Avertir le modérateur

09/07/2007

Barbie 1987-2007

medium_Klaus_Barbie.jpgBonne initiative que celle de Lyon Capitale de confier à Maître Alain Jakubowicz le soin, en une vingtaine de pages du journal, d’exprimer à partir de ses notes le procès Barbie de 1987.

Lea Katz qui raconte les yeux mi-dos. Gilberte Jacob qui témoigne sur la dureté de la vie, la rafle, le transport à Drancy. Michel Cojo Goldberg qui avait quatre ans à l’époque et qui ne se savait pas juif. Les témoins se succèdent à la barrre, Lise Lesevre, Ennat Léger qui est hissée sur sa chaise roulante à la barre, Marcel Stourdze engoncé dans sa prothèse suite à un coup de pelle d’un SS, le résistant Henri Toussier déporté parce qu’il avait « une salle gueule de juif ». Tout cela sous le regard de Barbie « ce sadique à l’état pur ».

Le travail d’Alain Jakubowicz est personnel, sensible donc utile. Vingt ans après (1987-2007) notre mémoire s’est déjà abîmée et le texte de l’avocat lyonnais nous replonge de manière vivante et « serrée » dans ce procès. Vergès qui parade. Vergès qui se délecte. Pierre Truche qui déclare face au silence de Barbie, « le nazi n’aime pas la lumière ». L’accent de l’avocate allemande Elfrun Andreani-Jungblut qui plaide avec son confrère Alain Gouriou, François La Phuong efficace, le « vieux routier » Charles Lebmann, mais aussi Henri Noguères, Serge Klarsfeld, Roland Dumas, Guy Bermann, Richard Zelmati, Gilbert Collard dont Jaku dit s’être « toujours demandé comment on pouvait plaider dans un dossier sans en avoir suivi les audiences ».

Un texte à lire sans attendre mais qui mériterait tout de même une édition sous forme d’un petit livre. Qu’en pense Philippe Chaslot le coordinateur de cet excellent travail ?

Lyon, le 9 juillet 2007 

07:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Barbie, Procès, Klaus, Jakubowicz, Lyon, Capitale, lyon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

la commémoration du procès BARBIE , 20 ans après n'est pas la seule oeuvre personnelle , ni de Maitre Jakubowicz, ni de Lyon Capital.
C'est aussi l'occasion de mettre ensemble des partenaires qui ont d'abord réalisé une cérémonie fort émouvante et intéressante lors de la pose d'une plaque commémorative dans la salle des pas perdus , lieu de déroulement du procès, le 3 07 07.
e qui m'a frappé , c'est l'unité de ton des trois intervenants: Pierre TRUCHE,en sa qualité de procureur au procès, Ugo IANNUCCI avocat des parties civiles et interveants pour les asocations de déportés et résistants, et Alain Jakubowicz. Tous ont souligné le caractère historique de ce procès de Lyon , car il ouvrait la voie à la justice contre les crimes contre l'Humanité.
Ensuite chacun s'est attaché à présenté le rôle de ce procès pour qu'enfin les victimes parlent, toutes les victimes,juives, résistantes ou autres, et soulignant la place exceptionnelle des témoignages des femmes dans ce procès.
Enfin que ce soit l'évocation émotionnelle et plus factuelle de Alain Jakubowicz ou un travail d'historien du droit de Ugo IANNICCI, tous ont souligné combien ce procès avait eu de vertus pédagogiques , et permis à de nouvelles générations de mettre en pièce les négationnistes très actifs jusqu'à l'ouverture du procès, permettant à de nombreux jeunes de mieux se positionner pour l'avenir contre tous les génocides et crimes contre l'humanité.
Cette commémoration aura une suite dans un colloque à l'ENS , en partenariat avec la maison d'Izieu, le CHRD et la Chaire lyonnaise des droits de l'Homme , les 10,11 et 12 Octobre donc ce sera l'occasion de se saisir des échanges et débats sur ces questions qui sont toujours importantes et il y aura sans doute des publications prévues.

Écrit par : simone | 09/07/2007

20 ans...
En 1987,j'étais en fac à LYON 3
En 1987, j'ai assité à plusieurs audiences du procès BARBIE...
En 1987, j'étais (et je le suis encore!) impressionné par le courage de Serge et Béat KLARSFELD ...
En 2007, je ne ressens rien de tel avec leur fils Arno!(chantre du ministère de l'"identité nationale"pendant la campagne électorale des présidentielles 2007 et grand décideur de ceux qui méritaient de rester dans notre pays ...)
En 1987, j'ai bien fair de sécher les cours...
En 1987, j'ai connu quelqes affrontements avec le "GUD"...
En 1987, j'ai connu queles affrontements avec l'"UNI" qui déjà regroupait des étudiants de la droite dite "dure" avec l'extrême droite... (à l'époque, ils soutenaient CHIRAC aujourdh'hui c'est SARKOZY)
En 1987, j'ai surtout beaucoup discuté avec mon grand-père, il s'appelait Max DREYFUSS...C'était un honnête homme!

N'oublions pas...

Écrit par : TORBEN | 09/07/2007

Je me souviens de ce procès et de la fierté que j'ai éprouvée à l'idée que l'histoire, de nouveau, se passait dans ma ville et dans le bon sens cette fois! Je me souviens aussi du film diffusé au CNRD, du témoignage de cette dame dont Barbie a exécuté le père devant elle parce qu'elle lui avait fait un signe. Ce sont des choses que l'on voit et qu'on ne peut pas oublier, heureusement...

Écrit par : nizanien | 12/07/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu