Avertir le modérateur

22/09/2009

Une solitude active

nouveau Site Desirs d'avenir.jpgLe terrain avait été bien préparé, toute la semaine dernière la presse, dans une unanimité suspecte, n’en avait que pour la solitude de Ségolène Royal. Et de broder sur le départ de ses proches et de certains adhérents de Désirs d’Avenir. Et pour ne pas lâcher le filon de la vie privée, on pointait l’incursion de son compagnon dans son action politique. Pensez donc un homme nouveau qui ne fait pas parti du sérail ; si maintenant tout le monde peut faire de politique où va-t-on ? Et puis le monsieur est intervenu dans le relooking du site internet, c’est son métier mais tout de même. D’ailleurs il est bien évidemment raté ce nouveau site et pour s’en convaincre on convoque les internautes dont on sait qu’ils représentent le meilleur ou le pire de l’expression démocratique. En l’occurrence le pire était le bien venu. Enfin l’Express est allé jusqu’à se lancer dans une rocambolesque histoire de facture adressée à Pierre Bergé ce qui aurait amené le célèbre mécène à s’éloigner à son tour. C’est totalement faux et démenti par l’ intéressé qui, au contraire a affiché une solidarité sans faille à Ségolène.

Ce tir de barrage est une nouvelle fois intervenu à la veille d’une initiative de l’ex et toujours candidate à l’élection présidentielle : la deuxième édition de la fête de la Fraternité. La pratique est connue mais elle est systématiquement réservée à Ségolène Royal. Pourtant la fête a eu lieu et dans sa solitude au milieu de 3000 personnes la femme seule a, une fois de plus tenu des propos que l’on aimerait voir repris ailleurs mais pour les connaître il faudra aller sur le site de Désirs d’Avenir car la presse elle n’a pas dû les entendre. Le seul passage retenu aura été celui concernant la naissance d’un mouvement de dépassement du PS. Position stratégique de la présidente de Poitou-Charente que l’on peut comprendre quand on voit l’attitude de son propre parti à son égard.

De cette semaine d’acharnement je retiendrai deux choses : Ségolène est toujours là, debout et combative ; d’autre part elle fait toujours peur, en particuliers à Nicolas Sarkozy. Aux leaders socialistes qui dénoncent avec raison l’emprise du président sur les média et son don de les manipuler je dirai simplement ceci. Si Ségolène reste la cible favorite c’est qu’elle représente pour lui le principal danger. En effet elle est la seule déjà positionnée dans la course à 2012, elle a derrière elle l’acquis d’une présence au deuxième tour et le score qui va avec et elle est toujours là debout combattante avec un discours sans cesse étouffé mais beaucoup plus solide que les zig zag de la politique d’un Sarkozy qui ne se gêne pas de puiser dans les idées de Ségo et de la gauche pour nourrir sa démagogie.

Alors que les choses soient dites elle est pour la gauche la meilleure candidate pour 2012. Ce ne sont pas ceux qu’elle a devancé en interne la fois précédente qui peuvent prétendre revenir en deuxième semaine : Fabius est grillé quant à DSK son pantouflage dans la finance offert par Sarko ne le met pas en meilleure situation pour parler au nom de la France qui souffre. Il reste les quadra qui n’en sont plus car tous tournent autour des cinquante ans et plus et talonnent ainsi Ségolène en terme d’âge, aucun n’a aujourd’hui la stature. Aussi la logique voudrait que tirant les leçons des fourberies de 2007 chacun s’inscrive dans un débat loyal et enrichissant avec elle pour aller ensuite au combat ensemble.

Voilà une situation qui créerait une meilleure dynamique pour affronter la politique du pouvoir en place et faire éclore des propositions gagnantes. Sortir de ce schéma c’est faire cadeau de la victoire à la droite, c’est une analyse de bon sens que le peuple de gauche risque de faire plus vite que les appareils.

Philippe Dibilio

Illustration: DR. Impression écran.

Commentaires

Merci Philippe pour cette bouffée d'air frais dans les nombreux commentaires actuels sur la solitude de Ségolène Royal.
Etant un soutien (et certainenment pas un supporter béat)de cette femme debout depuis le début, je persiste à croire qu'il est préférable d'être seul(e) plutôt que mal accompagné(e) ...

Écrit par : TORBEN | 22/09/2009

Bonjour Philippe
Je ne comprends pas toujours la manière dont Ségolène Royal présente son point de vue. Un peu trop de "je suis la seule". Un manque peut-être d'humilité dans le propos. Encore que, et à propos de son site "raté", elle ait fait amende honorable auprès des internautes. Quant au prix du dit site, on y a mélangé bien des choses autres que sa seule fabrication.
Cette parenthèse @ faite, la femme a un courage indéniable, une réelle pugnacité et - très souvent - le temps arrive où des détracteurs de la majorité actuelle reprennent ses propositions ; où les femmes et les hommes que l'on baptise parfois un peu vite du qualificatif de "progressistes", et qui avaient crié au déni idéologique, comprennent l'intérêt de ses analyses.
Elle est certes parfois agaçante, mais elle a la trempe d'une femme d'état.
Et puis, autant le dire, j'aime aussi ce côté "provoc" et la nouveauté de son langage : fraternité, ordre juste, France métissée, dépassement du PS...

Jean-Paul

Écrit par : Jean-Paul Schmitt | 22/09/2009

Le site est ignoble en terme de web design et de fonctionnalités. Payer 42000€ pour une merde pareille relève soit de la débilité profonde soit du détournement de fond. N'importe quelle web agency de France et de Navarre peut faire un site mieux et plus "vendeur" pour moins de 20000€. Ainsi, en choisissant une petit web agency, Royal aurait montré l'exemple en aidant une jeune boite d'informatique et aurait eu un travail correct pour au moins 2 fois moins cher. Mais non, elle préfère donner l'argent des militants de "Désir d'avenir" à son nouveau compagnon, André Hadjez...

Après est-elle crédible en disant incarné un vrai changement dans la gestion et les méthodes politiques ? En terme de népotisme, de louvoiements politiques, de changements de position et d'amis, de prises de décisions arbitraires, elle n'a rien à envier à ceux qu'elle condamne. Très dur aussi de lui trouver une ligne politique claire, tellement elle change d'avis comme de chemise. Dites-vous bien que je vous écris ça alors que je l'ai soutenu pour la présidentielle de 2007 (dès le début) et pour le congrès socialiste de Reims (2008). Ses manquements à sa propre parole lors du congrès de Reims et autres, ses dernières positions sur le chanteur Orelsan, ses derniers revirements d'alliance et puis de condamnation de la direction actuelle du PS et pour finir de nouveau de retour au temple de Solferino, m'ont définitivement convaincu que, plutôt que sauver la Gauche et le PS, elle en sonne définitivement le tocsin. En ayant en permanence un discours en contradiction avec les méthodes qu'elle utilise (en mentant donc!), en essayant de se faire passer pour une sorte de néo-messie médiatico-christique, en étant dans la volte-face systématique, Royal n'incarne rien de neuf, rien de bon. Croyez que même si elle ne mérite pas toutes les tartes qu'elle se prend dans la tronche, elle en prend tout de même certaines qui sont fort justifiées (et plus de la majorité d'ailleurs). Il faut être aveugle pour pas le voir. Ah oui, son coté martyr m'irrite au plus haut point, moi le militant de gauche. Manquerait plus qu'elle nous trouve un caillou dans le style de la roche de Solutré pour y organiser des pèlerinages et elle nous aura fait la totale...

Je vous dis ça alors que je reste militant PS et adhérent à "espoir à gauche". J'ai juste fait le choix d'enterrer mon soutien à Royal. Dommage que Peillon ne soit pas encore déclaré candidat aux primaires de 2011.

Ayant fait des sports de combats étant plus jeune, j'ai appris une chose capitale dans la gestion de toute lutte. Il ne faut pas confondre acharnement et combattivité.
La combattivité peut faire gagner des batailles. L'acharnement mène toujours, in fine, à l'épuisement, à la perte de lucidité et donc à la défaite.
Je ne trouve pas Royal combattive. Acharnée, oui.

Enfin, réunir 3000 militants ne veut pas dire que l'on peut réunir toute la gauche ou être élu et gouverner un pays. Il y avait plus de 80000 visiteurs (essentiellement venus pour les concerts) à la fête de l'Humanité. Est-il crédible d'envisager que demain, en 2012, les communistes vont prendre le pouvoir dans notre pays? A titre de comparaison, l'an dernier le FN avait réuni à peine plus de 1500 militants pour son traditionnel défilé de Jeanne d'Arc, contrairement aux années précédentes où il en réunissait plusieurs milliers. Il fut un temps où le FN mobilisait beaucoup de militants et représentait un vrai danger politique. Avec seulement 1500 militants pour son défilé annuel, l'épouvantail des années 90 s'est changé en pantin moribond. 3000 visiteurs pour la fête de la Fraternité de Royal, c'est juste ridicule comme rassemblement pour un personnage politique qui a été à un second tour d'une élection présidentielle il y a même pas 3 ans et qui veut incarner une vraie alternative à 2 ans d'une nouvelle campagne présidentielle. L'engouement pour Royal est vraiment sur-coté. On ne gagne pas une élection présidentielle uniquement avec quelques milliers de groupies.

@Torben: à prêcher seul dans le désert, entouré de son seul troupeau de mouton, on ne réussit à convaincre que soi-même et son troupeau. Il faut rentrer au village et finir par y rester si on veut réellement changer les choses et le monde qui nous entoure.
De plus, contrairement à la croyance populaire, il n'existe pas de grandes victoires politiques sans grosse machinerie derrière. Sans le PS, Royal ne vaut rien, car "Désir d'avenir" ne pèse pas plus lourd que le club numismate de Lyon. Sans parti politique dévoué à son service, n'importe quel leader politique ne vaut rien. Ca, ils le savent tous, c'est pour ça qu'ils veulent tous le lead de leur parti plutôt que le soutien de quelques illuminés. Ainsi, malgré tout ses efforts, Ségolène Royal ne vaut rien politiquement. Si on lui retire son influence médiatique et ses apparitions dans Voici, Closer ou encore Paris Match, elle vaut moins que rien.

Écrit par : Kevin G. | 22/09/2009

Quelle gnaque Kevin!
Ton propos sur la méthode Royal peut être entendu. D'ailleurs, nous savons bien que son caractère et son comportement "népotique" n'existent pas bien sûr chez nos amis de la gauche, pas même parmi les plus illustres de la ligne claire ; pas de comportement autoritaire chez aucun de nos leaders...
J'aime bien ta passion, mais attention à ce qu'elle ne te fasse pas basculer dans ce que tu dénonces : "Ségolène Royal ne vaut rien politiquement", "Sans son influence médiatique, elle vaut moins que rien", "Royal n'incarne rien de neuf, rien de bon"...
Wouaou! Un brin excessif non?
Ami et "artiste martial", attention au déséquilibre : il arrive toujours après la rage qui voile les sens.

Salut l'ami

Écrit par : jean-Paul Schmitt | 22/09/2009

Moi, excessif ? Jamais !

Plus sérieusement, je t'accorde que l'excès n'est pas bon conseiller. En bon adepte du dharmapada, je reconnais le fait que la rage voile les sens et mène au déséquilibre. Après, la recherche de l'équilibre est un long apprentissage. J'ai encore le temps pour travailler sur cette quête du détachement suprême. Après, la déception n'a que très rarement favorisé des sentiments bons. Alors quand elle s'additionne à d'autres plus anciennes, la mayonnaise se transforme vite en moutarde forte. In fine, Les mots restent des mots. Tant qu'ils ne blessent pas, rien de bien méchant et préjudiciable.

Néanmoins, je maintiens ce que j'ai dit. Avec du recul, aujourd'hui, j'analyse plus le phénomène Royal comme un phénomène de mode creux que comme un vrai phénomène politique. Cependant, comme tout haut personnage politique, elle est loin d'être stupide (après certains de ses choix ou de ses propos sont vraiment idiots) mais n'incarne pas un vrai changement de méthode. Elle a eu le mérite de reverser au débat de gauche des idées que la droite avait totalement capté au fil des ans (ex: sécurité, identité du pays, remise en place de la thématique de l'ordre, question du service citoyen, etc.), tout en proposant quelques bonnes idées (ex: démocratie participative, etc.). Sa façon de fonctionner est indexée au fait que le reste du troupeau des éléphants tente de la neutraliser. Pour exister politiquement, elle est obligée de fonctionner comme elle le fait. Je ne pense qu'il y aie le moindre choix derrière sa méthode. Je ne pense pas que ce soit la marque d'une idéologique quelconque. C'est une juste une appétence prononcée pour la lumière et le pouvoir. En ce sens là, elle n'incarne rien de nouveau au PS et rien de bon. Nous n'avons pas besoin d'un leader comme ça. Elle n'a jamais réussi à rassembler. Elle clive en permanence, mais ne va jamais au fond des choses. En ce sens, elle n'a pas la carrure pour incarner toute une nation, vu qu'elle n'arrive même pas à incarner une opposition crédible et un parti uni. C'est une bonne gestionnaire locale (très autoritaire, au demeurant, la démocratie participative a bon dos) mais pas une femme d'Etat. Si on suit ta logique, alors la moitié des présidents de régions socialistes ferait de bons hommes d'Etat. Toujours dans cette logique, si on rajoute à ceux-ci les bons parlementaires et élus locaux respectables et efficaces, on se retrouve avec plusieurs milliers de présidentiables au PS... Sans l'appui tacite de la presse people et de certains journaux de droite, on n'entendrait plus parler d'elle depuis longtemps. Au fond, qu'est-ce qu'on en a à foutre qu'elle soit avec André truc-much? Et pourtant de VSD à Paris Match, de libé à Voici, ce sont les dernières infos qui ont le plus circulé sur elle. Et à mon avis, elle est loin d'y être étrangère. Pour le fond, quid du rabibochage avec Aubry au lendemain de l'échec retentissant des européennes? Quid de la désaffection de certains de ses plus importants lieutenants? Quid de ce qui nous intéresse vraiment? Rien. Le vide interstellaire... Tu parles d'un programme, d'une ligne directrice...

Je pense que la meilleure des solutions pour les primaires est de construire un colisée, le circus socialisticus maximus, et de tous les faire s'entre-tuer. On gagnera du temps et de l'énergie pour la vraie campagne présidentielle. En plus, ça aura la vertu de permettre enfin le renouvellement des générations qu'il faut à la tête du PS. Que demande le peuple ! Mais, c'est une solution somme toute assez radicale...

Comme diraient les jeunes :
A+, copain !

Écrit par : Kevin G. | 22/09/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu