Avertir le modérateur

16/02/2009

L'Etat réformateur est de retour

plaque.jpgOn en sait désormais beaucoup plus sur l’un des dossiers qui agite légitimement le pays, la question des plaques d’immatriculation de nos bagnoles. L’Etat a donc tranché. Le logo officiel de la région de notre choix pourra enfin figurer sur la plaque en compagnie de notre numéro de département. Saluons cette décision de l’Etat, cette capacité à intégrer les récriminations des uns comme des autres, cette qualité d’écoute. C’est évident, mais osons le dire, cette intelligence pratique du gouvernement aurait pu s’exercer sur des dossiers annexes et même subalternes comme les DOM-TOM, le pouvoir d’achat ou la recherche. Cherchant à agir très concrètement mais sur le long-terme et de façon durable, le gouvernement s’est attaqué courageusement et avec succès à l’une de ces questions qui fondent l’identité même de la France, les plaques d’immatriculation. Chapeau !

En effet, n’importe quel gouvernement se serait perdu dans ce dossier délicat qui hante le labyrinthe mental de chacun de nous. Par le dialogue, se mettant en permanence « à la place de l’autre », l’Etat et ses meilleurs serviteurs, s’est offert une sortie par le haut réussissant, tout en respectant les lourdes contraintes de l’Europe, à intégrer les désirs de ces milliers de pays qui composent le notre. Respect !

D’ici le 15 avril, chacun pourra donc boulonner sur son véhicule une plaque blanche avec ses 2 lettres, 3 chiffres, 2 lettres, séparés par 2 tirets, accompagnés à droite, sur fond bleu du logo de sa région et d’un numéro de département. Nickel !

Très fortiche, le gouvernement transforme dans le même temps cette heureuse décision d’une mesure destinée à la relance de l’économie puisque la mesure s’applique aux véhicules neufs. Dès le 16 avril nous serons donc nombreux à acheter une nouvelle voiture histoire d’y apposer de belles plaques. Trop fort !

Toute décision historique étant dépositaire de la force régalienne de l’Etat, le Ministère de l’Intérieur sera en charge de pourchasser les plaisantins qui voudront faire figurer un numéro de département sans relation avec la région choisie. C’est ainsi qu’un Corse sujet à de fortes inclinaisons cinéphiliques ne pourra, en l’honneur des Chti’s, apposer le numéro du Pas-de-Calais. C’est normal !

Dans cette affaire l’autorité de l’Etat se conjugue avec beaucoup de générosité. Fruit d’une concertation inégalée depuis les débuts de la Vème République, les Bretons bénéficieront d’un geste majeur et amical. Ce n’est pas le logo du Conseil Régional qui sera porté sur les plaques mais bien le fameux Gwen Ha Du. Classe !

Passons maintenant au seul point noir de cet important dossier qui risque de ficher un coup de blues à Edouard Balladur le Boss de notre future réforme territoriale. Si jamais l’ancien Premier Ministre voulait fusionner les deux Normandies ou rendre solubles quelques départements dans des régions plus vastes, ça mettrait un sacré désordre. Cela étant, il va bien falloir que Balladur s’y fasse, sa réforme des collectivités ne pèse pas bien lourd face à celle des plaques de bagnoles.

Lyon, le 16 février 2009

photo:DR

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu