Avertir le modérateur

28/02/2010

Voodoo Year

jimi-hendrix.jpgC’est donc dans huit jours que sort le « nouvel » album du Jimi Hendrix, « Valleys of Neptune », 12 titres pour l’essentiel enregistrés en 1969 qui, si l’on tient compte des avis des critiques les plus fiables, sont très loin d’être des rogatons. C’est à l’occasion du rachat par Sony du catalogue de Jimi Hendrix que ce disque nous est proposé et en parallèle on publie une première vague de réédition, « Electric Ladyland » et « Are you experienced » en tête, avant qu’en septembre prochain, pour la date anniversaire de sa mort, on nous propose des archives jusqu’ici inexploitées.

Il y a bien entendu de quoi être méfiant sur ces « inédits » promis. En effet, quand il disparaît, Jimi Hendrix n’a enregistré que trois disques studios. Depuis cette date, une bonne centaine d’albums du génie de Seattle circulent, le meilleur du « Live » côtoyant les pires prises studios. Compte tenu du fait que l’affaire coûte bonbon à Sony-Legacy, tout nous porte donc à croire que c’est avec sérieux et application que cette politique de publication d’archives va se déployer. Autant dire que les fans de toujours comme les jeunes adeptes du guitariste doivent dès à présent mettre quelques billets dans leur tirelire. Un coffret reprenant la chronologie de la carrière est en préparation, la vidéo du mythique « Miami Pop Festival » de 1968 vient d’être restaurée sans oublier les centaines d’heures d’enregistrements faites à l’Electric Ladyland Studio de Greenwich Village qui attendent preneurs. L’année 2010 sera « Voodoo ». Pourquoi s’en offusquer ?

> Jimi Hendrix Experience, « Valleys of Neptune », Sony-Legacy, sortie lundi prochain 8 mars.

Lyon, le 28 février 2010.

27/02/2010

Raccommodage

Du temps de nos grands parents, « Faire une reprise » voulait simplement dire qu’il s’agissait de raccommoder le talon d’une chaussette ou le coude d’un pull-over. Aujourd’hui pour nombre d’artistes, le plus souvent en mal d’inspiration, proposer au public des reprises c’est tout bêtement y aller de sa collection de standards plus ou moins ripolinés au goût du jour. Depuis une bonne dizaine d’années, de Rod Stewart à Eddy Mitchell, on ne compte plus les tentatives assez systématiquement ratées, visant à livrer au public pour des raisons trivialement « contractuelles » des albums destinés à boucher, comme pour les chaussettes, des trous.

Avec « Scratch my back », le dernier opus de Peter Gabriel nous étions probablement nombreux à imaginer que l’anglais, en décidant d’y aller de sa collection de « reprises », n’allait pas tomber dans le piège. C’est consternant mais c’est ainsi, l’album de Gabriel avec sa douzaine de compositions chipées aux Talking Heads, Randy Newman, Les Kinks, David Bowie ou Radiohead, se vautre. Entre prétentions symphoniques et ron-ron sans guitares ni batterie, ce « Scratch my back » est à ranger entre le pire de « Nice » et les tentatives malheureuses de « Deep Purple » et de quelques autres délires des seventies.

Que les choses soient claires, cet échec de Peter Gabriel conduit en compagnie de Bob Ezrin, ne saurait remettre en cause les « Solsbury Hill » et autres « Up » qui marquent une discographie rare mais de qualité. D’ailleurs, si afin d’oublier cet accès de mauvais goût dont en passant on nous prédit un autre volet à l’automne prochain, remettez-vous en mémoire l’œuvre de l’ancien Genesis en lisant en particulier le numéro de février de « X Roards », ce magazine jugeant lui aussi ce « Scratch my back » comme mineur.

Lyon, le 27 février 2010.

26/02/2010

Francophonie

logo-franco2010-300x153.jpgAlors que depuis le référendum du 4 juin 2003 la langue nationale du Rwanda est le kinyarwanda et le français la seconde langue officielle, en octobre 2008 le ministère de l’Education Nationale du gouvernement Kagame a décidé que « l’enseignement primaire, secondaire et universitaire sera exclusivement dispensé en anglais au Rwanda à partir de 2010 ». Cette décision qui va contre les décisions de la constitution référendaire de 2003 est en vérité une mesure de rétorsion envers la France mais surtout le bouleversement assuré d’un système éducatif rwandais assuré jusqu’ici en quasi-totalité en français.

Cette décision d’imposer l’anglais à la place du français est à l’image de la stratégie de l’actuel gouvernement qui trouve là probablement le moyen de rendre la monnaie de sa pièce à un Etat français qui a lancé des actions en justice contre Kagame suite à l’attentat contre l’avion de Habyarimana. Une décision qui, même si elle va contre la réalité de l’appareil éducatif du pays et de sa tradition, a également le mérite de ne pas déplaire aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne qui, à l’occasion, ne rêvent que de redessiner la géographie locale.

D’après les forces qui s’opposent à cette mesure visant à privilégier l’anglais on trouve pourtant des arguments de bon sens. Au premier rang de ceux-ci, le simple fait que le français est une langue accessible au plus grand nombre. Que supprimer la place privilégiée du français provoquera mécaniquement une fragilisation de ceux qui sont déjà les plus faibles et que la grande majorité des professeurs ne sont pas en capacité d’assumer les enseignements en anglais. Nul ne sait si le récent voyage de Nicolas Sarkozy va permettre de dépasser cette lourde contradiction. L’affaire est donc à suivre.

Permettez-moi enfin de signaler « le mois de la francophonie » du Grand Lyon dont le lancement est prévu le 1er mars.

mois de la francophonie.jpg> Télécharger le programme ici

Renseignements sur le site de la Maison de la francophonie et celui Grand Lyon

Lyon, le 26 février 2010.

25/02/2010

Marsalyon

winter_110.pngLes Lyonnais sont bien placés pour en parler mais Marseille a obtenu, au terme d’un concours pour le moins étonnant, le titre de Capitale Européenne de la Culture pour 2013. Au même titre que Lyon peut s’enorgueillir d’organiser les « Nuits sonores », la Cité phocéenne avec « Marsatac » dispose d’un évènement assez formidable qui fait la part belle à l’Electro, au Hip-hop et aux musiques actuelles en général. Depuis 2005 « Marsatac » trônait à l’extrémité du vieux port sur un terrain désormais destiné à accueillir le futur Musée des Civilisations. En d’autres termes l’évènement Marseillais est nomade ou plutôt maintenant sans domicile fixe au point que l’édition 2010 actuellement en préparation se trouve encore dans l’inconnue puisque la municipalité semble incapable d’offrir un site convenable aux organisateurs. A trois ans de cette fameuse « Année Européenne de la Culture » pour laquelle Marseille à tant fait avec l’aide du gouvernement, il est tout de même déplorable que « Marsatac » connaisse toujours un aussi triste sort.

L’an passé les organisateurs Marseillais de « Marsatac » menaçaient de quitter la ville pour demander l’asile à autrui. Avouez que Marsatac à Lyon avant 2013 cela pourrait avoir de la gueule !

Lyon, le 24 février 2010.

07:09 Publié dans Culture & cultures... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : lyon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/02/2010

Chicaneries

tp_20091013_1832-360k-1.jpgPlutôt que de se terminer en gag, dans l’affaire Frêche, chacun tente de trouver à la situation une issue acceptable. Terminées les grandes envolées morales des coupeurs de tête Montebourg et Bartolone, place au pragmatisme. On se dirige donc vers une sorte de « suspension temporaire » des amis du Président de la région Languedoc-Roussillon, autrement dit pour reprendre certaines formulations solfériniennes, vers une exclusion suspensive et provisoire des supposés exclus. Même Razzy Hammadi, poète officiel du clan Hamon, est atteint de coolitude, il dit que « le feuilleton maintenant devient ridicule ». C’est dire !

Hier, en se rendant à Montpellier, Gérard Collomb a judicieusement placé cette affaire sudiste au regard des enjeux nationaux qui sont face à la gauche. « Il faudra être tous rassemblés » a indiqué le Maire de Lyon car, a-t-il ajouté, « c’est comme ça qu’on peut gagner demain et non en s'enfermant dans les petites chicaneries qui réduisent, rabaissent la politique ».

Comme un fait exprès, c’est également hier que Collomb parmi 16 autres personnalités socialistes qui lançaient un appel intitulé « Faire converger la gauche », publié dans Libération. Cette vaste coalition suggérée par nos 17 élus est la condition d’une victoire lors de la présidentielle de 2012 et des législatives à suivre. Voici ce texte qui porte des exigences dont la gauche toute entière ne saurait s’exonérer à l’avenir.

"Faire converger la gauche

La gauche et singulièrement les socialistes doivent être les artisans d’une vaste coalition de progrès. L’heure n’est pas à la division, à la collection narcissique des différences et encore moins au sectarisme. Nous aurons à faire des choix qui marqueront notre véritable entrée dans le XXIe siècle. Nous n’avons pas à traverser une mer calme ; les vents sont contraires, souvent violents et des économies entières et même des Etats menacent déjà de faire naufrage. Le monde globalisé est une addition de mondes fragmentés. Le fiasco de Copenhague est symptomatique des limites de la gouvernance du monde.

Comme toujours dans ces périodes d’épreuves, il faudra faire l’inventaire du principal et de l’accessoire. Que ce soit sur la question essentielle du maintien des retraites, de l’emploi et de la formation, du droit des salariés à un patrimoine, du droit à l’éducation et de l’accès aux soins pour tous, de la prise en charge du grand âge comme de la sauvegarde de notre environnement, les défis à relever sont connus et immenses. Seule une puissante et large majorité politique pourra les relever. Si des adaptations de notre système social sont à accomplir, ce ne peut être que pour l’améliorer. On ne sauvegarde pas le progrès au prix d’une régression marquée par la précarité des statuts et des revenus. Une réforme fiscale ambitieuse et équitable devra garantir l’effort de tous et d’abord de ceux qui peuvent le plus. La solidarité n’est pas une punition. La mobilisation sociale exigée demandera une démocratie partagée. Une nouvelle République, appelons-la VIe, doit mettre un terme à l’hyperprésidence et instituer un véritable pouvoir parlementaire, donner enfin son indépendance à la justice et traduire le pluralisme des médias dans les faits, associer enfin les citoyens à la prise de décision publique.

Le temps n’est plus aux pusillanimités politiciennes, ni aux jeux d’appareils artificiels, ni aux polémiques dégradantes. Nous aurons besoin de l’énergie de tous.

Il faut s’unir ! Nous devons réfléchir et proposer, tous ensemble, enfin dégagés des rapports de force qui n’ont rien à voir avec l’exercice de la pensée. L’élection présidentielle de 2012 et l’élection législative doivent être gagnées par tous ceux qui souhaitent réformer la société, la gauche, toute la gauche, socialistes, radicaux, communistes, les écologistes, les démocrates du centre et jusqu’à ceux pour qui le gaullisme signifie le refus de la soumission de l’Etat aux intérêts particuliers. C’est la question démocratique qui détermine les alliances, pas l’inverse. La question démocratique gouverne la question sociale. Le dire ainsi rompt avec un confort du passé, devenu conformisme. Les régionales doivent être le banc d’essai de cette convergence pour que le rassemblement de toutes les forces au deuxième tour permette une victoire qui en annonce d’autres.

Signataires : Jacques Auxiette, Jean-Louis Bianco, Frédérique Bredin, Gérard Collomb, Thierry Coursin, Marc Daunis, Jean-Yves Le Drian, Vincent Feltesse, Aurélie Filippetti, Gaëtan Gorce, Jean-Pierre Masseret, Jean-Pierre Mignard, Jean-Jack Queyranne, François Rebsamen, Thierry Repentin, Monique Saliou, Gilles Savary, Jean-Marc Todeschini."

Lyon, le 24 février 2010.

23/02/2010

Bonne idée

TF16B_B_BonneIdee.jpgL’idée pouvait paraître bonne et même courageuse de la part d’un gouvernement libéral mais elle ne vécût que le temps que vivent les roses. Le gouvernement, en effet, se proposait de noter les entreprises en trois catégories quant à leur action pour lutter contre le stress des salariés. Rouge pour les mauvais élèves qui n’ont rien entrepris et même pas répondu au questionnaire du gouvernement, orange pour celles qui ont tenu quelques réunions ou engagés quelques discussions avec les salariés et vert pour les bons élèves qui ont signé un accord de fond ou de méthode. Bref du plus pur esprit sarkozyste dont le mérite est la valeur cardinale. Mais au demeurant il est plus facile de noter les ministres que les entreprises, encore que, car pour le moment les bulletins n’ont pas été communiqués.

Car cette initiative de Xavier Darcos a immédiatement soulevé un tollé de la part du patronat et y compris de certains syndicats mais bon il y a toujours eu des « jaunes ». Le Medef est monté sur ses grands chevaux dénonçant ce « name and shame » (nommer et faire honte) qu’il veut ne réserver qu’aux cas extrêmes, France Telecom par exemple ? Et face à ce froncement de sourcil de la farouche Laurence Parisot le gouvernement a retiré son texte illico, au moins on sait qui commande dans le monde de l’entreprise. A moins que dans la liste rouge n’ait figuré trop de participants à la soirée du Fouquet’s.

Cet exemple montre bien comment les mesure que Sarkozy voulaient fortes pour ciseler sa rupture tombent à plat sinon à l’eau les unes après les autres. Abandonné par l’opinion, il a encore perdu trois points ce week-end, Nicolas Sarkozy n’impose plus rien ni à sa majorité ni à son gouvernement. Aussi il doit vraiment trouver le métier de président de moins en moins ludique et penser que le jouet qu’il avait gagné a perdu tout son charme. Alors il doit regarder s’il n’y a pas en magasin quelque chose de plus amusant et valorisant à faire, gagner de l’argent, beaucoup d’argent, par exemple. D’ici que pour cela il nous abandonne en 2012 il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas…enc ore. Mais l’idée n’apparaît pas comme aussi mauvaise.

Philippe Dibilio

22/02/2010

Le tournant

13e-journee-ligue-1-presentation-ol-L-1.jpegCertains estimeront probablement que la semaine qui s'achevait hier était bénie pour l'olympique lyonnais tant, après la victoire face au Real de Madrid en champion's league et au F.C Sochaux en championnat, les gônes semblaient enfin avoir des résultats conformes à leur statut.

En s'installant hier au soir sur la troisième marche du podium à cinq points des Girondins, en vérité à huit, l'OL semblait sortir de la zone des tempêtes après une longue période de chahut. Pourtant si sur le plan sportif la conjoncture est meilleure, depuis jeudi, suite à la conférence de presse de Jean-Michel Aulas, les résultats, quant à eux financiers posent problème. Les 8,7 millions d'euros de perte de O.L Groupe annoncent la poursuite d'économies et d'un dégraissage. Déjà les départs cet été de Juninho et Benzéma visaient à rendre une taille plus fine au club. Au terme de l'actuelle saison il n'est pas impossible que de nombreux joueurs achetés à prix d'or comme Ederson ou Bodmert prennent la sortie, que d'autres en fin de contrat comme Govou ou Clerc soient dans l'obligation d'aller chasser ailleurs des salaires du même ordre. Par ailleurs, si Bastos parvenait à être sélectionné en équipe nationale lors de la Coupe du Monde et à se mettre en valeur au cours de la compétition, il est certain que le club lyonnais chercherait à le valoriser. Quant au gardien Hugo Lloris et au milieu défensif Jérémy Toulalan, ils constituent une belle cagnotte. Si les départs probables de Boumsong et kim Källström ne suffisaient pas il est clair que les deux internationaux français iraient probablement respirer du côté de l'Angleterre ou de l'Italie. Dans la perspective de la construction du nouveau stade et en tenant compte des conjonctures sportives et économiques actuelles, ce tournant peut être négocié avec succès par le club. Encore faudra t-il que l'Olympique Lyonnais accepte de se pencher sur sa coûteuse politique des transferts depuis quelques années. En effet qui se souvient du passage à Lyon des Kléber, Anderson, Milan Baros, Nadir Belhadj, Mathieu Bodmer, John Carew, Elber, Fred, Torben Franck, Marco Grassi, Keita, Frédéric Née, Nilmar, Pedretti ?

Lyon, le 22 février 2010.

21/02/2010

Bleu

France bleu.jpgCela fait déjà trois fois que « France Bleu » m’adresse un communiqué présentant le Forum de Francebleu.com intitulé « ma région vue d’ici ». Face à tant de constance de la part d’une radio qui, faut-il le repréciser, est la quatrième nationale en part d’audience avec ses quelques 3,7 millions d’auditeurs, voici donc ce fameux message qui démontre que le service public sait être à l’écoute et proche des Français mais aussi capable de ne jamais « lâcher l’affaire ».

« Ma Région, vue d’ici » c’est le forum qui fait bouger la France d’aujourd’hui. Lancé depuis le 8 février, par le réseau France Bleu et ses 41 stations locales, ce lieu d’échanges donne la parole à tous les français amoureux de leur Région. Un forum ancré dans la vie quotidienne des français, on y parle d’emploi, de cadre de vie, de patrimoine… Les problèmes de transports et d’emploi sont les sujets les plus abordés par les internautes. Tous s’accordent à reconnaître la qualité de vie et à mettre en valeur le dynamisme de sa région. A mi-parcours de l’opération, la région Ile-de-France est loin devant les 21 autres en termes de contributions.

Alors, connectez-vous sur francebleu.com pour participer aux débats et échangez entre vous sur votre région. Un forum observé à la loupe par les politiques dans nos régions, à quelques semaines des Régionales.

Pour laisser vos commentaires, vos observations, vos suggestions sur le forum « Ma région vu d’ici », rendez-vous sur www.francebleu.com

Lyon, le 21 février 2010.

20/02/2010

Cochon de Brest


Sarkozy un petit cochon ? De Villepin se lâche !
envoyé par thony911. - Découvrez des webcam de personnalités du monde entier.

Les trois petits cochons veulent vivre leur vie et quittent le foyer familial pour tenter leur chance dans le monde. Le premier petit cochon se construit une maison de paille. Le deuxième petit cochon se construit une maison faite de brindilles. Le troisième petit cochon se construit une maison de briques et de ciment. Le grand méchant loup parvient à détruire les maisons des deux premiers petits cochons en soufflant dessus et les dévore. En revanche, il est impuissant contre celle du troisième petit cochon. Pour faire sortir le cochon de sa maison, le loup lui propose d’aller chercher des navets avec lui, mais le cochon sort tôt le matin et rentre chez lui avec des navets avant l’arrivée du loup. Le loup propose au cochon d’aller cueillir des pommes, le cochon lance une pomme très loin et se sauve chez lui pendant que le loup court après la pomme. Le loup propose ensuite au cochon d’aller à la foire. Arrivé le premier à la foire, le cochon achète une barrate. Sur le chemin du retour il voit venir le loup, il se cache alors dans la barrate qui dévale une pente et fait peur au loup. Ce dernier décide alors de rentrer chez le cochon par la cheminée, il tombe dans une marmite de soupe et s’ébouillante. Le cochon le mange pour son dîner.

Si ce troisième cochon se prénommait « Nicolas », Dominique de Villepin devrait donc se méfier sauf à se rêver finissant dans la soupe aux choux du Président.

Lyon, le 20 février 2010

(Texte emprunté à wikipidia)

 

19/02/2010

Sud (profond)

82593292croix-occitane-1-jpg.jpgPour convaincre les socialistes locaux d’apporter leur aide, non pas à Frêche, mais à Hélène Mandroux, Claude Bartolone lançait il y peu une sorte de menace aux socialistes récalcitrants en disant qu’ils avaient « intérêt à ne pas insulter l’avenir » et selon la formule généralement consacrée en ce genre de circonstance, « à ne pas se mettre d’eux-mêmes en dehors du PS ». C’est donc en vertu de l’article 11 des statuts que Bartolone fait aujourd’hui la morale à qui veut bien l’entendre lui qui, il y a quelques années, avait fait activement campagne pour le « Non » au référendum alors que démocratiquement son Parti, le Parti Socialiste, s’était déclaré pour le « Oui »

Même si un sondage ne fait pas l’élection, constatons que celui réalisé pour « LCI-Le Figaro » par Opinion Way en créditant la liste socialiste disposant du label Solferino de quelques maigres 6% va poser problème à la direction nationale du PS. D’ailleurs, malgré les foucades de Bartolone, du côté du Porte Parole Socialiste on ne joue plus au malin. « On ne va pas faire du disciplinaire » nous dit désormais un Benoît Hamon qui semble anticiper la décapitulotade car si l’on en croit ce sondage c’est avec 41% que Frêche serait élu au 2ème tour devançant la droite de 10 points et l’alliance Ecolo-socialiste-NPA de 14 c’est çà dire, au final, le meilleur score jamais enregistré par Frêche. Tel est semble-t-il le prix de l’âme de Bartolone et espérons qu’au train ou vont les choses, d’ici quelques temps, il n’y aura au sein du PS plus grand monde pour voter pour lui.

Lyon, le 19 février 2010.

18/02/2010

Récompenses

Mgr Gaillot.jpg« Le Parisien » du week end dernier nous rafraîchissait la mémoire sur le jeu des ambassadeurs que conduit, avec semble-t-il une certaine délectation, le Président de la République. Véritable variable d’ajustement dans le petit jeu politique des nominations et des attributions de prébendes, la fonction d’ambassadeur apparait à bien des égards pour ce qu’elle est, une récompense ou un dédommagement.

David Martinon, licencié de l’Elysée, devenu Consul Général à Los Angeles. Roger Karoutchi, licencié du gouvernement, ambassadeur auprès de l’OCDE. Gilles de Robien, représentant permanent de la France auprès de l’Organisation Internationale du Travail.

Brice Lalonde, ambassadeur chargé des négociations sur le climat. Valérie Hoffenberg, élue UMP et représentante pour le processus de paix au Proche-Orient. Eric Chevallier, compagnon de route de Bernard Kouchner, ambassadeur de France à Damas. Quant à Michel Rocard, ancien missionnaire sur la taxe carbone et le grand emprunt, n’oublions pas qu’il a rang d’ambassadeur de France chargé des négociations internationales sur les pôles Arctique et Antarctique.

Selon une note du cabinet de Bernard Kouchner, nous dit le Parisien, le nombre de diplomates non professionnels est passé de 2 à 21 entre 2001 et 2010. Pour moi qui entame une carrière de missionnaire au « Grand Lyon » je me dis que je pourrais éventuellement me retrouver, un de ces jours, à négocier, comme Michel Rocard, avec quelques pingouins n’en demandant pas tant. Sauf que me concernant, et à la différence de Rocard, je me retrouve, comme Monseigneur Gaillot, nommé évêque in partibus de partenia et ce pour l’éternité. L’éternité étant bien longue, il va peut-être falloir que je me résigne à l’écourter.

Lyon, 18 février 2010.

17/02/2010

Veautation

lycee.jpgHier on apprenait les chiffres de participation aux scrutins désignant les représentants de parents au sein des instances de nos écoles. Dans le Rhône 34% des parents d’écoliers ont voté. Dans les collèges, tout juste un quart s’est déplacé et concernant les lycées, un parent sur cinq a voté.

Toujours hier, la FIDL et l’UNL, deux des principales associations lycéennes indiquaient qu’en compagnie de quelques autres mouvements de jeunes, elles allaient organiser une « votation citoyenne » destinée à démontrer au ministre Chatel qu’il « fallait changer de cap ».

Nous verrons bien si les associations lycéennes protégées par la JOC, les JC, le MJS, les jeunes radicaux et autres jeunes verts atteindront le chiffre fatidique de 3 millions de votants lors de ce scrutin. A voir la formulation de la première des trois questions on serait tenté d’espérer que les lycéens fassent comme leurs parents en s’abstenant de voter. En effet pour cette votation à caractère propagandiste, les lycéens sont invités à dire s’ils préfèrent « des profs à la sauce Sarko, moins nombreux, moins formés » ou « les moyens d’obtenir un diplôme qui permet de s’en sortir ».

Quand on vous dit que le niveau baisse !

Lyon, le 17 février 2010

Photo:DR

16/02/2010

Qualificatif

PhilippeCochet.jpgInterviewé dans le dernier numéro de Lyon People, Philippe Cochet le député maire de Caluire et président départemental de l’UMP apparaît toujours aussi agressif mais beaucoup moins péremptoire. On est loin de 2007 où, dans Lyon Capitale, au lendemain de son élection comme secrétaire national à je ne sais quoi de son parti, il se prétendait plus important qu’un ministre. C’était le temps béni des lendemains de victoire. Depuis la vie a fait son œuvre. Pour les municipales de 2008 Cochet avait lancé une véritable fatwa contre les élus du groupe Synergies au Grand Lyon intimant à tous les maires de sa circonscription de rejoindre l’UMP. Résultat : tous les nouveaux élus sont allés à Synergies entrainant même avec eux un maire sortant du groupe UMP. Le genre de claque qui rend modeste et qui fait dire aujourd’hui à l’intéressé qu’il ne pense pas à la présidence du Grand Lyon tous les matins en se rasant. Mais il ne supporte toujours pas la présidence de Gérard Collomb dans cette assemblée qu’il situe à droite. Alors il cherche les angles d’attaque et après avoir dit tout le bien qu’il pense de la gestion de Michel Noir puis de Raymond Barre il reproche au président actuel son exécutif ouvert à l’opposition et ses 40 vice-présidents présentés comme un armée mexicaine. Seul détail c’est Raymond Barre lui-même qui a inauguré ce mode de gouvernance et son exécutif d’alors n’écartait que les représentants du FN et du Parti Communiste, encore que puisque Maurice Charrier y siégeait. Certes il n’était plus encarté au PC mais l’avenir a montré qu’il n’a jamais coupé les ponts en laissant au moment de son départ volontaire les clés de Vaulx en Velin à un membre très officiel de ce parti. Certes Barre avait ses raisons : il lui fallait contenir l’influence qu’il jugeait trop forte des amis de Noir regroupés autour d’Henri Chabert cela valait bien une alliance avec la gauche. Pourtant Philippe Cochet ne rechigne pas à prendre appui sur le passé pour poser la question qui lui paraît fatale : quel qualificatif donneriez vous aux années Collomb ? Pour Noir dit-il c’était propreté et lumière, pour Barre l’UNESCO, pour Collomb il ne voit rien même pas les Berges du Rhône par exemple ou peut-être a-t-il oublié ce qu’elles étaient avant. Mais son objectif aujourd’hui est de faire de Caluire un modèle pour le dupliquer au niveau de l’agglomération alors attendons et on verra bien quel qualificatif on pourra donner à la gestion Cochet en 2014.

Philippe Dibilio

Photo: DR

15/02/2010

Haine

haine.jpeg« La politique ne fait pas exception : La haine y rôde comme partout », c’est par cette formule que débute l’éditorial de la semaine de Claude Imbert dans Le Point. Il y détaille les forts méchants rapports qui animent Sarkozy et Villepin non sans rappeler les haines de jadis, celles entre Rocard et Mitterrand, Giscard et Chirac, Chirac et Chaban, Chirac et Balladur …

Toujours cette semaine, mais cette fois-ci dans l’Express, Ludovic Vigogne quant à lui, détaille les inimitiés, les bisbilles, échapardages, heurts, gnons, peaux de banane et tirages de maillot qui font le quotidien de la vie gouvernementale.

MAM contre Hortefeux, Amara contre Darcos, Lagarde versus Estrosi, MAM contre Bockel, Amara contre Sabeg sans oublier Bachelot et Yade, bref les occasions de se détester sont légion et du côté de l’Elysée ces crispations, tensions et détestations sont un moyen de gestion de la majorité même si aujourd’hui Copé s’intéresse de près à tout ce beau monde.

Copé-Sarkozy, voilà un nouveau couple maudit que Claude Imbert avait oublié dans son inventaire de la haine ordinaire.

Lyon, le 15 février 2010

Photo:DR

14/02/2010

Numéro 7

L'original.jpgL’épatante équipe du Festival de Hip-Hop, « L’original », vient d’annoncer de quoi sera fait la 7ème édition du Festival qui se tiendra du 31 mars au 5 avril. Afin de faciliter la vie des festivaliers, chacune des journées sera désormais composée de « Quatre temps forts » : Les Battles, Les Spéciales, Les Shows et les Nocturnes, des moments qui correspondent à des tranches horaires précises.

  • 14h- 18h : Les Battles

Les Battles sont proposés le samedi et le dimanche (danses, beatbox, beatmakers). A noter que les battles de danse Hip Hop debout et de Ragga sont programmés lors de Nocturnes.

  • 18h-20h : Les Speciales

Chaque jour, la spéciale proposera 2 évènements au choix :

Un débat : espace de réflexion autour de problématiques liées au Hip Hop (politiques, professionnelles, éthiques, …)

Une prestation artistique Hip Hop : temps spécialement dédié à un ou plusieurs artistes qui proposent une forme Hip Hop atypique ou sous exposée.

  • 20h-23h : Les Shows

Concerts réunissant sur le même plateau plusieurs artistes Hip Hop de notoriété internationale ou nationale, ou spectacles de danse réunissant plusieurs artistes et compagnies.

  • 23h-5h : Les nocturnes

Soirée thématiques autour des différents courants musicaux ou pratiques musicales directement liées au Hip Hop (Electro Hip Hop, Dancehall, Soul, Funk…) avec groupes live, démonstrations, battles et djs sets.

Je ne désespère pas qu’un jour « L’original » devienne un évènement d’agglomération c'est à dire un rendez-vous plus conforme à sa nature et donc à sa vocation mais ne rêvons pas.

En attendant que « L’Original » se hisse à un tel niveau et pourquoi pas, après-demain, à une échelle métropolitaine, voici la programmation prévue pour l’édition 2010, qui accueille sont lot de stars mais aussi, signalons le, des formations lyonnaises, villeurbannaises, stéphanoises ou de Saint-Priest, l’audace métropolitaine étant bien vivante là ou certains ne veulent jamais regarder.

Mos Def (USA), Warren G (USA), Raggasonic (Paris), Ce’cile (Jam), Beatnuts (USA), Wc (USA) & Dj Crazy Toones (USA), Sexion d’Assaut (Paris),  Pookemon Crew (Lyon), Salif (Paris), Bishop Lamont (USA), Nessbeal (Paris), Jay Electronica (USA), Din Records (Le Havre), Sat (Marseille), Vicelow & Raf (Paris), Virus Syndicate (UK), Sollilaquists Of Sound (USA), Compagnie de Fakto (Lyon), Art Maniak (St Etienne), La Jonction (Lille), Alakyn (Angers), Spher & Rezine (Lille/lyon), Ming8 Halls Starf (Vénissieux), Fowatile (Lyon), 12Mé & Raph (St Etienne), Maalkema (Grigny), Kehnzo (St Etienne), Soldat Guerria (Lyon), La Crimin’l (Villeurbanne), 800 Industries (Saint-Priest),…


Mos Def - Sex, Love & Money
envoyé par Mos-Def. - Clip, interview et concert.


Warren G - Lookin' At You (Feat. Toi)
envoyé par freship. - Clip, interview et concert.

Lyon, le 14 février 2010.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu