Avertir le modérateur

08/10/2010

La liste de Requien

Lyon people 10 ans.jpgIl y a quelques temps, lors d’un match de l’OL, Marc Polisson le rédacteur en chef de Lyon People m’indiquait que dans le numéro 100 de sa revue, sorte de best of des 10 dernières années, Jean-Marc Requien dont le nom de plume est Justin Calixte allait m’estourbir. Je suis tombé le week end dernier sur le pensum en question, il est intitulé « Nos chers disparus », j’y figure et c’est après tout bien là l’essentiel car il n’y a pas de plus grand bonheur à Lyon que de se faire descendre par Requien, un de ces intellectuels locaux dont la reconnaissance éternelle de la cité commencera une fois qu’il aura rejoint, là-haut, au paradis, le marigot des aigris.

La dernière production littéraire de Jean-Marc Requien est cependant un peu décevante car, dans ce numéro spécial, il se risque à un exercice tout aussi spécial que nous appellerons, faute de mieux, « littéraire », puisqu’il s’agit de dresser la liste des gens que notre Justin déteste.

D’un côté Requien nous passe donc la liste des morts, les véritables, ceux qui ont la chance de compter pour l’ancien pubard, et de l’autre, la liste des « disparus » c'est-à-dire les mecs et les gonzesses qui sont morts aux yeux de Requiem et qui ont tout de même droit, à la rubrique « Autres disparus ». Au terme de cette liste de dénonciation figure ceux, « dits de pacotille » qui méritent nous dit le pisse-copie des Monts d’or « d’être oubliés » (sic).

C’est donc là que je figure, en bonne compagnie puisque avec mes collègues Roure, Deschamps, Laferrière, au milieu des journalistes Jean-François Mesplède, Elisabeth Chambard, Robert Marmoz, Guy Moïse, Régis Neyret ou Brunet Lecomte, parmi des personnalités diverses et variées comme Chabert, Nardone, Jacques Moulinier, Begag, Noir ou Jean-François Mermet. Bref, la compagnie de ces gens-là ne m’indispose pas et pour tout vous dire serait du genre à m’honorer.

Pour en finir, que dire à ce pauvre Requien qui en est rendu à faire des listes pour exister. J’avais fait partie des rares qui avaient défendu ce modeste professionnel de la communication avant son départ agité de l’Hôtel de ville. Je ne le regrette bien entendu pas même si la prose de notre provincial fouette maintenant un peu l’urine. Sachez tout de même que, bien qu’étant membre à vie du contingent des mecs détestés par Requien, Justin Calixte pourra toujours compter sur moi pour le défendre si quelques-uns voulaient le tondre à la libération.

Lyon, le 8 octobre 2010.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu