Avertir le modérateur

27/02/2009

Jennifer aussi

fields.gifJe ne sais plus très bien s’il demeure possible de faire de bons disques avec de bons sentiments. A l’écoute du dernier et second album de la néo-folkeuse, Alela Diane, nous devons légitimement nous interroger. La seule chose qui demeure certaine c’est que l’on peut faire un disque correct quand on n’a pas grand-chose à dire. Ensuite tout est question d’humeur. C’est le cas avec ce « To be still », dont j’attendais avant sa sortie probablement beaucoup trop et qui distille sur quelques onze titres cet ennui indéfinissable et plutôt agréable que je suppose issu de sa bourgade, paraît-il verdoyante, de Nevada City. Un bled, nous disent les Inrockuptibles, que la petite Alela quitta un beau jour pour rejoindre son boy-friend à Portland avec retour vers ce havre Nord-Californien après la rupture consommée avec le gonze en question. Si Alela en était restée là, ce deuxième album aurait peut-être été plus excitant. Las, Alela est retournée à Portland pour rejoindre le type en question et tout ceci nous donne un disque convenable mais bien moins indispensable que son prédécesseur, le magnifique « The Pirate’s Gospel » qui lui était tout aussi aérien, soigné et intime, mais qui avait l’immense avantage d’être le premier.

Vous l’aurez compris, « To be still » sera vite oublié. Je ne sais pas de quel bois sera fait le dixième ou douzième album d’Alela Diane mais, au train où vont les choses, il conviendrait que cette belle voix nous mette un peu de sauce piquante dans son folk pour un troisième album qu’elle devrait peut-être ne pas confier à son papa producteur.

Pour me faire pardonner, je voudrais vous conseiller la divine surprise de février, à savoir le magnifique disque d’Elysian Fields intitulé « The Afterlife ». Pour tout vous dire, j’avais perdu de vue ce duo constitué de la chanteuse Jennifer Charles et de son « mentor » le multi-instrumentiste Oren Bloedow, depuis belle lurette. Vu il y a une grosse dizaine d’années en première partie de Eels puis par hasard lors d’un concert gratuit sur Central Park, la vie sans Elysian Fields me convenait après tout fort bien. J’avais probablement commis une erreur car ce « The Afterlife » est une merveille. Aux confins, comme le dit Richard Robert dans les Inrocks, du « rock de chambre » avec un léger accent jazzy, la suave Jennifer envoûte la musique de Oren Bloedow avec une perfection qui frise au scandale. En indiquant amicalement aux dépressifs de s’abstenir, je vous conseille de vous procurer sans délais ce disque qui mériterait de figurer dans votre discothèque car vous le valez bien. Elysian Fields sera ce soir à l’Epicerie Moderne de Feyzin (69). A vous de voir.

Lyon, le 27 février 2009

Photo:DR

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu