Avertir le modérateur

10/08/2007

M comme 1981

medium_M_2.jpgD'une certaine façon si Dominique Perben se retrouve aujourd'hui à Lyon pour redonner à la droite une ville qu'elle n'aurait jamais du perdre (appréciez au passage le don désintéressé de notre homme), nous devons, et je sais que certains vont être perturbés par cette révélation, nous devons donc cette chance/catastrophe selon le point de vue du lecteur, à François Mitterrand. Pour vous en convaincre, je viens d'exhumer, avec le soutien complice d'un ami compilateur qui se reconnaîtra et qui doit comme un malheureux transpirer aujourd'hui à vélo sur les rudes routes du Jura, d'un texte écrit par celui qui était à l'époque Maire de Chalon-sur-Saône, sous le couvert d'un club, Dialogue et Initiative, dont il était copropriétaire avec Raffarin.Nous sommes page 59, l'auteur qui est, nous dit-il, gaulliste depuis l'âge de treize ou quatorze, nous confie qu'il "croit profondément au service de l'Etat. C'est pourquoi il s'est "orienté à la fin de (ses) études vers l'Ecole Nationale d'Administration pour embrasser ensuite la carrière préfectorale". Jusque là, vous en conviendrez, rien d'extraordinaire. Mais des événements vont bouleverser sa vie tranquille de fonctionnaire de haut rang. C'est là que Mitterrand arrive. Le rebelle qu'est Perben ne peut supporter que les socialistes investissent, au point de le pervertir, cet Etat si cher à notre préfet. Son sang ne fait qu'un tour et dans la lignée des grands résistants qui font l'honneur de ce pays, Dominique Perben se lance dans une vie nouvelle et aventureuse, celle de la politique.
"En 1981, la neutralité du service public n'était plus de mise. La carrière préfectorale étant à la fois un service public et un service du gouvernement, je me suis retrouvé entre ma volonté de servir la République et un gouvernement partisan dans lequel je ne me reconnaissais pas. J'ai donc choisi de m'engager dans la vie politique, dans le cadre du RPR, et de m'investir dans ma mission d'élu puisqu'en 1983 j'étais devenu Maire de Chalon-sur-Saône et en 1986 député. J'allais pouvoir continuer ainsi à servir la collectivité publique, fidèle à ma vocation d'aménageur du territoire et de fédérateur des énergies locales."
Et dire que sans Mitterrand, Dominique Perben serait peut-être aujourd'hui un préfet pouvant presque valoir ses droits à la retraite.

Hautes Pyrénées, le 10 août 2007.

Commentaires

la réalité est plus complexe il semble et je vais résumer, ayant un sauté de veau au beacon sur le feu à reussir mais rapidement Perben a en réalité été amené par Joxe et Mauroy à venir à Chalon.C'est là qu'il s'est retourné et est devenu rpr.C'est en tout cas ce qui se disait partout à Chalon sur Saone, lorsque j'y résidais de 93 à 95.

Écrit par : romain | 10/08/2007

Plus je vois et j'entends les préfets s'exprimer au fil des années (n'oublions pas DE VILLIERS dans le genre "au service de l'état sauf quand ce quand celui-ci est à gauche"); Plus je pense que le seul préfet respectable était Jean MOULIN...

Écrit par : TORBEN | 12/08/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu