Avertir le modérateur

07/02/2007

Les comptes de Sarkozy

medium_nicolassarkozy.2.jpgCela fait maintenant près d’un mois que Nicolas Sarkozy a changé. Un mois c’est long et c’est tout à la fois très court. Par exemple un mois c’est court pour inaugurer en urgence une rue Jean Jaurès ou bien une Place Léon Blum à Neuilly. Mais un mois c’est suffisant pour dérouler une campagne démagogique quand on a des soutiens fidèles qui arpentent des médias déjà sous contrôle.

Nicolas Sarkozy nous prépare donc, parce qu’il a changé, un avenir radieux mais que ceux qui sont nés avec une cuiller d’argent dans la bouche se rassurent, l’avenir radieux c’est le leur. Quant à ceux qui sucent depuis des lustres leur cuiller en plastique, qu’ils se méfient.



Souvenons-nous de ce beau dimanche de janvier, c’était le 14, et de cette interview quelques jours plus tard, c’était dans le monde. En l’espace de quelques jours Nicolas Sarkozy n’y avait pas été par quatre chemins : création d’un droit opposable à la scolarisation des handicapés (500 millions d’Euros), cautionnement par l’Etat des entrepreneurs sans ressources (100 millions d’Euros), déduction de l’intérêt de l’emprunt immobilier du revenu imposable (2,5 milliards d’Euros), allocation de formation pour les jeunes (3 milliards d’Euros), prêt à taux zéro pour les jeunes (2 milliards d’Euros), crédit d’impôt recherche, bouclier fiscal à 50%, déduction de l’ISF des investissements dans les PME etc….

Face à ces nouvelles dépenses du candidat UMP intervenues en quelques jours, il est donc plus que légitime de parcourir le programme initié par le Président de l’UMP pour essayer de comprendre ce miracle électoral. Autrement dit nous interroger sur les mesures d’économie préconisées par l’UMP face à ces nouvelles dépenses ? Revue de détail.

Tout d’abord il s’agit pour Sarkozy de garantir le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite sachant que ce bon Nicolas compte affecter la moitié des économies ainsi réalisées aux fonctionnaires en poste, c’est à dire au total une « économie » de 5 milliards d’Euros sur……2012.

Continuons. Notre nouvel ami des travailleurs qui vont travailler plus pour gagner plus n’aime manifestement pas trop les travailleurs qui ne travaillent pas. C’est ainsi, je cite, que Sarkozy préconise « le resserrement des conditions de versement des minimas sociaux ». Une mesure censée représenter pour l’Etat une « économie «  de 500 millions.

Le compte n’est donc pas encore bon. Sarkozy a indiqué, une fois élu, qu’il mettrait en place « une franchise sur les actes médicaux », les Français apportant ainsi grâce à cette franchise non remboursable, la somme de 1,25 milliards d’Euros.

Enfin, en alignant les régimes spéciaux sur le régime général des retraites, Sarkozy annonce une « économie » de 3 milliards d’Euros.

Sans rentrer dans les détails, constatons que Sarkozy en campagne vient d’annoncer plus de 13 milliards de promesses tout en garantissant, pourquoi se gratter, une maîtrise de la dette publique et le bonheur des travailleurs. Les promesses viennent s’ajouter, il faut bien le comprendre, à celles qui figuraient déjà dans le programme de l’UMP. Bilan des courses, bilan des comptes, si l’on intègre les nouvelles promesses aux anciennes, tout en tenant compte « des économies », on en arrive, tenez-vous bien, à la vertigineuse somme de 88 milliards de dépenses en euros bruts.

On se souvient, en mars 1995, de cette déclaration de Sarkozy, « Jacques Chirac raconte des fariboles en promettant d’augmenter toutes les dépenses et de baisser tous les impôts ».

Revenons à l’interview au Monde d’il y a quelques semaines. Nicolas Sarkozy y prend l’engagement de réduire de 4% les prélèvements obligatoires ce qui, en passant, prive l’Etat de 68 milliards d’Euros par an.

La boucle est bouclée. Avec Sarkozy la France est assurée d’un creusement du déficit public. C’est la certitude que la dette va s’envoler. C’est la garantie de moins de protection sociale et plus globalement de l’aggravation des conditions de vie d’une écrasante majorité de français.

Cela étant, si vous êtes déjà un contribuable aisé, si vous vivez de la rente, si vous intégrez le fait que le bouclier fiscal nouveau va faire passer à la trappe l’ISF et que votre problème c’est la suppression des droits de succession. Pas d’émotion indésirable Sarko c’est fait pour vous !

Lyon, le 7 février 2007. 

18:00 Publié dans Politique & politiques... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Sarkozy, UMP, candidat, Neuilly, programme, 2007, Nicolas | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Comme tu y vas! Comment oses-tu ainsi déshabiller le grand homme pétri d'idéalisme et de sincérité?

Songe un instant à ces vérités simples, faciles à retenir et que nous enseigne l'Evangile de Nicolas inspiré d'écrits sacrés antérieurs :

"Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, ne convoque ni tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins, de peur qu'eux aussi ne t'invitent à leur tour et que la politesse ne te sois rendue" (Luc 14.12) Vois comme Nicolas a su inviter sur l'une des places de Paris, non pas ses amis mais ceux sur qui il a autorité, pour faire la discussion avec ces invités au dîner des restos du coeur et faire comprendre à tous ceux qui n'auraient pas de papiers en règle, que désormais ils n'auraient plus place à la table du Père.

J'ai fait un rêve (pardon mais mon anglais est très passable) : les amis de ces exclus ont rendu la politesse à Saint Nicolas et ont posé par millions des bulletins marqués Ségolène dans les urnes. Saches que les rêves de Patmos sont prémonitoires.

Songe encore (songe au sens "pense" - et non à celui de Martin Luther King - mais je sens que mon prône t'endors) que le grand homme a su rappeler à la France entière qu'être musulman c'est égorger les moutons dans les salles de bains. La télé qui d'ordinaire n'émet ses miasmes et ses mauvaises odeurs qu'au figuré, a su me faire sentir ce soir récent les pestilences de la France qui se dresse contre elle-même lorsque le charisme de Nicolas s'en mêle. Mais là encore j'ai dû rêver car sur le site de TF1 le passage en question a disparu. I've a dream (il m'exaspère tellement qu'un peu de la langue de j'expire me revient) : des millions de Français, un certain jour de mai disaient, juste avant de poser un bulletin Ségolène dans l'urne "Je n'aime pas cette France-là ; je ne la quitterai pas, mais je vais envoyer Nicolas prendre quelques années de vacance. Il en a tant besoin"

"Songe Patmos (et là, c'est ta voix que j'entends) que ce saint nicolas-là (lalalalère - çà c'est de moi - que tu as raison d’écrire sans majuscules) va en plus creuser la dette et se donner par là des arguments pour une politique de laquelle les « assistés » (ah ! le pouvoir des mots) seront de plus en plus absents.

Arrête de me réveiller en plein rêve sacré.

Ne t’excuse pas. C’est trop tard, je suis debout.

Amicalement, depuis mes monts

Patmos Tarse

Écrit par : Patmos Tarse | 08/02/2007

comment peut-on dire dire que Sarkozy n'a pas changé,il change même très vite, il y a quelques jours il se posait en grand ami des travailleurs, prenant ses références chez Jaurès ou Blum et à Toulon nous le retrouvons avec un discours populiste que Le Pen ne dément puiqu'il a déclarer que Sarkozy labourait sur ses terres mais qu'au final c'est lui qui semerait et récolterait.

Écrit par : Gilbert Hobert | 08/02/2007

Comme tu y vas! Comment oses-tu ainsi déshabiller le grand homme pétri d'idéalisme et de sincérité?
Songe un instant à ces vérités simples, faciles à retenir et que nous enseigne l'Evangile de Nicolas inspiré d'écrits sacrés antérieurs :
"Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, ne convoque ni tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins, de peur qu'eux aussi ne t'invitent à leur tour et que la politesse ne te sois rendue" (Luc 14.12) Vois comme Nicolas a su inviter sur l'une des places de Paris, non pas ses amis mais ceux sur qui il a autorité, pour faire la discussion avec ces invités au dîner des restos du coeur et faire comprendre à tous ceux qui n'auraient pas de papiers en règle, que désormais ils n'auraient plus place à la table du Père.
J'ai fait un rêve (pardon mais mon anglais est très passable) : les amis de ces exclus ont rendu la politesse à Saint Nicolas et ont posé par millions des bulletins marqués Ségolène dans les urnes. Saches que les rêves de Patmos sont prémonitoires.
Songe encore (songe au sens "pense" - et non à celui de Martin Luther King - mais je sens que mon prône t'endors) que le grand homme a su rappeler à la France entière qu'être musulman c'est égorger les moutons dans les salles de bains. La télé qui d'ordinaire n'émet ses miasmes et ses mauvaises odeurs qu'au figuré, a su me faire sentir ce soir récent les pestilences de la France qui se dresse contre elle-même lorsque le charisme de Nicolas s'en mêle. Mais là encore j'ai dû rêver car sur le site de TF1 le passage en question a disparu. I've a dream (il m'exaspère tellement qu'un peu de la langue de j'expire me revient) : des millions de Français, un certain jour de mai disaient, juste avant de poser un bulletin Ségolène dans l'urne "Je n'aime pas cette France-là ; je ne la quitterai pas, mais je vais envoyer Nicolas prendre quelques années de vacance. Il en a tant besoin"
"Songe Patmos (et là, c'est ta voix que j'entends) que ce saint nicolas-là (lalalalère - çà c'est de moi - que tu as raison d’écrire sans majuscules) va en plus creuser la dette et se donner par là des arguments pour une politique de laquelle les « assistés » (ah ! le pouvoir des mots) seront de plus en plus absents.
Arrête de me réveiller en plein rêve sacré.
Ne t’excuse pas. C’est trop tard, je suis debout.
Amicalement, depuis mes monts
Patmos Tarse

Écrit par : Patmos Tarse | 09/02/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu