Avertir le modérateur

02/12/2008

À quand les crèches-prisons ?

Enfant barreaux.jpgLa cour se fleurit de souci

Comme le front

De tous ceux-ci

Qui vont en rond

En flageolant sur leur fémur

Débilité

Le long du mur

Fou de clarté …

"En prison" - Paul Verlaine,1889

 

On va encore m’accuser de faire de l’anti-Dati primaire.

Madame Dati a confié à André Varinard, éminent spécialiste en droit pénal de la faculté de droit de Lyon, une commission chargée de réformer l'ordonnance de 1945 relative à la délinquance des mineurs ; ordonnance déjà réformée 30 fois depuis. Il faut, dit-elle, mettre de la cohérence dans tout cela.

En fait, on veut une fois encore condamner à l’enfermement plus de jeunes, moins âgés, plus vite et plus lourdement. Idéologiquement, on joue sur les peurs de la société à qui l’on serine :

Que c’est chez les moins de 13 ans que la délinquance progresse le plus. Or, la seule statistique disponible, la statistique judiciaire, note une remarquable stabilité : les moins de 13 ans ont 0,3% des condamnations en 2006, soit 8 fois moins que les plus de 60 ans. Vous devriez avoir plus peur de moi que d’un jeune encagoulé au regard de braise.

« Il y a 204 000 mineurs qui sont mis en cause pour des actes graves  […] des violeurs, des gens qui commettent des enlèvements, des trafics de produits stupéfiants, qui brûlent des bus dans lesquels il y a des personnes […] » (Dati sur France 2 le 16/10). Or, 98,7% de cette délinquance sont des vols, des dégradations, des bagarres, des usages de drogue, etc... Et Madame Dati de rajouter : « alors qu’on a une réponse beaucoup plus ferme sur les mineurs délinquants, la délinquance des mineurs continue d’augmenter ». Or, parmi les personnes "mises en cause" par la police, la part des mineurs baisse depuis 10 ans, passant de 22% en 1998 à 18% en 2007.

Comme le dit le sociologue Laurent Mucchielli : « le diagnostic sur l’évolution de la délinquance des mineurs, avancé pour justifier un nouveau durcissement de l’arsenal pénal, n’est en réalité ni neutre, ni objectif, ni fondé. »

Julien s’est suicidé le 2 février dernier dans l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Meyzieu. Il avait 16 ans. Dans cet établissement « modèle », les alertes des éducateurs et psychologues n’ont pas fonctionné, le directeur n’a pas trouvé mieux que de conseiller au jeune déprimé de réfléchir au thème du suicide. Pendant ce temps, la Protection Judiciaire de la Jeunesse voit les moyens dédiés à la prévention supprimés.

Une première infraction, un premier délit, doit appeler une première sanction, mais l’enfermement, fut-il dans un centre pour mineurs, doit être réservé aux actes les plus graves. Faute de quoi les suicides et les récidives croîtront.

Je ne sais pas si la condamnation de Julien à deux mois de prison pour vol avec violence était la plus pertinente des mesures à prendre, mais je suis persuadé que notre société va encore longtemps continuer à dissimuler sa peur derrière les rodomontades sécuritaires de nos gouvernants.

Jean-Paul Schmitt

Lyon, le 2 décembre 2008.

Commentaires

Pour vous faire une idée de l'ampleur du problème allez donc rencontrer et discuter avec des professionnels de la petite enfance dans les crèches, les haltes garderies,et puis aussi les assistances maternelles,et les instit de maternelles Discuter aussi avec les pédiatres et les psychologues qui s'occupent de ces parents qui viennent crier au secours Ensuite,si vous consentez à quitter vos oeilléres politiques vous serez certainement,plus nuancé dans l'abord délicat de ce problème Par dogme contre productif, la gauche a nié pendant des années les problèmes de délinquances et d'immigration Résultat : des générations de jeunes enfants,ados et adultes,en totale perdition Allez vous recommencez à vous voiler la face simplement par ce que c'est Dati qui met ce problème,sur la place publique?

Écrit par : antimythe | 02/12/2008

la question du suicide en prison est une fausse question. La progression des suicides pour les personnes libre est aussi en augmentation. Dati et tout les ministères doivent ils aussi en porter la responsabilité? La vrai question de la délinquance des jeunes reste que la première fois qu'ils rencontrent un minimum d'autorité c'est devant un juge. Maintenant remettre en question la condamnation d'un juge c'est être bien présomptueux! Pour fini je pense que si les délinquants étaient condamnés à autre chose qu'a des peines de "clubmed" peut être qu'il y aurait moins de récidive. Et pour rappel, si la prison est trop dur pour ces pauvre petit délinquants, peut être auraient ils dut y penser avant!

Écrit par : shadow | 02/12/2008

Antimythe, il serait parfois judicieux que vous sortiez prendre l'air. L'interface chaise-clavier ne permet pas de poser un regard lucide sur la réalité de notre monde. Il n'est nullement question dans cet article de J.-P. Schmitt de nier l'existence de la délinquance des mineurs, mais plutôt de la remettre en lumière de façon lucide dans le contexte actuel. J'aimerai connaitre vos références lorsque vous parlez des pédiatres, psychologues et autres professionnels de la petite enfance qui donneraient du corps à votre propos. Connaissant beaucoup de professionnels de ce secteur (dont certains travaillant avec des publics "difficiles"), je n'ai jamais entendu parler d'une augmentation sans pareil de la délinquance dans ce domaine. Beaucoup s'accordent pour dénoncer ce phénomène qui consiste à diaboliser une population plutôt que des problèmes structurels. Il n'est pas question ici de nier les difficultés, juste de les replacer dans le réel et d'y apporter des réponses pertinentes. Voici bientôt 10 ans que la droite dirige ce pays et qu’elle nous rabâche que la gauche est responsable de tous les mots de notre société. Ne faut-il pas commencer par faire œuvre d'objectivité et d'autocritique? Il serait peut-être temps, si l'on veut sortir du bourbier...
De plus, j'aimerai que vous m'expliquiez le lien entre l'immigration et la délinquance. Je ne vous demande pas de nous lancer en pâture une analyse réactionnaire dont vous avez le secret. Je vous demande juste, pour une fois, de nous fournir une analyse construite et intelligente qui nous permettrait à tous d'avancer et de réfléchir dans le bon sens.
Ensuite, je vous invite à ouvrir un petit livre tout simple, un roman d’époque, qui vous permettra de vous rendre compte qu’une société autoritaire n’a pas la solution pour résoudre les problèmes liés à la délinquance des mineurs. Certes, ce n’est pas une analyse faite par un "grand" penseur du 21ème siècle, mais c’est très parlant selon moi. Oui, cher antimythe, relisez (lisez ?) « Oliver Twist ». Ca vous fera peut-être un peu de bien, vu le mal qui semble vous ronger. Vous verrez que ce roman de Dickens est étonnamment actuel… Chère droite réactionnaire se cachant derrière les oripeaux du passé, mais qui refuse d’en voir la vraie lueur… Posez-vous la question suivante : « Pourquoi les mineurs sont-ils, en majorité, des enfants issus des classes miséreuses de leur société ? ». J'ai allumé la mêche. Qui pourra l'éteindre?
Pour finir, je ferais un petit point sur Monsieur Varinard. Ce juriste émérite est un des mes anciens professeurs d’université. Oui, je suis allé jusqu’en maîtrise de Droit à Lyon 3, alors que je suis un enfant issu de la classe miséreuse de ce pays. Mes études ont été payées par l’Etat. J’étais boursier échelon 5 (le niveau maximum d’aide sociale aux études universitaires, accordé sous l’ère Mitterrand) et je ne braquais pas les petits vieux, ou je ne faisais pas de cambriolages, pour financer mes études. C’est terrible, non ? Vous ne trouvez pas ? Enfant de la classe populaire, la délinquance n’a pas été le moteur de ma réussite étudiante. Dois-je avoir honte ? Enfin, bon, je digresse. Revenons-en à Monsieur Varinard. Le choix de ce juriste respecté n’est pas si étonnant que cela, mais reste quelque peu inquiétant. Le monde juridique français est riche de nombreux professionnels de talent. Même à Lyon 3, le choix de doctrinaires et autres professeurs émérites est vaste. Je constate juste que le choix du gouvernement s’est porté sur un homme dont la vision doctrinale est loin d’être « tendre ». En tant qu’ancien élève de Monsieur Varinard, je vous invite donc à suivre de prêt les travaux qu’il produira. La vigilance est de mise.

Écrit par : Kévin G. | 02/12/2008

Articles vraiment intéressant ! ainsi que ses commentaires !
bonne continuation

Écrit par : chippendales | 10/12/2008

Où vont les jeunes !!!

Écrit par : marketing oisif | 27/01/2009

Le gouvernement prépare une réforme de la justice des mineurs. Nous sommes un groupe pluridisciplinaire qui voulons témoigner de la complexité de ces questions et peser, avec vous, dans le débat qui va s’ouvrir :

http://quelfuturpourlesjeunesdelinquants.fr

Écrit par : gp | 01/02/2009

c'est un scandal ça
Patrick

Écrit par : paris | 01/03/2009

parait qu'on peut detecter des criminels dès 3 ans alors pourquoi se priver... ha bravo vraiment c'est du propre...

Écrit par : réunion sextoys | 25/03/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu