Avertir le modérateur

31/01/2009

Le D.R.H. se fâche

SARKO.jpgRappelez-vous, le Président avait décidé de partir en tournée à travers le pays pour souhaiter une bonne année aux uns comme aux autres. Des « meilleurs vœux » par ci aux policiers, « une bonne année nouvelle » par là aux gens de culture, tout le monde, chacun à son tour, devait bénéficier de la dotation présidentielle, y compris les profs. Justement, concernant les enseignants, alors que d’autres auraient pu choisir un collège à Nanterre, un groupe scolaire dans les quartiers nord de Marseille ou même un lycée parisien, Nicolas Sarkozy, probablement enchanté par le paysage des pommiers dans les prairies normandes, avait décidé de se rendre à Saint-Lô dans la Manche. Malgré le caractère semi-clandestin de l’évènement, un quarteron de profs et de parents avait organisé un accueil personnalisé agrémenté de quelques sifflets et quolibets. Jusque-là rien de bien anormal. Il faut croire que le Président n’avait guère goûté ce contexte puisque quelques jours plus tard il faisait procéder au bouclage policier de la bonne ville de Nîmes permettant ainsi à son message d’être délivré dans la douceur de la paix républicaine. Les choses auraient pu en rester là.

D.R.H. en chef du pays, non seulement autorisé à embaucher certains comme le PDG de France Télévision, mais aussi habilité à en virer d’autres comme ce responsable corse de la sécurité qui avait laissé quelques indépendantistes camper chez Christian Clavier, Sarkozy vient de faire virer Jean Charbonniaud, Préfet de la Manche, coupable de défaillance, le 12 janvier dernier, lors de la visite présidentielle.

Le Directeur de la police du département devrait prendre également la sortie même si l’ensemble des élus locaux, député UMP compris, font valoir leur désaccord avec ce genre de méthodes jugées « lamentables ».

Comme l’indiquait hier ce beau gosse aux allures de Gonzague Saint-Bris qui fait office de porte parole de l’UMP, tout ceci fait partie des risques du métier de haut-fonctionnaire.

A ce train là, le message risque de passer chez les Préfets, Directeurs de la police et autres responsables de la sécurité. D’ailleurs si vous envisagez, un de ces jours, de participer à une manifestation dont les bruissements arrivaient jusqu’aux oreilles présidentielles, méfiez-vous et préparez-vous à détaler au quart de seconde car nul débordement ne sera désormais autorisé et le Préfet sera tenté de libérer les fauves, question de défense de l’emploi.

Paris, le 31 janvier 2009

Photo:DR

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu