Avertir le modérateur

29/04/2009

L’option zéro

Obamasarko.jpgGlobal Zero, une initiative lancée il y a quelques mois par cent personnalités politiques, militaires et civiles de toutes tendances politiques pour éliminer totalement les armes nucléaires dans le monde d’ici 2025.
Parmi les signataires : Jimmy Carter, Mikhaïl Gorbatchev, Michel Rocard, Hans Dietrich Genscher, Zbigniew Brzezinski. En janvier 2010, une réunion de 500 personnalités parmi lesquelles notamment Poutine et Obama devrait confirmer la démarche engagée.
Chiche !
Ce ne sera pas facile. Jugez-en, il s’agit de rien moins que de réduire massivement les arsenaux russes et américains qui représentent 96% des 27.000 armes nucléaires mondiales. Cela se ferait certes graduellement et jusqu’à zéro, mais concernerait également les armes nucléaires des autres états qui en possèdent. Enfin, cela impliquerait de mettre en place un système de contrôle international et une gestion, elle aussi internationale, du cycle du combustible nucléaire pour prévenir tout développement futur d’armes nucléaires.

La position française, issue de la théorie gaullienne de dissuasion du faible au fort, risque d’être un écueil réel à l’atteinte d’un tel objectif. Et ce ne sont pas les 18 points de la déclaration fourre-tout intitulée « Déclaration sur le renforcement de la sécurité internationale » des ministres européens des Affaires Étrangères de l’UE qui facilitera la solution ; résolution emmenée par la présidence française le 8 décembre 2008 au moment même où, le 9 décembre à Paris, Global Zero se lançait.
Les promoteurs de cette initiative ne s’y trompent pas. Ils tiennent la France pour un interlocuteur difficile. Nicolas Sarkozy y est d’ailleurs allé d’un petit couplet savamment savonnant affirmant que les propositions européennes se veulent « concrètes et réalistes ». Traduisez : celles de Global Zero ne le sont pas
Cette position de la France, avocate du désarmement – un désarmement limité qui ne dit pas son nom - n’est pas neuve. En 1999, Lionel Jospin affirmait dans la plus pure continuité : « la dissuasion nucléaire demeure un fondement essentiel de notre défense. »

Le sujet est important et ne peut se limiter ni à des réponses naïvement morales, ni à un rejet pur et simple, au nom de je ne sais quelle realpolitik, de ce qui pourrait être un grand progrès pour notre planète et tous ceux qui y vivent. Il mérite un vaste débat national. Ce temps de crise est-il opportun alors que les préoccupations concernant l’emploi et le pouvoir d’achat sont si prégnantes ?

Mais existe-t-il des moments privilégiés pour ce genre de débats ?
Je ne le pense pas.

Raison de plus pour les mener sans tarder.

Jean-Paul Schmitt

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu