Avertir le modérateur

14/02/2009

Incubagion

PIL.jpg"Contagion" est le mot de la semaine. Depuis le retour, probablement perdant, du secrétaire Jego du confessionnal de Matignon, on craint la contagion. Rappelez-vous « contagion » était également le maître-mot qui expliquait, il y a plusieurs semaines, les deux pas en arrière de Sarkozy quant à la réforme des lycées avec en arrière-fond les manifestations d’Athènes.

Si j’en crois le Petit Robert, la contagion c’est « la transmission d’une maladie à une personne bien portante ». Force est donc de constater qu’en ce qui concerne les DOM-TOM, comme pour hier notre jeunesse lycéenne, il ne peut s’agir de « contagion » car la transmission de la contestation ne se fait pas d’un corps qui serait contaminé vers des corps sains. En effet aujourd’hui la situation en Guadeloupe n’est en rien, ni pire, ni meilleure que celle des deux autres millions de nos compatriotes qui vivent par exemple à la Martinique ou en Guyane. Même constatation concernant la jeunesse scolarisée, son désenchantement en Sarkoland pouvait, comme le pensait le Président, provoquer des effets comparables à ce qui se passait alors en Grèce.

D’ailleurs, peut-être est-il plus correct au lieu d’évoquer « la contagion » de parler « d’incubation » ? Reportons-nous à nouveau vers le Petit Robert. « L’incubation », nous dit l’ami fidèle de nos difficultés en orthographe, c’est « Le temps qui s’écoule entre l’époque de la contagion et l’apparition des symptômes d’une maladie ». Convenons-en, en lisant cette définition, tout porte à croire que l’on approche non seulement la réalité des DOM-TOM mais aussi celle de l’ensemble du pays. A lire l’indiscrétion parue dans le Canard Enchaîné, le Président de la République, semble partager cette analyse. Que dit Sarkozy à propos du mouvement des chercheurs et universitaires ? « Dans le climat social actuel, on ne peut pas se permettre le luxe d’un mouvement chercheurs-étudiants. Il faut donc composer et vite ! » aurait lancé Sarkozy à Valérie Pécresse rajoutant, « les chercheurs avec leurs manifs ont coûté cher à Raffarin ».

La France incube donc mais le Docteur Sarkozy, pour lutter contre cette sourde maladie, n’a qu’un remède, administrer des médiateurs au pays.

Ils sont aujourd’hui si nombreux qu’ils pourraient prétendre à former un syndicat. Présents à chaque fois qu’un front s’ouvre, les médiateurs, sur ordre, s’occupent de la Guadeloupe, de la réforme des lycées, de la recherche. Mais qu’est-ce qu’un médiateur ? C’est, nous dit toujours « Little Bob », « une personne qui s’entremet pour faciliter un accord ». Si vous voyez pointer à l’horizon un accord concernant les DOM-TOM, la recherche ou les lycées, merci tout de même de prévenir le Président, qui sur l’ensemble de ces questions n’en mène pas large au point d’ordonner hier la création d’un Conseil interministériel de l'Outre-mer.

Lyon, le 14 février 2009

Photo:DR

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu