Avertir le modérateur

30/11/2007

Attentat

Avant-hier soir après le pot de lancement du nouveau numéro du magazine culturel « Kiblind », je me suis rendu au « Yes » pour la soirée d’anniversaire de Sylvain son directeur. Alors que je devisais avec le sympathique Ness de l’avenir des Glasgows Rangers en ligue des champions, j’étais victime d’un attentat au Caran d’Ache HB (n°5) de la part du caricaturiste Fournel dont voici la preuve tangible. Que fait la police ?

01adccdce665c087a0eff4fda1a9ba40.jpg


Si vous aussi, vous voulez vous faire tirer le portrait par Roland Fournel contactez-le au 06 82 56 89 76 (email: rolfour@caramail.com).

Lyon, le 30 novembre 2007.

24/11/2007

Comoedia

e89743017acff07bb1d6825640bec524.jpgLa belle aventure du nouveau cinéma Comoedia est marquée, lors du premier anniversaire de sa réouverture, par l’édition en DVD du film d’Eric Guirado et Agnès Ribouton.

Cette édition en DVD du documentaire de la renaissance du Comoedia est accompagnée des nécessaires bonus mais surtout d’un album d’une centaine de pages qui nous remémore cette aventure dont Pascal Rogard, le directeur général de la SACD nous dit, dans une préface offensive, combien elle est le témoignage du combat pour la diversité culturelle.

A l’occasion de la sortie du DVD, la Fnac Bellecour accueille une exposition de photographies inédites d’André Perez et les auteurs du documentaire signeront leur album-DVD le 30 novembre à 17h30 après la projection du film.

Malheureusement l’actualité du Comoedia c’est aussi l’offensive d’UGC à son encontre puisque le mastodonte exige de la justice une condamnation de l’équipe du nouveau Comoedia. Pourquoi ? UGC reproche l’utilisation du nom mais aussi, de concert avec le Syndicat Unicité (Pathé, UGC, Gaumont mais aussi MK2), d’être bénéficiaire d’une aide sélective accordée par le CNC.

Ce scénario des gros contre le petit a un air de déjà vu. En attendant que la justice tranche je vous propose d’aller au Comoedia, d’y retourner, d’aller à la Fnac voir l’exposition d’André Perez et d’acheter l’album-DVD. C’est le plus sûr moyen de montrer notre attachement au nouveau Comoedia.

Lyon, le 24 novembre 2007.

20/11/2007

Contre les violences conjugales

52bcbde58b57155dc70cca844bdf62f2.jpgLe Festival « Brisez le silence - contre les violences conjugales » commence ce soir pour s’achever dimanche prochain à la salle Garcin.

Cette 3ème édition est largement tournée vers la musique mais le village installé par « Filactions » sur la place Louis Pradel le mercredi 21 et samedi 24 offre une large place aux associations impliquées dans la lutte pour les droits des femmes, à des expositions dont celle de photographies de Gilles Garrigos, à des spectacles pour enfants et à un espace littéraire. Voici quelques-uns des rendez-vous proposés sachant que www.filactions.org donne les précisions nécessaires de l’ensemble de cette semaine « Brisez le silence » :

  • Mardi 20, 19h30 - chansons avec Oshen au Ninkasi Café (gratuit)
  • Mercredi 21, 20h - chœurs de Femmes au Centre d’Arts plastiques de Saint-Fons (gratuit)
  • Jeudi 22, 19h30 - soirée chansons avec Carmen Maria Vega, le rap musette de Syrano et Debout sur le Zinc. Ninkasi Kao (12 Euros)
  • Vendredi 23, 20h - Cie Imaginoir, au CCO (5 Euros)
  • Samedi 24, 19h30 - soirée rock au Marché Gare avec Prohom, A Song et Maczde Carpate (13 Euros)
  • Dimanche 25, 20h - danse avec la Compagnie Gesticulation à la salle Paul Garcin (5 Euros)

Lyon, le 20 novembre 2007.

19/11/2007

Villeurbanne a de la mémoire

51e15d3b2f011ca8684ff84f68eb0a66.jpgAprès « Cinépolis » (2003), « Gratte-ciel » (2004), l’historien Philippe Videlier continue cette année avec « Usines » l’exploration de l’histoire et de la mémoire villeurbannaise.

Ce troisième titre de la collection « commune mémoire » publié par les éditions La Passe du Vent scrute plus d’un siècle de l’aventure industrielle et de la mémoire ouvrière de la cité rhodanienne. Des Charpennes à Bonneterre, du Front Populaire à la résistance, des véhicules électriques STELA aux Confiseurs Lamy en passant par les établissements Descollonges Frères et les Ateliers Delle, Philippe Videlier, comme il l’avait si bien réussi dans ses deux précédents ouvrages autour du cinéma et du quartier des Gratte-ciel, nous raconte Villeurbanne l’industrielle, l’ouvrière, d’une manière aussi rigoureuse qu’agréable.

Ce travail scientifique conduit par l’historien du CNRS est aussi le fruit de la rencontre avec le Maire Jean-Paul Bret qui, au terme du présent mandat municipal, est en passe de concrétiser un travail original et peut-être unique en France. En effet l’ouverture prochaine d’un Centre Villeurbannais Mémoires et Société devrait constituer un événement et une expérience majeurs dans le domaine de l’histoire et de la mémoire locale.

Le travail engagé par Philippe Videlier qui devrait se poursuivre, témoignant ainsi que historiens et élus peuvent utilement unir leurs forces, est une réussite. Le talent personnel de ce chercheur du CNRS compte beaucoup dans cette démarche, une raison supplémentaire pour féliciter l’équipe de Jean-Paul Bret de lui avoir donné les moyens d’initier cette expérience.

Philippe Videlier est également l’auteur de textes qui s’enracinent aux confins de l’histoire. Pour ceux qui voudraient, en complément de cette lecture d’ « Usines », apprécier l’échappée belle de Videlier en littérature, son deuxième livre édité dans la blanche de Gallimard est désormais disponible en Folio.

Lyon, le 19 novembre 2007.

16/11/2007

Noël est toujours après la Saint Nicolas

f8f97c076728f95a9ad0561dfa730523.jpgSelon une étude « Laser Scopie » réalisée en partenariat avec le magazine LSA, les Français sont sans illusions quant à leur pouvoir d’achat au point que l’on estime déjà que les fêtes de Noël 2007 seront moroses, nos compatriotes ayant décidé de se serrer la ceinture. Revenons à LSA et à son étude curieusement peu commentée par les grands médias.
43% de Français déclarent avoir régulièrement des difficultés « à boucler les fins de mois ». 55% ne « sont pas à l’aise avec leurs revenus », 75% d’entre eux se disent « préoccupés par l’argent », enfin, 59% s’estiment « frustrés de ne pas pouvoir se payer ce qu’ils veulent ».
Prenons le problème par un autre bout. Cette étude indique aussi que pour une majorité de foyers, gagner 450 Euros supplémentaires chaque mois, permettrait « d’être à l’aise ». Pire, au cas ou ils gagneraient 350 Euros en moins, les Français estiment qu’ils franchiraient alors le seuil de la précarité.
Si l’on considère que 55% des Français s’attendent à une augmentation de leurs dépenses au cours des prochains mois, que 78% d’entre eux misent sur une augmentation de leurs charges et que 72% estiment que depuis la rentrée de septembre, les prix sont à la hausse, comment s’étonner que 82% pensent que les mesures gouvernementales ne vont rien changer ou dégrader leur situation.

Lyon, le 18 novembre 2007.

07:55 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : magazine LSA, étude, noël, opinion, prix, pouvoir d'achat | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/11/2007

Leur ami Ben Ali

medium_Ben_Ali.jpgQuand vous lisez Le Figaro Magazine, armez-vous d’une sacrée dose d’humour. Dans l’édition du week-end, l’incomparable Alain-Gérard Slama, s’en prenait à la gauche française hantée selon lui par le spectre de Lénine. Il accusait même François Hollande d’avoir fait des réserves trop discrètes sur Che Guevara au moment où l’on fête le   40ème anniversaire de sa mort. Vous voyez le niveau.

Notre agent d’ambiance anti-totalitaire du Figaro Magazine devrait tout de même, avant de balancer ses chroniques douteuses, donner un coup de fil à sa rédaction, histoire d’évaluer le contenu de l’édition à venir. C’est un conseil que je lui adresse.

Si tel avait été le cas, un certain Olivier Michel, lui aurait gentiment indiqué qu’il convenait de faire attention car si en page 24, Slama pourfendait la gauche française hantée par le Léninisme, quinze pages plus loin, lui Olivier Michel, serveur de questions dans l’hebdo de référence de la droite française, interviewait « pour la première fois depuis des années » (sic !), un certain Zine El-Abidine Ben Ali, Président du même nom.

Chacun connaît la légendaire dimension démocratique du règne de Ben Ali, mais rassurez-vous, je ne vais pas vous commenter les trois pages de larbinage de ce monsieur Olivier Michel qui s’était fait, pour l’occasion, « ouvrir le Palais de Carthage à la presse » (re-sic !).

Toutes les bonnes choses ayant une fin, j’imagine que le collègue de Slama s’était interrogé longuement sur la dernière question qu’il allait poser à Ben Ali avant de repartir pour Paris. En tout état de cause, au terme de l’entretien, le gars du Figaro lâche la question qui tue, « En vingt ans de gouvernance, avez-vous un regret ? » Et Ben Ali d’enchaîner, histoire de terminer en apothéose cette interview exclusive:

« Nous avons beaucoup fait pour asseoir les bases d’une vie politique pluraliste.

  Mais nous aurions souhaité l’émergence d’une opposition plus dynamique et plus constructive.» 

Je me demande si la semaine prochaine, dans le Fig Mag, ce bon vieux Slama ne vas pas commettre une chronique intitulée, « Le Président Ben Ali hanté par la démocratie » ?

Lyon, le 12 novembre 2007

PS : Une pensée pour Norman Mailer. Nous aimons son Amérique qui n’est pas celle de Nicolas Sarkozy.

01/11/2007

Toussaint

medium_Jogger_-_closeup.jpgAujourd’hui, jour de la Toussaint, chacun va visiter ses chers disparus dans les cimetières. Simple parti pris, que certains d’entre vous trouveront probablement déplacé, pour paraphraser Coluche qui disait « si j’ai l’occasion, j’aimerais mieux mourir de mon vivant », on va essayer de rire de la mort tant que nous sommes vivants.

En me reportant à l’utile « Petit dico insolite de la mort » de Henri Pigaillem, j’ai découvert quelques morts étonnantes. Celle tout d’abord du bon roi Dagobert, celui qui mettait la culotte à l’envers, due, paraît-il, à la dysenterie. Celle de Michael Anderson Godwin, condamné à la chaise électrique puis gracié, mort au final par électrocution en réparant sa télévision. Enfin celle du bourreau qui exécuta par pendaison les condamnés du procès de Nuremberg, mort quant à lui en manipulant plus tard une chaise électrique défectueuse.

La mort laisse aussi à la postérité quelques épitaphes curieuses comme « A mon mari mort après un an de mariage – Sa femme reconnaissante » (cimetière Montmartre), ou à l’inverse au Père Lachaise celle-ci, « Elle ne voulait que mon bonheur, sa mort l’a bien prouvée. »

La mort convoque aussi les bons mots. Celui de Woody Allen, « Ce n’est pas que j’ai peur de mourir. Je veux juste ne pas être là quand ça arrivera » n’est pas mal. Quant à la célèbre formule de Molière « on ne meurt qu’une fois, et c’est pour longtemps », elle est aussi fameuse que celle de Pagnol, « La mort c’est tellement obligatoire que c’est presque une formalité ».

Les collégiens sont eux aussi, bien malgré eux, de grands commentateurs de l’ultime épreuve. Historiens, ils écrivent à leurs professeurs que « Les Egyptiens transformaient les morts en momies pour les garder vivants », littéraires que « Molière est mort sur la Seine », scientifiques que « Galilée a été condamné à mort parce qu’il est le premier à avoir fait tourner la terre. »

Cela étant, si ce billet destiné à nous dérider en ce triste jour pouvait être utile, je ne vous cache pas que cela me comblerait. C’est ainsi qu’en Californie une femme expliqua que son compagnon faisait le vide total dans sa tête quand il pratiquait le jogging. Le problème c’est que le type en question s’est tué pendant son effort en tombant dans un ravin, soixante mètres plus bas. Si vous connaissez des gens qui pratiquent le jogging, expliquez-leur que cela peut-être très dangereux notamment quand les soucis vous envahissent.

Lyon, le 1er novembre 2007.

21/10/2007

La vie sans Harry

medium_harry_potter.jpgRappelez-vous cet été. De Londres à Rome, de Bruxelles aux Champs-Elysées les vitrines des libraires s’encombraient de PLV à la gloire de « Harry Potter and the deathly hallows » version originale de « Harry Potter et les reliques de la mort » dont Gallimard va inonder les rayons dans quelques jours.

Rappelez-vous aussi de ces joyeux drilles qui racontaient la fin de l’ultime histoire de Harry sur le net. De ce môme qui avait traduit, pour le fun, en français, le dernier Potter en publiant sur un blog sa coupable prouesse provoquant ainsi la colère molle de Gallimard.

Et bien mes amis il va falloir vous y résoudre. Les affaires vont reprendre avec Harry Potter et nous allons digérer les reliques de la mort jusqu’à Noël.

Jusqu’ici Harry Potter c’est plus de 325 millions de livres vendus dans le monde dont 21 millions en France, c’est aussi 33 millions d’entrées au cinéma, toujours dans notre pays.

Du côté de la littérature pour la jeunesse quand Harry paraît c’est 496 millions d’Euros de chiffre d’affaire comme en 2003 et 500 millions d’Euros comme en 2005. Quand il reste à la maison, comme en 2004, le chiffre d’affaire dépasse péniblement les 470 millions d’euros.

En tirant la semaine prochaine sa dernière salve on peut se demander ce que sera, demain, la vie sans Harry Potter ? 

Lyon, le 21 octobre 2007.

09:00 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Harry Potter, film, cinéma | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/10/2007

La caissière du supermarché est bien barrée

medium_Caddie.jpgCe matin dans le Figaro, Nicolas Barré dans un éditorial intitulé « aux grévistes » fait sa petite leçon de morale aux cheminots en leur expliquant notamment qu’il y a plus malheureux qu’eux. Argument favori de la droite depuis quelques semaines, Barré nous parle de « La caissière de supermarché (qui) manipule chaque jour à sa caisse deux tonnes de produits ! ». Je ne sais pas si vous l’avez relevé mais la caissière d’hyper est devenue, bien malgré elle, la caution de la droite pour détruire les régimes spéciaux des agents de la SNCF et de la RATP.
Horaires partiels et fractionnés, salaires particulièrement bas, stress, tâches répétitives la caissière de l’hyper est effectivement une victime non consentante d’un système qui la broie. Puisque ce Monsieur Barré semble tant s’intéresser aujourd’hui au sort de ces milliers de femmes qui triment dans des conditions scandaleuses et pour trois-francs-six-sous chez ses amis Leclerc et Mulliez, je suggère à notre belle âme du Figaro, au nom de la pénibilité du travail, d’exiger de ses amis Sarkozy, Fillon et Bertrand un régime spécial de retraite pour les caissières de nos supermarchés. Au point où il en est, il doit imposer aussi une revalorisation de leurs revenus et la fin de ces mi-temps fractionnés qui détruisent leur vie familiale. Aujourd’hui le camarade Barré vient de rejoindre le combat qui vise à redonner une dignité aux caissières des supermarchés. C’est donc un grand jour pour les travailleurs de ce pays.
C’est la lutte finale groupons-nous et demain... (air connu).

Lyon, le 19 octobre 2007.

09/10/2007

Morts sans toi(t)

medium_Rose.jpgDans le cadre de journée « Morts sans toi(t) », à l’invitation du Maire de Lyon, du Conseil lyonnais pour le respect des droits (CLRD), du collectif des morts sans toi(t), des familles et proche de celles et ceux qui sont décédés dans la solitude, deux cérémonies sont organisées aujourd’hui. La première à 14h au terrain général du nouveau cimetière Guillotière (Lyon 8ème), la seconde à 19h à l’Hôtel de Ville de Lyon, place de la comédie.

Il s’agit, comme chaque année, d’honorer la mémoire des personnes décédées dans la solitude, chez elles, à l’hôpital, dans un foyer ou dans la rue. Je vous rappelle que le collectif lyonnais qui accompagne toute l’année, jusqu’à leur dernière demeure, les personnes décédées dans la solitude, bénéficie du soutien de dizaines d’associations, de certaines municipalités et des pompes funèbres intercommunales. Son action est renforcée par la mobilisation des personnels des cimetières, de certains journalistes et relais d’opinion mais l’efficacité du collectif est conditionné par le renforcement de son réseau. Pour s’associer à l’action du collectif lyonnais et connaître mieux encore son travail, vous pouvez contacter le conseil lyonnais pour le respect des droits sur le www.clrd.org ou par email: clrd@mairie-lyon.fr

Lyon, le 9 octobre 2007.

28/09/2007

Bon anniversaire au Ninkasi

medium_Ninkasi-10_ans.jpg
medium_Ninkasi-10_ans-programmation_2.jpg

>> Pour plus d'informations: site | blog "le ninkasi fête ses 10 ans !"

Je vous signale par ailleurs l'arrivée du nouveau programmateur du Ninkasi Kao, Jean-Marie Potier, dont vous retrouverez une interview dans le Petit Bulletin n°454.

Lyon, le 28 septembre 2007. 

07:00 Publié dans Ainsi va la vie... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Ninkasi, Ninkasi Kao, Lyon, concerts, programmation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/09/2007

Les potes du pôle

medium_300ème.jpg

Aujourd’hui c’est le 300ème billet de ce blog . Un chiffre batard. 100 billets cela se signale, 500 cela pourrait se fêter mais 300 cela j’en conviens ne veut pas dire grand-chose. Ce n’est pas tout de vous écrire une 300ème billet encore faut-il trouver un sujet qui puisse correspondre à la situation. Quelque chose d’amusant ou d’étonnant. De Kouchner qui déclare la guerre à l’Iran ? De Fillon, le seul poulet de Loué plumé vivant par son président ? De David Martinon, le gomineur gominé ? De Yasmina Reza la célèbre lèche bien montrée ? Déjà fait.

Parler alors de l’excellent peuple de l’herbe qui vient de signer "Radio Blood money" et qui sera au Transbordeur le 12 octobre prochain ? De « White Chalk », le dernier PJ Harvey qui se situe tellement peu dans la lignée de son travail habituel que l’anglaise risque de perdre ses derniers fans qui après tout ne méritent pas de le demeurer ? On y reviendra.

Vous dire que la nouvelle édition de l’autobiographie de Miles Davis enfin restituée à partir d’une nouvelle traduction est formidable même si Miles n’a probablement guère usé de stylos pour l’écrire ? Vous rappeler que « Bob Dylan, une biographie » est un bon Bon ? Vous avouer que je ne suis toujours pas allé à la BAC par manque de temps ?

Pour ce 300ème billet il convenait de se détendre, d’évoquer une de ces informations purement anecdotique qui fait le charme d’une actualité en général pénible. J’ai donc décidé de vous dire deux mots sur la volonté d’Eric Besson, le fellon ancien ami de Lionel Jospin, d’organiser le « pôle de gauche de la majorité ».

En effet, Eric Besson, comme Bockel, Kouchner et quelques autres, se considère donc toujours à gauche. Je sais que mes lecteurs de droite vont être choqués tant l'activité de notre ex-chiffreur chiffoné s’inscrit dans leur patrimoine politique, mais c’est comme ca. Notre homme est donc sur le point de structurer un pôle de gauche ou plutôt un bout de pôle qu'il appelle "Les progressistes" (sic!) car son ami Bockel vient quant à lui de lancer un parti qui devrait s’intituler « Gauche moderne » dont la destinée, vous l’avez compris, est également de polariser la gauche dans la droite. Ces deux petits pôles sont paraît-il fortement encouragés par le Président lui-même.

Vous me direz que pour un début ce n’est déjà pas si mal sachant que ces deux petits pôles sont destinés à construire un pôle définitif et que le drôlet drômois et le Blair Alsacien disposent de réserves dans le gouvernement. Justement c’est maintenant que je veux calmer vos ardeurs. Bernard Kouchner a déclaré qu’il « ne rentrerait pas là-dedans » (sic !). Martin Hirsh et Fadela Amara, moins occupés que le Doc, ont seulement promi à Bockel qu’ils iraient assister « par amitié » au lancement de son bout de pôle.

Vous le voyez, ce n’est pas gagné et à un moment ou des types comme Besson et Bockel se défoncent, c’est moche de voir leurs camarades refuser de leur donner un coup de main.

Lyon, le 27 septembre 2007.

24/09/2007

Vroom vroom

medium_Vroom_vrom.jpgCe week end je lisais le nouvel observateur et en particulier un assez bon dossier intitulé "Faut-il supprimer la voiture ?" avec de pages en pages des vélos, des trams, des vélos, à nouveau des vélos et un article tout à fait sympathique sur Gérard Collomb, pionner des Vélo'v. Le problème avec le Nouvel Obs' c'est qu'on vous explique en page 10 que "la chasse à la bagnole est ouverte" et que par ailleurs ce magazine (que j'aime bien) nous inflige une infernale promotion de la voiture et pas de n'importe quelles caisses. Etat d'une contradiction:

  • page 5, pub pour des tennis, problème il s'agit de pompes Dolce & Gabbana
  • page 13, Peugeot 308
  • page 27, Golf TDI pack
  • page 38, publi redactionnel BMW X5
  • page 40 et 41, chaussures... JM Weston
  • page 43, Alfa 159
  • Page 44 et 45, lexus IS 220d
  • page 49, Land Rover Freelander 2
  • page 50, Mazda CX-7 (la voiture zoom zoom)
  • page 53, Citroën C5 sillage
  • page 89, Honda civic
  • page 99, Chevrolet captiva
  • page 105, Toyota
  • page 113, Kia cee'd SW
  • page 119, Concours Nostalgie avec la voiture de Magnum à gagner !

______________________

Je viens d'apprendre le décès de notre amie Annie Marula, élue socialiste du 6ème arrondissement.

Nous sommes tous tristes. J'adresse mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches. 

______________________ 

Lyon, le 24 septembre 2007.

18/09/2007

Série Noire

medium_Speciale_derniere_-_Schwartzenberg.jpg« Un Fahrenheit 451 à grande échelle est en train de se produire en France. Ray Bradbury avait imaginé un monde sans livres, dominé par les écrans. Il n’avait pas prévu qu’il serait sans journaux, or dans quelques années il n’y aura plus de quotidiens généralistes dans les kiosques. C’est un peu comme si les Egyptiens avaient été prévenus, en l’an 47 avant Jésus-Christ, que l’incendie déclenché par César se propagerait à la bibliothèque d’Alexandrie et qu’ils avaient assisté sans réagir à l’événement, alors que leur mémoire se consumait.

Ce mouvement dont l’issue semble inévitable n’est pas consécutif à l’apparition d’Internet. Il a pris naissance à la fin de la dernière guerre, quand la renaissance de la presse s’est faite sur de fausses fondations, s’est amplifié il y a quarante ans avec l’apparition de la télévision couleur, et atteint son paroxysme depuis cinq ans. Il serait trop facile d’exonérer le pays de ses responsabilités en déclarant que la situation française s’inscrit dans un contexte mondial. »    

Voilà les premières lignes de l’introduction du livre d’Emmanuel Schwartzenberg publié ces jours-ci par Calmann-Lévy titré « Spéciale dernière » et sous-titré au cas ou les choses ne seraient pas claires « qui veut la mort de la presse quotidienne française ? ».

Dossier implacable ou chacun en prend pour son grade, documentation impeccable, chiffres assassins, anecdotes décisives, ce bouquin trace la longue agonie de la presse quotidienne.

Schwartzenberg ne va pas se faire que des amis lui qui pourtant écrit en vrai spécialiste et en ancien des rédactions du Figaro, de LCI et de France Info. De la libération à l’apparition des gratuits son bouquin met les pieds dans le plat avec sérieux et détermination. Espérons que sa publication ne se limitera pas à produire quelques petits ronds dans l’eau dans la presse française.

Au fait la couverture est en noir et blanc, le sous-titre en jaune, ce n’est pas dans une série noire mais cela y ressemble.

14/09/2007

Abonnez-vous, vous verrez des images

medium_Mire_TV.jpgLe 5 septembre dernier, je vous donnais des nouvelles de Daniel Schneidermann et de son projet de reconstruction d'"Arrêt sur images" sur le net.

Bonnes nouvelles, plus vite que prévu, Daniel Schneidermann officialise son nouveau site et se lance dans une campagne d'abonnements destinée à financer ce nouvel "Arrêt sur images" [Cf. mes billets précédents dont celui du 5/09]

>> Cliquez pour vous rendre sur cette page d'abonnement 

Voici à titre d'exemple dernier reportage de l'équipe d'"Arrêt sur images" portant sur la lettre de Guy Môquet, le rugby, le MEDEF, la délation: la rentrée est confuse!

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu