, dîtes-vous bien que c’est la dernière fois que nous allons retrouver notre bon vieux tunnel de la Croix-Rousse dans l’état dans lequel nous l’avons laissé. En effet, c’est au premier trimestre 2010 que le premier coup de pioche va être donné pour une livraison du nouvel ouvrage l’hiver 2014.

Cet énorme chantier d’un coût total de plus de 220 millions d’euros qui nécessitera la fermeture du tunnel entre avril et novembre 2013 est une nécessité en terme de sécurité mais aussi de déplacements. Cet ouvrage vieillissant, ouvert en 1952, n’était plus conforme aux réglementations nouvelles même si depuis 2004 le « Grand Lyon » avait réalisé les travaux de sécurisation nécessaires. La décision de remettre totalement à neuf le célèbre tunnel lyonnais s’imposait donc. Elle apportera, soyons-en certain, son lot de protestations de la part des automobilistes et probablement aussi sa ration de commentaires démagogiques destinés à rafler quelques voix lors des prochaines municipales. C’est ainsi !

Il va s’en dire que le tube actuel va être rénové de fond en comble mais c’est la création d’un second tunnel, dans des contraintes techniques loin d’être simples, qui va être chronophage. Dédié dans un premier temps à la logistique du chantier, le second tube sera réservé par la suite aux transports collectifs, aux vélos ainsi qu’aux piétons permettant ainsi aux lyonnais de se déplacer, intra-muros, avec plus de sécurité, de facilité et de confort.

A chaque entrée du tunnel, un véritable remodelage du paysage de la ville sera entrepris avec, en particulier, la création d’une porte monumentale côté Saône et un périmètre d’aménagement qui tiendra compte de la construction du futur pont Schuman qui enjambera la Saône.

Dans l’attente de ce nouveau tunnel Croix-Roussien qui offrira aux piétons et cyclistes une ambiance lumineuse et multi-média unique, les lyonnais devront être patients. Même si la fermeture du tunnel ne devrait pas aller au-delà de six mois, il convient d’ores et déjà d’intégrer que le second tube nécessitera l’utilisation d’explosifs et donc l’interruption, de temps à autre, de la circulation pendant une heure.

D’ici quelques jours, en cette rentrée, c’est donc la dernière fois que bronzé(e)s nous humerons avec délectation le bon air du tunnel Croix-Roussien sachant, qu’enfin, au retour de nos vacances de 2013 nous nous dirons qu’il n’y a plus que 5 mois à tenir.

Lyon, le 15 août 2009.

14/08/2009

P comme « Presse »

P 2.jpgComme je le suggérais il y a huit jours, l’année qui s’annonce risque d’être à haut risque pour Libération. Au cas, que je n’ose envisager, ou sa nouvelle maquette prévue d’ici quelques mois s’avérait un coup d’épée dans l’eau, l’avenir du quotidien pourrait s’annoncer noir.

Côté hebdos, l’avenir est également incertain. Avec les Inrockuptibles, si l’arrivée de Bernard Zekri (Actuel et Canal+) offre quelques garanties sur le plan rédactionnel, il convient de ne pas oublier que Pigasse, sympathique banquier de gauche chez Lazard Europe, en prenant en main les destins financiers de l’hebdo culturel risque de se trouver dans l’obligation d’orienter le titre vers des contrées plus markétées. Avec Télérama, en proie aux visées de Lagardère, l’enjeu est encore plus décisif et l’indépendance de la rédaction une interrogation. Si l’on ajoute à cela la curieuse trajectoire que le Sarko-compatible Olivennes est entrain de faire prendre au Nouvel Observateur, avouez qu’il y a de quoi être inquiet en particulier après la publication d’une interview du Président de la République concoctée par la direction de l’hebdomadaire en tenant à distance la rédaction.

Plus généralement, quand on ajoute aux problèmes économiques cette tendance néfaste de recentrage d’une partie de la presse, on retrouve en permanence l’ombre d’un Sarkozy et parfois d’une Carla « de gauche » Bruni servant de passerelle. La publicité institutionnelle de l’Etat Sarkozyen arrose depuis quelques temps de façon pas toujours parcimonieuse de nombreux titres au point que rares sont les lecteurs de dizaines de publications à être ignorants des affaires de l’année de terre ou de certains effets des politiques gouvernementales.

Ici à Lyon la raréfaction ou les difficultés de certains titres dans la période la plus récente demeurent des problèmes. Les disparitions successives de « Lyon Figaro », de la page lyonnaise du Monde. Le retrait de quelques radios nationales, les difficultés de TLM, les mésaventures de « Lyon Mag » ne peuvent que rendre inquiet.

Certains, en toute cordialité, m’ont fait le reproche de soutenir, face aux menées du propriétaire du Groupe Fiducial, l’équipe de « Lyon Mag ». Ceux là, persuadés par ailleurs que ma démarche est bien naïve, admettent que mon soutien à « Lyon Mag » serait identique à l’égard de tout autre titre dans la difficulté.

Il n’empêche, constatant comme chacun, qu’un magazine comme « Lyon Capitale », affiche comme une médaille son refus d’accueillir désormais de la publicité des collectivités tout en s’abstenant de nous en dire plus sur ses comptes et son actionnariat, est un problème.

Profitons de cet été pour acheter et lire la presse écrite. C’est le plus sûr soutien que nous pouvons lui apporter. Depuis quelques temps sur ce blog je me suis autorisé à mettre en lien la plupart des titres de la presse lyonnaise, allez-donc les visiter. Pour se quitter sur une note agréable, n’oubliez pas de vous procurer « Le coup de grâce », de vous y abonner. En pareil contexte, se lancer dans une telle aventure est une telle folie que c’est un acte quasi citoyen que d’aider cette nouvelle revue à s’imposer.

Lyon, le 14 août 2009.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu