Avertir le modérateur

12/11/2007

Leur ami Ben Ali

medium_Ben_Ali.jpgQuand vous lisez Le Figaro Magazine, armez-vous d’une sacrée dose d’humour. Dans l’édition du week-end, l’incomparable Alain-Gérard Slama, s’en prenait à la gauche française hantée selon lui par le spectre de Lénine. Il accusait même François Hollande d’avoir fait des réserves trop discrètes sur Che Guevara au moment où l’on fête le   40ème anniversaire de sa mort. Vous voyez le niveau.

Notre agent d’ambiance anti-totalitaire du Figaro Magazine devrait tout de même, avant de balancer ses chroniques douteuses, donner un coup de fil à sa rédaction, histoire d’évaluer le contenu de l’édition à venir. C’est un conseil que je lui adresse.

Si tel avait été le cas, un certain Olivier Michel, lui aurait gentiment indiqué qu’il convenait de faire attention car si en page 24, Slama pourfendait la gauche française hantée par le Léninisme, quinze pages plus loin, lui Olivier Michel, serveur de questions dans l’hebdo de référence de la droite française, interviewait « pour la première fois depuis des années » (sic !), un certain Zine El-Abidine Ben Ali, Président du même nom.

Chacun connaît la légendaire dimension démocratique du règne de Ben Ali, mais rassurez-vous, je ne vais pas vous commenter les trois pages de larbinage de ce monsieur Olivier Michel qui s’était fait, pour l’occasion, « ouvrir le Palais de Carthage à la presse » (re-sic !).

Toutes les bonnes choses ayant une fin, j’imagine que le collègue de Slama s’était interrogé longuement sur la dernière question qu’il allait poser à Ben Ali avant de repartir pour Paris. En tout état de cause, au terme de l’entretien, le gars du Figaro lâche la question qui tue, « En vingt ans de gouvernance, avez-vous un regret ? » Et Ben Ali d’enchaîner, histoire de terminer en apothéose cette interview exclusive:

« Nous avons beaucoup fait pour asseoir les bases d’une vie politique pluraliste.

  Mais nous aurions souhaité l’émergence d’une opposition plus dynamique et plus constructive.» 

Je me demande si la semaine prochaine, dans le Fig Mag, ce bon vieux Slama ne vas pas commettre une chronique intitulée, « Le Président Ben Ali hanté par la démocratie » ?

Lyon, le 12 novembre 2007

PS : Une pensée pour Norman Mailer. Nous aimons son Amérique qui n’est pas celle de Nicolas Sarkozy.

Commentaires

Alors comme ça "leur ami" Ben Ali regrette l'absence d'une opposition dynamique et constructive!!!! Je dis bravo. En effet, posons la question à Marzouki, à Hammami, Ben Brik, Ben Sedrine, Nasraoui et bien d'autres... Aux syndicalistes persécutés, aux étudiants emprisonnés et aux travailleurs harcelés. Posons la question aux associations et ligues des droits de l'homme, les corps de métiers (avocats, enseignants ....).
Le fait du prince: Ben Ali choisi sa propre opposition, il la veut un peu dynamique par ci, un peu constructive par là et si elle ne lui plait pas il n'y a qu'à la mettre en prison en la qualifiant d'extrémiste soit de droite (intégriste) soit de gauche.
Pauvre Ben Ali, au bout de 20 de pouvoir, il n'a encore pas une opposition à sa hauteur. Je ne me fais pas de soucis pour lui: on sait qu'il est la pour encore un moment, il faut juste que ce chantre de la démocratie, cesse d'embastiller toutes les têtes qui dépassent.

Écrit par : Lyonnais | 12/11/2007

probablement que le figaro est entrain d'esquisser l'euro-méditerranée chère à Sarkozy. Je suis comme vous choqué qu'un important quotidien français laisse passer des propos comme ça. D'accord avec lyonnais qui dénonce le régime de Ben Ali.

Écrit par : valence | 12/11/2007

Norman Mailer était un esprit libre. Bon article de Annette Lévy-Willard ce matin dans libé.S'il lisait des livres Sarkozy pourrait avec profit se taper "le chant du bourreau" et quelques autres bouquins de mailer. ça le changerait de john wayne et presley.
Je ne lis jamais le figaro magazine mais rien ne m'étonne à ce que le canard de dassault fasse la promotion de Bn Ali. De l'enfer c'est Pauwels qui doit être fier de ses progénitures.
Le figaro écrit sur (ben) ali, mailer sur (Mohamed) ali. Lisez la différence. Bravo pour votre blog.

Écrit par : cassius | 12/11/2007

et pendant ce temps là les français vont passer leurs vacances en Tunisie.....demandez à votre ami delanoe.

Écrit par : bazz | 12/11/2007

on purrait demander aussi à la tonne de gens des gouvernements de droite qui y sont partis faire un tour ces derniéres années.Pour Delanoe, excusez le d'être né en Tunisie...

Écrit par : romain blachier | 12/11/2007

Norman Mailer n'aimait pas la même Amérique que celle de Sarkozy parce que Norman Mailer ne fantasmait pas son pays, il le vivait.

Écrit par : Adam Belinski | 12/11/2007

Bonjour,

Je viens de lire votre article et me vient une réflexion que je désire partager

Je suis un activiste des droits de l'homme. Il y a dix ans, suite à un voyage à Cuba, j'ai créé avec d'autres européens l'Association Européenne Cuba Libre. Je suis convaincu que le tourisme à Cuba, où le seul employeur est l'état parti est globalement exécrable, dès lors que les touristes sont désinformés et parqués dans des réserves séparées de "la vraie vie". Il y a quelques semaines je suis allé en Tunisie pour la première fois. J'y suis allé à reculons, connaissant un peu la situation politique. A première vue, rien de très choquant mis à part l'omniprésence du "bon président Ben Ali" un peu partout, jusque dans l'aéroport. En parlant un peu avec les habitants que j'ai pu croiser je suis arrivé à une conclusion, celle du manque d'information sur la réalité politique des pays visités pour les touristes. Il serait peut-être de bon d'arriver à organiser un séminaire de réflexion sur le tourisme et les droits de l'homme. Je penche a priori pour un ciblage des touristes dans les aéroports avec distribution de tracts sur la situation politique des pays dans lesquels ils vont voyager.

Quant à l'article du Fig Mag, il me fait penser à celui publier il y a quelques années sous le titre provocateur "il n'y a pas de prisonniers politiques à Cuba". C'était un entretien de Fererico Mayor qui venait de quitter ses fonctions de président de l'Unesco avec Castro. J'obtins un droit de réponse dont les conséquences dépassèrenbt tous mes espoirs. Lorsque quelques mois plus tard, le régime cubain fit condamner à des peines démentielles des dissidents pour délit d'opinion, il y eut une levée de boucliers, chose impensable quelques mois auparavant...

Cordialement

Laurent Muller
aecllm@club-internet.fr

Écrit par : muller | 13/11/2007

Ah ce cher Laurent... "J'obtins un droit de réponse dont les conséquences dépassèrent tous mes espoirs." la mégalomanie le guette. Pardon, l'a déjà saisi.

Non Laurent, "le régime cubain fit condamner à des peines démentielles" est inexacte. Le régime fit condamner des personnes qui en France, auraient écopé d'à peu près la même peine, pour les mêmes actes, à conditions égales.

Tiens, si quelqu'un connait quelqu'un de la DST, on lui posera la question.

Des "touristes parqués" Laurent ? Vous vous étiez caché sous le lit de votre hôtel ou quoi ?

Mais bon, Laurent, depuis le temps que vos analyses font plouf ! je ne peux qu'admirer votre perséverance.

V. Dedaj

Écrit par : CSP | 13/11/2007

Ah, Victor Dedaj, dont les membres du site Cuba Solidarity project écrivent à Fidel pour l'engueuler, non pas d'avoir condamné les journalistes, syndicalistes, médecins et militants pacifiques des droits de l'homme mais de ne pas les avoir fusillés, qui dénonce quotidiennement le "blocus génocidaire américain" qui n'empêche pas 2 millions de touristes de se rendre chaque année à Cuba et l'Etat cubain d'acheter des tonnes d'aliments aux Etats Unis (avec l'argent de la dette contractée envers les Européens)...

Écrit par : Laurent Muller | 13/11/2007

On serait en train de phagocyter ce site que ça m'étonnerait pas... Ecrire à Fidel pour l'engueuler de ne pas avoir fusillé ? Mince, le modérateur modéremment modéré que je suis a dû rater quelque chose. Je vais de ce pas fouiller dans mes archives...

2 millions de touristes pour un pays de 12 millions d'habitants, ce n'est pas grand chose en termes économiques, surtout lorsque l'industrie est censée être une des premières du pays. Faut pas balancer des chiffres comme ça...

Quant à l'achat de tonnes d'aliments aux US (dans quelles conditions ? Hum, intéressant à développer), ça s'appelle un "coup politique". J'aurais pu rajouter "de génie", mais seul l'avenir le dira.

Écrit par : CSP | 13/11/2007

Ben ALi?Ne pourrais-ton pas interroger, prés de nopus, l'ex-député et actuel conseiller municipal UMP Dubernard, qui est vtrés proche de ce régime

Écrit par : romain blachier | 14/11/2007

Bon article féroce et à double détente par contre le débat derrière c'est parfois n'importe quoi.

Écrit par : serge | 18/11/2007

@ serge: féroce et à double entente certes mais le débat est là pourquoi ne pas y contribuer au lieu de le mépriser ?

Que dis tu de la légendaire dimension démocratique du règne de Ben Ali ?? Que penses tu du fait que le pluralisme politique Tunisien est telle que l’émergence d’une opposition dynamique et plus constructive (sic.) soit toujours impossible ? 20 ans de pouvoir pour ne pas neo-dictature populiste de Ben Ali ca ne t'interpelle pas ??

A votre avis pourquoi ? Car la Tunisie n'est pas une démocratie tant que les Ben Ali et ses zbir corrompus seront au pouvoir.
Avec un taux de chômage actuel est de 13,9%, une croissance suffisante (autour des 4/5%) mais à coup de privatisation des grandes entreprises publiques, la mise à niveau du secteur privé sous l'égide de la Banque Mondiale et du FMI entamée mais jamais terminé ne contribue pas à faire de la Tunisie un modèle tel le Maroc. La réforme bancaire demandée par le FMI n'est d'ailleurs toujours pas encore appliquée.

Maintenant nous pourrions nous intéresser et étudier les rapports bilateraux France/Tunisie depuis l'accession au pouvoir mais je manque de temps et d'espaces pour terminer. Je vous invite à vous penchez sur cette question. Chiffrons le montant de l'aide de la France envers la Tunisie depuis 20 ans, contrats d'armement et d'équipement par ex. de la France envers la Tunisie. Après Kadafi, le petit nicolas pourrait-il bientot s'y ré-intéresser ??? Le Règne du Sarko tendera à privilégier le statut quo pendant ce temps, la Tunisie est une honte...

N'oubliez pas Cher Serge que le régime tunisien est régulièrement accusé par l'ONU et les ONG internationales de violer les droits de l'homme, de réprimer la liberté d'expression. Quant au non respect des conventions internationales il est important. Des prisonniers politiques sont fréquemment torturés, des défenseurs des droits humains, notamment les avocats, sont victimes de manœuvres d'intimidation et de harcèlement sans que leurs plaintes soient acceptées par la justice tunisienne. Certains prisonniers d'opinion sont soumis à des conditions de détention inhumaines et à des mesures arbitraires comme le maintien prolongé à l'isolement et la privation de soins médicaux. La loi anti-terroriste votée en 2003 est devenue l'occasion de procès inéquitables comme en témoigne l'affaire des étudiants internautes de Zarzis emprisonnés en 2004 pour avoir recherché de la documentation sur Internet avec leur professeur. Ils ont été accusés de préparer un attentat et de se servir d'Internet comme outil de communication...

Bloggers & autres inter(audio)nautes reveillez vous... il est urgent d'agir en faveur des droits humains de part le monde

Écrit par : marco mex | 20/11/2007

Si la Tunisie était une dictature où il est interdit de parler politique....les tunisiens se seraient résolus a l' accepter...

Mais le problème est que ce régime est aussi une voyoucratie, où une bande de gangsters pillent les richesses du pays pour les mettre à l' abri, en particulier à Dubaï !!!

Écrit par : baggabis | 29/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu