Avertir le modérateur

28/02/2009

Le jazz de Nabe

ALBERT AYLER.jpgLe dilettante réédite deux textes de Marc-Edouard Nabe autour du Jazz. Le premier, « La Marseillaise » remonte à 1989 et est consacré Albert Ayler. Le second, « Nuages » est légèrement plus récent, puisque datant de 1993 ,et  tourne bien entendu autour de Django Reinhart, un musicien considéré par l’auteur comme « le plus grand jazzman non noir » (sic !).

Je crois que beaucoup de gens ne lisent pas Nabe uniquement pour des raisons idéologiques, le type ayant parfois des inclinaisons peu fréquentables. Autant le dire tout net, ils se privent ainsi d’un vrai plaisir de lecture. Les deux courts textes proposés aujourd’hui par le Dilettante, à un prix déraisonnable, valent donc plus que le détour.

Le premier est né des effluves festives et commémoratives du 14 juillet 1989, un jour, je cite, ou « la sale France a rendu l’âme, enfin ! Dehors » nous dit Nabe « ils croient se réjouir, les sans-culottes sans rien dedans, mais ils assistent, sans le savoir, à l’enterrement de la démocratie en personne ». N’étant pas très certain que Nabe puisse avoir quelque légitimité pour nous annoncer la mort de la démocratie, le lecteur préférera se perdre dans cette marseillaise d’Albert Ayler que Nabe décrit comme celle « des bébés, la marseillaise des croyants, la marseillaise des vivants, la marseillaise des loubards, la marseillaise des vaincus, la marseillaise des bourreaux. » Cet hommage ramassé à Ayler, cet « infatigable massacreur des faciles perfections » est du Nabe, tantôt pur sucre, tantôt pur porc, c'est-à-dire de quoi en fatiguer beaucoup, de quoi en ravir comme moi quelques-uns.

Le second texte, consacré à une belle évocation de Django est, sur une petite cinquantaine de pages, une histoire très revisitée de celui, nous dit Nabe, qui « peignait avec sa guitare ». « Django est un nuage » écrit au terme de son texte notre amoureux, « il est passé au-dessus du monde. Bien ouaté, tout en vapeur d’amour, il flotte dans le ciel inquiet, pour toujours ».

Ce terrible Nabe devrait toujours faire chanter sa plume, toute seule et tout le temps, comme la guitare de Django, histoire d’en finir avec cette idée qu’il ne serait pas, comme Django, un artiste maudit.

  • Marc-Edouard Nabe, « Nuage », Le Dilettante, 2009 – 9,90 euros.
  • Marc- Edouard Nabe, « La Marseillaise », Le Dilettante, 2009 – 9,90 euros.

Lyon, le 28 février 2009

Photo:DR

Commentaires

assez d'accord avec toi sur la qualité d'écriture du bonhomme, qui n'est pas forcément infréquentable mais est surtout bêtement et infantilement provoc sur des des trucs puants.

Écrit par : romain blachier | 09/03/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu