Avertir le modérateur

12/09/2010

En rade

Portrait_Roger-G%C3%A9rard_Schwartzenberg.jpgLes radicaux de gauche vont-ils se réjouir du pactole récupéré par Bernard Tapie. Avouez qu’une telle somme, 210 millions alors que Christine Lagarde en prévoyait tout juste une cinquantaine, serait opportune pour peu que Baylet offre une investiture à l’ancien ministre pour les présidentielles de 2012.

Sur le plan local, cette éventuelle candidature Tapie ne semble pas faire l’unanimité puisque le conseiller général Louis Pelaez est monté au créneau contre Baylet et son " opération Tapie " non sans, au passage, égratigner son leader Thierry Braillard disposé à tout, selon Pelaez, pour revenir en odeur de sainteté auprès de l’héritier de la dépêche du midi. Le pompon radical de la semaine n’est pourtant pas dans cette querelle rhodanienne mais dans les propos d’un revenant, l’oublié Roger-Gérard Schwartzenberg.

" Il y a dans nos rangs ", a déclaré le président d’honneur des Radicaux de gauche, Roger Schwartzenberg, "plusieurs responsables susceptibles de rivaliser avec ces géants que sont Manuel Valls, Jean-Louis Bianco ou Gérard Collomb ". Venant d’un Schwartzenberg le coup est rude. Valls, Bianco et Collomb vont-ils s’en remettre, rien n’est certain. Jusqu’ici, comme tout le monde, je considérais Schwartzenberg comme un politicien subsidiaire, aux limites du " sans importance " mais aux allures de " chic type ". Ce brillant prof de droit avait, il faut le dire, un parcours politique inespéré, largement le fruit de l’amabilité du PS à son égard comme si, il y a vingt ans de cela, les socialistes s’étaient dit à son propos  "entre lui et un autre, pourquoi choisir un autre ". De fil en aiguille le Schwartzenberg en question s’était retrouvé secrétaire d’Etat puis Ministre et au final dans l’oubli. Cette charge contre Valls, Bianco et Collomb a au moins un mérite, celui de nous rappeler que ce bon vieux Roger-Gérard est toujours vivant. A l’occasion de cette attaque du Radical contre les socialistes, j’ai essayé de me remémorer quelques faits d’armes de Schwartzenberg. Deux se sont signalés à ma mémoire. Le premier consistant à me souvenir d’un type qui jadis effectuait toujours les permanences de son parti en août, profitant alors de l’occasion pour bombarder de communiqués sans importance une presse qui somnolait alors que la France bronzait. Politicien aoûtien, Roger-Gérard Schwartzenberg rentrera aussi dans l’histoire comme le seul homme de gauche à avoir, dans une lutte terrible contre Giscard, caché sa calvitie par un savant mouvement capillaire naturel. Pour ces deux raisons, Schwartzenberg mérite une reconnaissance le situant pas très loin des tous premiers géants de la gauche.

Lyon, le 12 septembre 2010.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu