Avertir le modérateur

17/02/2009

Djavakhk

georgie.jpgCette nuit je m’envole pour Erevan. Les clés de ce blog seront donc confiées mercredi et jeudi à Philippe Dibilio et Jean-Paul Schmitt dont je veux remercier la constance et la fidélité. Profitant de ce court voyage en Arménie j’aimerais dire quelques mots aujourd’hui des minorités arméniennes du Djavakhk et de Georgie qui n’ont en règle générale jamais l’honneur de figurer dans les colonnes de la presse internationale.

Fin janvier, dans l’indifférence quasi générale, Vahagn Chakhalyan, le leader de « L’alliance démocratique Djavakhk uni » était traduit devant ses juges géorgiens après six mois d’incarcération. Il était inculpé pour avoir organisé des manifestations en 2006 afin de contester le résultat des élections locales et d’exiger leur invalidation.

En vérité depuis longtemps les autorités géorgiennes marginalisent les minorités arméniennes. Devant le tribunal, Vahagn Chakhalyan a bien entendu dénoncé ces agissements à répétition des autorités géorgiennes visant, selon le leader arménien « à modifier la composition ethnique de la région ». Cette politique de « Géorgisation » vise la pratique de la langue arménienne, le refus d’édifier pour les arméniens du Djavakhk une université et plus généralement de construire en territoire Djavakhk des monastères de l’église géorgienne, des orphelinats ou des prisons géorgiens.

Se revendiquant d’une tradition démocratique, Chakhalyan a également dénoncé devant le tribunal une politique d’arrestation de militants arméniens destinée à provoquer la radicalisation extrémiste de certains secteurs d’un mouvement qui se veut pacifique et qui revendique « des droits linguistiques, d’éducation et religieux pour les arméniens du Djavakhk ».

Aujourd’hui, comme l’a réaffirmé Chakhalyan, le 28 janvier 2009 devant le tribunal, les arméniens du Djavakhk revendiquent « un statut juridique légal à l’église arménienne » et que les églises confisquées pendant la période soviétique puissent être rendues aux autorités de l’église arménienne. Sur le plan linguistique Vahagn Chakhalyan a exigé « la légalisation de la langue arménienne comme langue officielle dans les services administratifs des régions de Samtshe-Djavakhetie et de Tsalka ». Enfin, face à la « géorgisation » de l’université le leader arménien a demandé l’autorisation de créer une université arménienne à Akhalkalak.

Après la terrible crise de l’été 2008 face à la Russie, il serait temps que les autorités de Georgie qui dénoncent les manœuvres de Poutine à leur égard révisent leur comportement à l’égard de leurs propres minorités. C’est une politique indigne pour un pays qui fait tant référence à l’Europe et à sa tradition démocratique.

Lyon, le 17 février 2009

Photo:DR

 

Commentaires

pas tres claires les autorités de Georgie, merci de parler de ces minorités arméniennes dont j'entend parler pour la premiere fois.

Écrit par : vincent | 17/02/2009

le monde 2 est tres optimiste quant au rapprochement entre turquie et armenie. Qu'en pensez-vous? personnellemnt je suis étonné, un match de foot ne faisant pas le printemps.

Écrit par : cedric | 22/02/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu