Avertir le modérateur

06/07/2007

En forme, Mélenchon touche le fond

medium_jean_luc_melenchon_3.jpgDans le Marianne de la semaine, Jean-Luc Mélenchon signe une tribune avec ce sens légendaire du dévouement anti-libéral qui le caractérise. Cela me le rend en vérité pas du tout antipathique tant la mesure des propos ne me semble pas le point fort de notre sénateur.

En deux ou trois coups de cuillers à pot, il taille un costard à toute la social-démocratie internationale une force maléfique en réalité bien pire que la droite. D’ailleurs nous dit Mélenchon, elle remplace, comme en Angleterre, la droite (pas faux Jean-Luc, Blair a effectivement remplacé Thatcher), elle brise l’Etat social partout ailleurs (ah le bon temps d’Aznar et Berlusconi) et en Amérique du sud elle tire sur la foule.

Vous l’avez compris, Mélenchon est au sommet de sa forme. Une sorte de Chavez européen, un fidel des Yvelines l'Essonne, le Che au Sénat. Dans le deuxième temps de la démonstration, je me suis dit que notre Jean-Luc faiblissait en moulinant des généralités. En quelque sorte « chacun cherche sa niche ».

Pas du tout, comme une Laure Manaudou dans le final d’un 400 m (dernier paragraphe), Mélenchon met le paquet. En nous disant que les choses ne peuvent plus durer ainsi notre contributeur se révèle. Je cite, « mieux vaut le divorce que le mensonge s’il faut encore maquiller la réalité de nos contributions » nous indique notre anti-libéral. Cerise sur le gâteau, se prenant pour Oskar la fontaine, Jean-Luc Mélenchon nous propose « l’invention de la gauche d’après le communisme d’Etat et la social démocratie. »

Naviguant entre « retenez-moi ou je quitte le PS » et « si ca continue je fais mon Die Linke français », Jean-Luc Mélenchon trace sa route. Il est manifestement sur le point de mettre un premier pied en dehors du parti socialiste.

Si d’aventure le PCF vendait deux étages du Colonel Fabien, Jean-Luc Mélenchon serait bien capable dans les mois qui viennent de sous-louer un des deux étages restants.

 

Lyon, le 6 juillet 2007.

Commentaires

Sénateur de l'Essonne et non des Yvelines ...

Écrit par : briavel | 06/07/2007

Mon cher Jean-Yves

Si Jean-Luc Mélanchon n’existait pas, la droite l’inventerait.
Paradoxe ? pas vraiment… « La social démocratie est un leurre du PS. Même un des sénateurs les plus en vue du PS lui dénie sa modernité et affirme qu’elle n’est que le banal accompagnement d’un libéralisme échevelé. Votez pour nous »

Tout le monde sait bien que le seul vrai moteur social c’est celui alliant le modernisme communiste post- soviétique – celui de Marie-Georges et de Clémentine - au nonisme le plus pur - celui de ceux qui nous déclaraient avec le talent et la force de conviction d’orateurs hors pairs que le plan B était prêt et ont fait campagne alors même que le parti socialiste par la voix de ses militants s’était démocratiquement positionné (je ne parle pas de ceux qui à cause d’une ambition sociale qu’ils jugeaient trop faible ont voulu dire non en même temps qu’ils disaient à cette droite qui continue à nous gouverner qu’ils ne voulait plus d’elle)!

Par chance, Angela n’a pas annoncé entre les deux tours de l’élection présidentielle française qu’elle acceptait l’idée du grand saint Nicolas en faveur d’un mini traité européen : nous aurions glorieusement approché les 42%, bien loin des 47% de Ségolène. Mais après tout, on connaît le grand intérêt et le soutien sans faille du sénateur de l’Essonne à la candidate.

Décidément, pour Mélanchon le chemin est long depuis l’OCI des années 70. Le voici maintenant avec le LINKE, qui dénonce les verts et les sociaux démocrates allemands comme étant des « néo-libéraux ».

L’idéologie à la sauce trotskiste a encore un bel avenir devant elle… Et le socialisme français risque, en le suivant, d’avoir un bel avenir d’opposant : c’est si reposant et cela permet de si belles envolées à la tribune !

Et tant pis pour les Français qui rament et qui aimeraient autre chose que ces mains posées sur le pupitre et qui restent toujours propres. Les idées et le réel ensemble ? Pouah !

Bien à toi depuis mes monts

Patmos

Écrit par : Patmos Tarse | 06/07/2007

Bonjour Jean-Yves,

Tu conclues en disant que Jean-Luc Mélenchon "est manifestement sur le point de mettre un premier pied en dehors du parti socialiste".

Ne l'a-t-il déjà mis plusieurs fois en faisant campagne pur le NON au référendum sur le TCE ? Ne l'a-t-il pas mis une deuxième fois en refusant de soutenir Ségolène Royal au soir de sa désignation ? N'a-t-il pas recommencé en traînant de smois avec les anti-libéraux avant de faire la dernière ligne droite de la campagne dans le giron socialiste ?

Je ne sais pas combien de pieds possèdent Jean-Luc Mélenchon, mais sa stratégie visant à donner coup de bâton sur coup de mattraque aux socialistes ne me plaît pas. Il donne l'impression d'avoir la science infuse, de détenir la vérité, alors qu'en bon trotskyste au PS, il y a quasiment toujours été minoritaire.

En une phrase, sa façon de faire de la politique ne me plaît pas !

Écrit par : Karim AOU | 06/07/2007

il avait de plus tenté de se présenter comme candidat de la gauche antilibérale (cf son entretien dans Politis en janvier dernier) et l'hypothése avait fait un tel flop qu'il avait trés vite laissé tomber

Écrit par : romain | 06/07/2007

Ce n'est effectivement pas la 1ère fois. Qu'il parte ! Ca nous fera des vacances !

Écrit par : M&ms | 06/07/2007

et strauss kahn? il va aller au fmi?

Écrit par : sweet swiss | 08/07/2007

On ne le retient pas...
Comme nous sommes en plein "mercato", une question se pose :
Y-a-t-il un acquéreur !!!???

Écrit par : TORBEN | 09/07/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu