Avertir le modérateur

10/10/2008

Blair (Eric)

GeorgeOrwells.jpg

Je ne sais pas vraiment si les voyages forment la jeunesse mais la nécessité de voyager nous conduit tous à lire et ce n’est pas le plus mince des plaisirs. Ce matin, je suis à Brest, capitale pour deux jours des Communautés Urbaines Françaises, je vais donc vous dire quelques mots d’un écrivain nommé Eric Blair plus connu sous le nom de George Orwell.

Orwell est entrain de connaître un regain d’intérêt et ce n’est pas pour me déplaire. Déjà, il y a quelques mois de cela, les éditions Plon republiaient dans une version très légèrement augmentée le « Orwell ou l’horreur de la politique » de Simon Leys, un bref mais intéressant essai indisponible depuis des années. Aujourd’hui c’est au tour des éditions Agone de remettre Orwell sous les projecteurs de l’actualité en proposant « A ma guise », le recueil des chroniques de George Orewell publiées de 1943 à 1947. Au fil des semaines, l’écrivain y aborde les thèmes d’actualité les plus divers. Même si souvent, misère, difficultés du quotidien, guerres, empire britannique sont les sujets de prédilection d’Orwell, le chroniqueur parle aussi avec répétition, du racisme, des médias, du nationalisme et bien des faits de l’actualité de l’époque qui rendent comptent de l’humanité d’un écrivain qui tout en se réclamant du socialisme n’en dénonçait pas moins les caricatures autoritaires qu’il maudissait.

Lire ces chroniques est chose passionnante mais aussi une manière de se convaincre définitivement du fait qu’Orwell ne peut se résoudre à « 1984 », au génial « Animal Farm » ou à la seule guerre d’Espagne.

Comme l’indique Simon Leys, Orwell avait dit que « ce qui fait que les gens de (son) espèce comprennent mieux la situation que les prétendus experts, ce n’est pas le talent de prédire des évènements spécifiques, mais bien la capacité de saisir dans quelle sorte de monde nous vivons ». Je souhaite à nombre de mes camarades socialistes qui au moment de préparer un congrès aiment tant par pure tactique s’extraire du réel et des contingences de ce monde, de lire ces chroniques. Ils y découvriront un humaniste jamais animé par la haine mais aussi le bonheur de lire un grand écrivain.

> George Orwell, « A ma guise », éditions Agone, 26 euros.

Brest, le 10 octobre 2008.

Commentaires

Le problème des camarades socialistes c'est qu'ils rêvent plus de s'inspirer de Blair, l'autre.

Écrit par : Adam Belinski | 12/10/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu