Avertir le modérateur

10/07/2007

(Daily) Motion de synthèse ?

medium_Dailymotion.jpgDu chahut sur le net. Comme vous le savez peut-être nous venons d’apprendre par une brève parue dans l’édition en ligne du Figaro que Dailymotion, le site français de vidéo en ligne, pratiquait le jeu des chaises musicales. En effet, Séverin Naudet, celui qui était jusqu’ici responsable du « contenu », vient de rejoindre le pôle communication de Fillon à Matignon. Pour le remplacer rien de mieux qu’un ancien de la maison, puisque c’est Martin Rogard ancien collaborateur de Renaud Donnedieu de Vabres qui s’y colle.

Soyons clair. Chacun peut bien travailler ou bon lui semble. Loin de moi l’idée que Dailymotion en agissant ainsi se transforme illico en agence de communication proto-sarkozienne. On nous dit du côté du site vidéo que Rogard est recruté sur son unique valeur professionnelle. Pourquoi en douter. Cela étant, les responsables de Dailymotion doivent désormais admettre que leur image est entachée et que ce petit jeu du mercato d’été devrait nous rendre encore plus attentif à l’avenir.

Si demain, par exemple, une image provenant d’une chaîne de télévision locale, en l’occurrence TLM, ne trouvait plus d’exposition sur Dailymotion au prétexte qu’elle montre un leader de UMP, rencontrant un ancien ministre UMP pour féliciter un nouvel élu UMP fort d’avoir passé à la trappe une S….. du MoDem, il y aurait problème.

Dailymotion n’est pas un bulletin cantonal à publication périodique. L’enjeu est important. En assumant la situation, les dirigeants de ce site doivent maintenant nous convaincre que tout ceci est fortuit et qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter d’un mouvement qui n’est pas un rapprochement et encore moins une synthèse.

Lyon, le 10 juillet 2007.

Commentaires

cette information dont la presse ne parle pas pose effectivement probleme. Personnellement je viens d'en prendre connaissance par ce blog. Après les transferts vers l'elysée de journalistes qui suivaient sarkozy pendant sa campagne des esprits légèrement paranos pourraient commencer a prendre peur.C'est bien de surveiller tou ça.

Écrit par : roger | 10/07/2007

donnedieu de vabre celui là tout le monde l'avait oublié.

Écrit par : pickwick | 10/07/2007

Cher Jean-Yves,

L'occasion est trop belle, voici un petit texte qui entretient un rapport entre votre billet consacré à patti smith et celui-ci.

Saurez-vous trouver le lien ? Quizz.

"Chère Patti Smith,

Je suis très heureux et très fier de vous rencontrer ce soir, pour vous rendre l'hommage de la France. Et je sais que vous êtes revenue spécialement d'Espagne pour le recevoir.

Il est vrai que vous aimez la France. Et je suis venu vous dire que la France et les Français vous aiment.

L'hommage de la France, c'est d'abord celui de votre public, de l'immense foule assemblée ici-même, sur la pelouse trempée de Longchamp, pour vous voir, vous écouter, vous acclamer, et vibrer au son de vos paroles, de votre énergie et de celle de vos musiciens, qui ont même eu raison d'une pluie qui s'annonçait pourtant, vendredi soir, très menaçante.

Oui, il faut avoir vu ces dizaines de milliers de mains tendues vers le ciel, au son de "Gloria", ces milliers de poings tendus pour scander "People have the power" ; il faut avoir ressenti la transe qui s'est emparée des spectateurs, sautant au rythme de "Because the night " ; il faut avoir senti le profond silence et l'intense émotion qui ont accueilli l'hommage que vous avez rendu vendredi soir à votre ami, votre compagnon, votre complice, le célèbre photographe Robert Mapplethorpe, disparu en 1989 du Sida et que vous avez accompagné jusqu'au bout, en harmonie avec votre combat, qui est la raison d'être de ce rassemblement de solidarité et de mobilisation.

Le Rock a eu ses héros, et vous avez rendu hommage à Dylan en interprétant sur cette même scène "Like a rolling stone".

Le rock a eu ses égéries, ses muses. Vous êtes son héroïne, sa figure de proue. Vous lui avez apporté l'extraordinaire puissance créatrice de la poétesse que vous êtes sans doute avant tout, et votre charisme sans égal, en portant plus haut que jamais la flamme de son aventure artistique.

Votre parcours est exceptionnel, unique.

Vous avez passé votre enfance et grandi dans la campagne du New-Jersey. Vous avez appris à lire très jeune, et vous saviez que vous écririez vos propres livres. Après avoir admiré Albert Schweitzer, vous renoncez à devenir missionnaire, quoique votre œuvre possède une indéniable portée spirituelle, mais vous savez que vous serez écrivain, à la lumière de ces phares de la littérature française que vous admirez, de leur sensualité, de leur intelligence, de leur goût des sonorités et du rythme : Nerval, Baudelaire, Verlaine - Paul Verlaine - mais aussi Apollinaire, Eluard, Artaud et Genet.

Profondément marquée par leur empreinte, vous frayez votre propre chemin en suivant leurs traces, et surtout, celles du "poète aux semelles de vent ", à qui vous vouez un véritable culte.

La première destination de l'un de vos tout premiers voyages en France est Charleville. Oui, comme Arthur Rimbaud, dont nous avons célébré le centenaire de la mort l'an dernier, toute votre œuvre nous dit :

"J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteur,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs!"

Vous avez l'esprit rebelle du poète qui incarne sans doute le mieux la révolte, dans son œuvre et dans sa vie. Et qui fuit très tôt Charleville, pour aller vers la capitale, où il rencontre à la fois le rêve politique de la Commune et les poètes que son talent et sa précocité vont éblouir.

De même, c'est à New York, que vous êtes aspirée dans un tourbillon d'artistes et de créateurs prêts à repousser toutes les limites. Dans l'univers très masculin du rock underground du début des années 70, votre personnalité flamboyante, votre sens profond de l'engagement et votre puissance créatrice prennent racines.

Vous apportez au monde du rock un langage et un style très personnels, une alchimie de sons électriques jusqu'alors inouïs et vos textes à l'inspiration puissante, imagée.

Sans doute vous reconnaissez-vous dans le génie poétique précoce et prodige du "Bateau ivre". Et sans doute comme lui, vous électrisez tous ceux que vous rencontrez. Je pense aux quelques dizaines de personnes qui viennent et reviennent, chaque soir, chaque nuit vous écouter, déclamer vos poèmes, seule, puis créer des sons nouveaux, avec votre groupe, dans ce petit bar d'un quartier interlope, devenu de votre fait un lieu mythique, le CBGB [CI BI DJI BI].

Je pense aux deux cents personnes qui vous écoutent fascinées, stupéfaites, dire vos textes dans l'église Saint-Marc de New-York. Je pense aussi aux 70 000 personnes que vous mettez en transe pour l'étape historique de votre grande tournée européenne à Florence en 1979.

Je pense encore aux 30 000 personnes rassemblées ici même vendredi soir. Partout, c'est la même ferveur de tous ceux qui peuvent dire, avec l'auteur d'Une Saison en enfer :

"un soir, j'ai assis la beauté sur mes genoux".

Et puis, comme lui, vous vous êtes enfuie. Ce que vous fuyez, ce n'est pas tant la vie douloureuse ou tapageuse des "poètes maudits", ni l'immense succès dû à votre immense talent de création, de mots et de sons, et d'interprétation, sur scène, une scène que vous possédez, au sens le plus fort de ce terme, comme personne.

Mais, telle Rimbaud, qui tourne radicalement le dos à la poésie, alors qu'il est au sommet de son art, pour aller conduire des caravanes dans le désert du Harar, vous quittez la scène.

Vous savez qu'il y a d'autres rares pays au monde. Et surtout, d'autres mondes. Oui, comme l'écrivait Rimbaud depuis Aden :

"Le monde est très grand et plein de contrées magnifiques (…) mais pour vivre toujours au même lieu, je trouverai toujours cela très malheureux."

Votre deuxième album, après Horses, s'appelle Radio Ethiopia. Comme Rimbaud vous n'allez pas où vous ne voulez pas aller et vous ne faites pas ce que vous ne voulez pas faire.

Et le Michigan est votre Ethiopie. Vous vous retirez près de Detroit pour vivre une nouvelle aventure : la famille. Vous vous consacrez à votre mari Fred "Sonic" Smith, qui vous a inspiré le grand classique Frederick.

Vous élevez vos deux enfants, Jesse et Jackson. Lorsque vous revenez sur scène, en 1996, vous veillez à ce que les dates de vos apparitions publiques coïncident avec celles des vacances scolaires. Vous vous ressourcez. Et vous ne cessez jamais d'écrire et de jouer de la guitare.

Vous éprouvez les joies et les peines de la vie, qui ne vous sont pas épargnées, avec la perte brutale de votre mari, Fred, avec qui vous avez écrit l'album Dream of life, en 1988, celle de votre frère Todd, après celle de votre ami de toujours, Robert Mapplethorpe, et de votre clavier Richard Sohl. Nous pensons particulièrement à eux ce soir.

Ces expériences, ces douleurs, imprègnent l'album qui marque votre vrai retour, Gone again, mais aussi une vraie sérénité, une très grande sagesse, alliée à une très forte ardeur de vivre, également présentes dans votre tout dernier album, Trampin', que vous avez titré en mémoire d'un Negro spiritual dédié à une grande chanteuse noire, Marian Anderson.

Et vous revenez sur scène, avec vos fidèles, Lenny Kaye, Tom Verlaine, Jay Dee Daugherty, pour le plus grand plaisir de tous ceux qui ne peuvent vous oublier et de tous ceux qui vous découvrent. Le public parisien et français, en particulier, vous réserve un triomphe renouvelé, que ce soit à l'Olympia, à l'Elysée-Montmartre, au Bataclan ou au festival des Vieilles charrues, pour citer quelques rendez-vous avec des publics transportés et des salles archicombles, qui ont marqué toutes les générations qui se retrouvent dans votre œuvre.

Et j'ai évoqué, au début de mon propos, l'enthousiasme et l'énergie que vous avez fait partager ici avant-hier. Car vous ne cultivez pas la nostalgie. Mais le souffle de votre engagement continue à être fait pour déplacer des montagnes. Votre combat est toujours celui de la liberté et de la justice.

Vous dîtes votre vérité avec force. Sur la guerre, par exemple, dans Radio Baghdad, dans votre dernier album ; en incitant les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales, et en vous engageant dans la campagne pour l'élection du Président des Etats-Unis ; ou avant-hier soir, ici même, en nous alertant sur le sens de la science dans le monde d'aujourd'hui, lorsque vous vous êtes exclamé que la science est là pour servir l'humanité, et non pas la course au profit, pour guérir tous ceux qui en ont besoin, et non pour le bénéfice de quelques-uns.

Le tonnerre d'applaudissements qui a suivi montre combien votre participation au festival Solidays est riche de sens. Oui, vous exprimez haut et fort vos valeurs, votre engagement, votre sincérité, votre générosité, en faveur de la liberté, de la solidarité, de la fraternité humaines, plus fortes que toutes les différences, toutes les compromissions, toutes les facilités.

Votre œuvre tout entière résonne comme un appel à se mettre en marche. Elle a, bien sûr, une portée politique, au sens le plus haut de ce terme, de cette ambition.

Chère Patti Smith, vous ne nous appelez pas seulement à rêver le monde. Mais à le changer. Vous nous appelez à la responsabilité, à l'action, qui est le sel de la vie. Epanouie par le temps, votre très haute exigence artistique, votre rage de vivre expriment cette belle et universelle mission de la culture, cette force sublime, celle d'une authentique citoyenne du monde et d'une militante de l'idéal.

"Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer
Liberté"

Écrit par : lamortpourlespoires | 10/07/2007

La grande utilisatrice de Dailymotion s'inquiète. A juste titre ? Oui je le crois mais c'est pas ça qui va m'empêcher de continuer.

Écrit par : Trublyonne | 11/07/2007

Mon cher Jean-Yves, jouons aux devinettes.
- S’agit-il s’agit d’un ancien jeu politique bien connu qu’une entreprise du net reprend à son compte : celui des chaises musicales ?
- Est-ce un pantouflage ?
- Prépare-t-on de nouvelles négociations sur la propriété des œuvres ?
- On tisse une toile sur la toile ?
- Sommes-nous tout simplement paranos ?
- …. ?

Tu sais bien que Séverin Naudet a déjà occupé le poste de conseiller en charge des industries culturelles au sein du cabinet de Renaud Donnedieu de Vabres de 2004 à 2006, juste avant de rejoindre pour une courte période le site français de partage de vidéos et tu rappelles que Martin Rogard, jusqu'à présent chef du pôle multimédia au département de l'information et de la communication du ministère de la Culture, le remplace : c’est du pantouflage ou le jeu des chaises musicales çà ?… Peut-être les deux. Mais c’est peut-être un échange de compétences. À moins que…

Martin Rogard était également en charge des "Chantiers Numériques" lancés en septembre 2004 par RDV. Et Martin Rogard est aussi le fils de quelqu’un qui occupe un poste plutôt intéressant : il est le fils de Pascal Rogard, patron de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD), qui naturellement mène une politique de présence et d’influence bien connue dans le monde du cinéma et du théâtre. Il intervient ou négocie avec pugnacité des accords avec ou contre ceux qui exploitent les oeuvres audiovisuelles et son avis sur les lois concernant le sujet n’est pas neutre. Alors, question : le père et le fils négocieront-ils des accords pour DailyMotion?

Ou bien assiste-t-on à une énième tentative de contrôle – fut-elle partielle – sur un nouveau média ? On sait combien cela tente les gouvernements, qu’ils soient de droite ou de gauche, (un peu plus de droite quand même : les radios libres c’est pas mal et l’omniprésence de l’actuel locataire de l’Elysée ainsi que ses amitiés dans le monde des médias peuvent parfois poser question).

Ouahh ! tisser sa toile sur la toile, « voilà de la belle ouvrage…. »

Mais j’arrête-là, je me sens devenir parano.

Bien à toi depuis mes monts.

Patmos

Écrit par : Patmos Tarse | 11/07/2007

interressant le commentaire de patmos trase.

Écrit par : filou | 13/07/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu