Avertir le modérateur

20/09/2010

Droite (républicaine ?)

logo_ump.jpgLa droite française est-elle dans son ensemble encore républicaine ? Par convention, voire même par habitude, on s’efforçait jusqu’ici, dans notre pays, d’accoupler le terme « républicaine » au mot « droite » pour la distinguer du Front National. Parce qu’il était nécessaire de maintenir un cordon sanitaire salutaire entre l’UMP et le Front National, ce qualificatif de « républicaine » pouvait même prendre, de temps à autre, des contours électoraux, la gauche ayant toujours préféré voir élire un député ou un président UMP plutôt qu’un sbire du F.N. Même si le danger n’était que théorique, nous avions fait par exemple le choix de voter Chirac plutôt que nous réfugier dans l’abstention.

Aujourd’hui, au terme d’une séquence estivale à nulle autre pareille, il n’est peut-être pas inutile de se reposer la question, avec un œil neuf, c'est-à-dire éclairé par la situation politique. Nous devons, autrement dit, nous demander si, dans sa globalité la droite demeure républicaine donc fondalement enracinée dans des réponses qui n’auraient rien à voir avec celles du F.N. Au terme de cet été, on peut désormais en douter si nous prenons en compte les prises de position, les propos et les agissements du président et de quelques-uns de ses ministres. L’agitation intempestive à l’égard des roms, les coups de menton répétés et les propos parfois aux limites de l’obscénité de la clique Estrosi, Besson, Ciotti, Mariani mais aussi d’Hortefeux nécessitent un réexamen de la caractérisation d’une droite désormais occupée à surfer durablement sur les positions du Front National.

L’interview ce week end au Figaro Magazine du ministre Hortefeux est une nouvelle illustration de l’évolution à petits pas des délimitations politiques et idéologiques de certains. En remettant une bonne couche de confusion sur la question des mineurs, de la délinquance, sur la récidive, l’exécution des peines, l’Auvergnat de Neuilly a une nouvelle fois démontré qu’il quittait, sur ordre, la sphère qui jusqu’ici caractérisait la droite « présentable ». La droite est-elle donc toujours républicaine ? Il convient de ne pas tirer un trait d’égalité entre le FN et l’UMP mais il n’empêche que devenus complètement désinhibés, Sarkozy et certains des siens fréquentent de plus en plus l’infréquentable ne serait-ce qu’en réclamant maintenant que « le peuple puisse être associé aux décisions de justice relatives à l’exécution des peines ». Une telle position n’est pas seulement un coup porté aux magistrats c’est aussi une étrange posture aux allures berlusconiennes donc aux accents de moins en moins républicains.

Lyon, le 20 septembre 2010.

Commentaires

On entend souvent des électeurs s'exprimer non sans désillusion sur les prétendus clivages des formations politiques. Ainsi, partis de droite ou partis de gauche, les différences ne seraient pas ou si peu perceptibles.

Quant à l'opinion des sympathisants ou militants un peu plus aguerris, elle se trouve de facto biaisée par une forme d'endoctrinement. Ainsi, chaque parti organise des formations internes sur l'histoire de son propre appareil politique, sans aller voir ou étudier ce qui se dit au-delà. (cf Yves Frémion, Histoire de la révolution écologiste, 2007 ; Alain Bergounioux, Les socialistes pour les nuls, 2008).

Cela créé inévitablement certaines ornières et se révèle être une faiblesse stratégique, laquelle n'épargne évidemment pas le gouvernement en place (cf François Fillon, La France peut supporter la vérité, 2006). Ainsi François Fillon placera-t-il sur l'échiquier politique les verts au niveau de la LCR ! Absurde, lorsque l'on sait que de nombreux écologistes viennent du centre. Les militants de gauche ont également des idées surfaites sur la droite, la considérant comme un bloc monolithe alors que celle-ci est fortement divisée.

Les ouvrages les plus connus étant ceux de René Remond, Les droites aujourd'hui, 2005 et celui de Jean-François Sirinelli, Histoire des droites en France, 1992, il est aussi possible de lire l'ouvrage sur cette nébuleuse qu'est la Droite à partir du livre de Jean Vavasseur-Desperriers, Les Droites en France, 2006.

Écrit par : Alias | 23/09/2010

On peut efectivement s'interroger sur le fait qu'une partie de l'équipe rapprochée de Nicolas sarkozy s'écartant de certains positionnements républicains assez fondamentaux mériterait encore le qualificatif de republicain puisque reprenant des thèses majeures du FN. Vous avez raison, lors d'une législative, par exemple à Nice, faudrait-il que le candidat de gauche se maintienne dans le cas d'un second tour estrosi-FN ? Il est évident que nous sommes sur le point de changer de coordonnées politiques et je trouve interessant que vous posiez ce problème.

Écrit par : Gilles | 03/10/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu