Avertir le modérateur

22/09/2010

Brice et les juges

Brice banzaï.jpgBrice, boutefeu de la Sarkozie, prône l’élection du juge d’application des peines.

Après avoir monté « ceux qui se lèvent le matin » contre les « assistés », les salariés du secteur privé contre les fonctionnaires, les riches pauvres qu’il faut doter d’un bouclier contre les pauvres riches de leurs RSA, CMU et autres avantages à abolir lors d’une prochaine nuit du 4 août, les jeunes contre les retraités, les Français de souche contre les Roms, le pouvoir mène aujourd’hui l’attaque contre les juges. Habilement – l’équipe est passée maître en matière d’intox – il laisse entendre que des juges en phase avec l’opinion majoritaire seraient moins laxistes.

Il pense qu’à force de seriner que l’insécurité est de la faute des juges et autres syndicats de la magistrature, l’opinion du bon peuple, si précieuse lors des élections, finira bien par intégrer que ce n’est pas la faute aux ministres successifs de l’Intérieur si la politique sécuritaire menée depuis huit ans est un échec. Haro donc sur ces magistrats gauchistes - ou peut-être Auvergnats – qui osent aller jusqu’à condamner un auguste politique pour injure raciale (Auguste : un nom prestigieux à Rome et dans les cirques) !

Brice trouve là à la fois de quoi contrer MAM en vue du futur remaniement et de quoi attirer l’attention des médias loin des affaires Woerth, Bettencourt, Roms et autres condamnations par les plus hautes instances européennes et internationales. Il sort de son chapeau un vieux lapin et, en bon gardien, il jappe contre le JAP. Le JAP élu : voilà la solution aux problèmes d’insécurité...

Pour mémoire, le JAP n’habite ni Tokyo ni Hiroshima : le Juge d’Application des Peines est le juge chargé de prononcer des mesures d’aménagement des peines qui peuvent aller jusqu’au bracelet électronique ou à la semi liberté. Il peut même dans certains cas suspendre des peines. C’est aussi le JAP qui suit l’exécution de la peine en milieu ouvert, qu’il s’agisse d’un sursis avec mise à l’épreuve ou d’un travail d’intérêt général.

Ici et là, d’aucuns enfourchent déjà la bicyclette uémpiste et tentent de nous expliquer que les juges de commerce et ceux des Prud’hommes sont élus et que cela ne choque personne. J’en lis même qui rappellent la Commune de Paris pour justifier cette lumineuse idée.

Je crois profondément que lorsqu’il s’agit de juger et de condamner un homme, l’opinion populaire, naturellement momentanée voire instrumentalisée, ne disposera jamais de suffisamment d’éléments pour déterminer la part de responsabilité réelle de celui que l’on juge ni sa capacité de réinsertion dans la société. En la matière, un juge bien formé, sans l’inflation phénoménale des textes de loi votés depuis 2002 – à chaque crime sa loi particulière aujourd’hui - , une justice indépendante du pouvoir exécutif valent mieux qu’un juge soucieux d’être réélu, fut-il compétent.

Comme le disait le poète argentin Antonio Porchia « L’homme juge tout dans la minute présente, sans comprendre qu’il ne juge qu’une minute : la minute présente ».

Jean-Paul Schmitt

Commentaires

Cher Jean-Paul,
Vous dites :
"Je crois profondément que lorsqu’il s’agit de juger et de condamner un homme, l’opinion populaire, naturellement momentanée voire instrumentalisée, ne disposera jamais de suffisamment d’éléments"

- Il me semble que la proposition n'est pas de voter pour chaque affaire mais de voter pour un juge.

- Il me semble que le suffrage est universel. Vous ne pouvez écarter une partie de la population sur des critères de race, de sexe, de religion, d'information, d'intelligence...

- Il me semble que la République repose sur la séparation des pouvoirs : Législatif, Exécutif et judiciaire.

- Il existe des élections Législatives et des élections présidentielles et municipales. Y êtes-vous opposé ?

- Il y aura bientôt des élections Judiciaires et cette perspective me remplit de joie en tant que démocrate...

Écrit par : phidias | 22/09/2010

Cher Phidias,
Bien entendu, il ne s’agit pas de voter pour chaque affaire – encore que nous serions-là dans le vote qui suit la réflexion d’un jury populaire tel celui d’un jury d’assises par exemple (et sur ce point, il semble que dans bien des cas on ait volontairement déclassé certaines affaires relativement mineures vers des tribunaux correctionnels parce que l’expérience en la matière montrait que les jurys populaires d’assises étaient parfois plus laxistes que les juges).
Non, ce qui me gène en matière d’élection des juges c’est qu’il y a nécessairement une adaptation de la peine (prévue par la loi) à chaque cas individuel. Le rappel d’un ensemble de cas, éventuellement même amalgamés pour faire mouche et rappelés à un moment judicieux à une opinion remontée par exemple par un fait divers révoltant dans l’actualité d’une campagne électorale judiciaire ne me semble pas permettre de porter un jugement serein sur le juge à élire. L’opinion publique sera forcément insuffisamment informée pour juger alors de la compétence réelle– donc de la réélection – de tel ou tel juge.
Par ailleurs comme le dit Maître Eolas :
« La France connaît déjà des juges élus : les juges des tribunaux de commerce (litiges entre commerçants, redressement et liquidation des entreprises), et les conseillers prud’hommes (litiges individuels du travail). L’abstention aux élections des juges actuellement élus (Prud’hommes et tribunaux de commerce) connaît des records impressionnants d’abstention : 74% aux prud’hommales de 2008, malgré la mobilisation des syndicats pour qui cette élection est très importante ; quant aux élections des tribunaux de commerce, les juges élus n’ont généralement même pas de liste concurrente face à eux. On ne manque pas d’électeurs, on manque de candidats (il faut dire que les fonctions sont bénévoles…). »
Bien à vous

Jean-Paul

Écrit par : Jean-Paul SCHMITT | 22/09/2010

Certes ! Mais il me semble que ce voilà des élections professionnelles ou réservées aux salariés. En aucun cas des élections au suffrage universel.

Je trouve la présente période très excitante ! En effet tout reste à inventer ! Nos législateurs l'ont fait magnifiquement il y a deux siècles. Je pense que nous avons autant d'intelligence et d'esprit qu'eux.
Des gens sauront bien inventer les représentations qui conviennent pour la future (Assemblée ?) Judiciaire. le modèle présent est à bout de souffle : cela veut dire qu'il faut en faire émerger un autre plutôt que de penser qu'il n'y a pas de solution.

De l'audace ! Encore de l'audace !

Cordialement

Écrit par : phidias | 22/09/2010

bonjour voila jai ma fille de 6ans a lepoque a hu des atouchemants par un voisins il a ete condaner a payer des domage et interait et il ne les paye pas donc il faus que je face quoi jai ecrie aux juge des aplication des pennes et je n'est pas hu de reonse

Écrit par : cali | 23/09/2010

Il faut arreter de faire de l'anti sarkozysme primiaie, il faut le laisser se prendre les pieds tout seul dans le tapis rouge qui va de l'élysée à sa chambre a coucher dans le 16° à Paris.

Écrit par : Foie Gras | 01/10/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu